Un avenir pour les insectes cyborgs

Akihabara News (Tokyo) – Le cluster RIKEN pour la recherche pionnière (CPR), basé dans la préfecture de Saitama, a découvert des méthodes qui peuvent être utilisées pour réutiliser les cafards pour le bien de la société.

Le processus commence par prendre des cafards vivants de Madagascar, qui peuvent atteindre environ 7,5 centimètres de long, les équiper d’appareils électroniques en forme de sac à dos, puis les utiliser pour contrôler le comportement des insectes.

Ces insectes cyborgs peuvent alors potentiellement être utilisés pour des missions de recherche et de sauvetage en milieu urbain, ou l’inspection de lieux potentiellement dangereux.

L’appareil est alimenté par une batterie solaire qui doit rester chargée tant que l’insecte vit.

Afin de fixer solidement les cellules solaires au thorax des cafards, des techniques adhésives spécialisées ont été développées qui n’entraveraient pas le mouvement des muscles abdominaux de l’insecte.

Après tout, cela ne servirait à rien si les cafards laissaient tomber leurs sacs à dos high-tech et s’enfuyaient.

Les chercheurs sont impatients de tester leurs nouvelles techniques sur d’autres espèces d’insectes ; ainsi que d’imaginer de nouvelles applications pour leur technologie adepte des arthropodes.

Selon le chercheur en chef Kenjiro Fukuda, « nous pensons que nous pouvons encore étendre les fonctions des insectes cyborg ».