Greenwashing de la chaîne de l’hydrogène australo-japonaise

Akihabara News (Tokyo) — Alors que le voyage du Frontière Suisoapportant de l’hydrogène liquéfié de la vallée de Latrobe à Victoria, en Australie, à Kobe, au Japon, a été salué comme une percée pour le projet Australia-Japan Hydrogen Energy Supply Chain (HESC) – et donc un nouveau chapitre pour l’émergence de l’énergie propre – la solidité environnementale de la réalisation est moins impressionnante à y regarder de plus près.

Les gouvernements des deux pays ont présenté le projet HESC de 350 millions de dollars américains comme un « changeur de jeu » et « une solution respectueuse de l’environnement pour produire de l’hydrogène propre ».

Selon l’Institut des énergies renouvelables basé à Tokyo, si le Japon veut atteindre zéro émission en 2050, ses émissions de gaz à effet de serre doivent diminuer de 95 % d’ici 2045.

L’une des stratégies du gouvernement japonais pour réaliser cette ambition a été de s’associer à l’Australie dans l’extraction, la liquéfaction et l’exportation d’hydrogène.

Malheureusement, le gouvernement australien est bien connu pour sa dépendance vis-à-vis de ses industries du charbon et du gaz établies, et sa stratégie de l’hydrogène reflète cette réalité.

Rien n’indique encore qu’il y aura un changement fondamental de politique sous la nouvelle administration travailliste.

Pendant la phase pilote de HESC, près de 100 % de l’hydrogène australien fourni au Japon via le Frontière Suiso a été produit à partir de lignite et de biocombustible.

Le lignite est l’une des méthodes de gazéification les plus polluantes pour la production d’hydrogène. Pour chaque tonne d’hydrogène produite, 10 à 12 tonnes de dioxyde de carbone sont émises. Cela signifie qu’il s’agit de l’une des formes d’énergie les plus polluantes.

Le lignite est utilisé bien que « l’hydrogène propre » soit présenté comme un élément clé de la stratégie nationale australienne sur l’hydrogène.

Il n’y a pas un seul État en Australie qui ne s’engage pas dans l’extraction du charbon, et rien qu’en 2019, le charbon était responsable de plus de 164 millions de tonnes d’émissions de gaz à effet de serre en Australie, soit près de 31 % du total national.

Cependant, malgré les effets néfastes du charbon sur l’environnement, le Bureau australien de l’économiste en chef a signalé que plus d’une centaine de projets de combustibles fossiles nouveaux ou d’expansion ont été lancés l’année dernière seulement.

Selon Market Forces, un groupe de campagne australien voué à aider les gens à éviter les dépenses destructrices pour l’environnement, « seuls quatre des projets… permettraient le déblocage de 9,8 milliards [tons] de CO2 [emissions]assez pour annuler 109 fois les gains réalisés dans le cadre de l’objectif de réduction des émissions de l’Australie (2021-2030).

De tels faits laissent Canberra ouverte aux accusations selon lesquelles sa stratégie de l’hydrogène n’est guère plus qu’une couverture pour la promotion et l’utilisation continues des combustibles fossiles, constituant ainsi un exemple manifeste de greenwashing.

Une approche alternative et respectueuse de l’environnement serait une expansion massive de ce que l’on appelle «l’hydrogène vert». L’hydrogène vert est créé à partir de ressources renouvelables, telles que l’énergie solaire et éolienne, dans un processus connu sous le nom d’électrolyse. Il s’agit d’une technique d’émissions de carbone minimales à nulles.

Le Japon et l’Australie citent le souci de l’environnement comme motif principal du projet HESC.

Markets and Markets, une société de recherche, a prédit que la production d’hydrogène représentera 200 milliards de dollars américains dans le monde d’ici trois ans.

De plus, selon l’Agence internationale de l’énergie, la demande d’hydrogène devrait « augmenter de 44 % d’ici 2030 ».

En comparaison, le marché mondial de l’hydrogène vert devrait atteindre à peine 10 milliards de dollars américains d’ici 2028, selon les projections d’Allied Market Research. Cela ne représenterait qu’environ 5 % du marché total.

Articles récents sur l’hydrogène

Production nucléaire d’hydrogène vert

Station de carburant à hydrogène pour Woven City

Premier pétrolier à hydrogène liquéfié à destination de Kobe

Mitsubishi cherche l’hydrogène bleu canadien

Hydrogène vert TEPCO à Yamanashi