Pratiquer l’auto-hypnose : comment s’y prendre ?

L’hypnose s’est avérée efficace dans le traitement de l’anxiété, du stress, des phobies et même de certaines douleurs. Ce qui est moins connu, c’est que consulter un hypnotiseur n’est pas toujours nécessaire. Il est également possible de s’auto-hypnotiser. Comment vous y prendre ? Découvrez la réponse dans cet article !

Pourquoi utiliser l’auto-hypnose ?

Face à l’anxiété, à la peur, au stress, à une phobie insurmontable, à des troubles du sommeil ou à un manque important de confiance en soi, l’auto-hypnose constitue une solution efficace pour se sentir mieux.

Pour ce faire, vous pouvez suivre une formation Hypnose. Le manque de confiance en soi et les sentiments de rejet trouvent souvent leur chemin au sein l’inconscient. Ce qui, pour une raison quelconque, leur accorde trop de place jusqu’à inhiber l’individu. En effet, l’auto-hypnose sert à solliciter son inconscient dans le but de tout mettre en ordre. Au final, cela permet de mieux s’épanouir.

Que retenir de l’auto-hypnose et comment ça marche ?

L’auto-hypnose se base sur les règles et tactiques similaires que l’hypnose traditionnelle. Cependant, c’est vous qui êtes à l’œuvre dans ce cas, pas un hypnotiseur.

La phase préparatoire

Il est conseillé de pratiquer l’auto-hypnose en position assise au sein d’un canapé confortable ou d’une chaise. À cet effet, disposez vos pieds à plat sur le sol. Quant à vos mains, elles doivent être placées sur les cuisses. Bien entendu, le tout doit se dérouler dans un silence absolu.

Pour commencer, fermez les yeux et respirez profondément. Il est question d’une expérience identique à la méditation. Concrètement, cela consiste à prendre conscience de chaque zone de son corps. Pour ce faire, vous devez commencer par les pieds et remonter progressivement jusqu’à la tête tout en respirant profondément.

La phase d’auto-suggestion

La première règle de l’auto-hypnose (et de l’hypnose en général) consiste à traiter un problème à la fois. Si vous souffrez à la fois d’un manque de confiance et d’une anxiété, il vous faudra consacrer une séance distincte à chacun de ces problèmes.

Une fois le problème identifié, il faut s’adresser mentalement à son inconscient pour l’aider à trouver une solution adéquate. En outre, il faut retenir que l’auto-hypnose représente le résultat de l’auto-suggestion. Elle ne devrait pas être une collection d’ordres auto-imposés. Les paroles prononcées méritent d’être toujours positives. Au lieu de dire, par exemple « il ne faut pas avoir peur », préférez plutôt « je n’ai plus peur » ? De plus, les termes positifs sont à privilégier. Il est préférable de dire « je sais que je vais réussir » que « je ne sais pas ce qui s’est passé », d’autant plus que l’« échec » est un terme négatif sur lequel l’inconscient peut se concentrer.

La phase de visualisation

Le secret d’une séance d’auto-hypnose efficace est la visualisation. En effet, il est question de s’imaginer dans des conditions particulières. Ce faisant, vous imprimerez des images dans son subconscient.

Pour faire face à un manque de confiance en soi en prévision d’éventuels entretiens d’embauche et en période de transition, vous pouvez vous imaginer faire une présentation devant un conseil d’administration, vous faire applaudir par ses collègues ou carrément travailler en entreprise.