Ardern promeut les liens géothermiques avec le Japon

Akihabara News (Tokyo) — La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern a consacré une partie de sa visite au Japon à la promotion des liens géothermiques entre son pays du Pacifique et le Japon.

« La Nouvelle-Zélande a doublé sa production d’énergie géothermique au cours des dix dernières années et dispose de capacités complémentaires pour soutenir l’exploration géothermique au Japon », a déclaré le Premier ministre.

Comme manifestation concrète de cette intention, Ardern a assisté à un événement de lancement pour la création d’un bureau à Tokyo qui servira de plate-forme pour les efforts locaux combinés de l’institut de recherche affilié au gouvernement néo-zélandais GNS Science et de la société d’innovation géothermique basée sur l’île du Nord. Géo40.

Toujours lors de l’événement de lancement, le directeur général de GNS Science, Ian Simpson, a déclaré : « La Nouvelle-Zélande partage de nombreuses similitudes avec le Japon, y compris une vision commune d’économies à zéro carbone, qui entraîne de forts investissements dans les énergies renouvelables au Japon, y compris soixante nouvelles centrales géothermiques prévues. . Plus d’électricité renouvelable produite signifie moins de consommation de combustibles fossiles, ce qui aide à lutter contre l’augmentation des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Il a également affirmé que la Nouvelle-Zélande possède « une expertise qui peut permettre aux centrales géothermiques japonaises de produire beaucoup plus d’électricité plus efficacement, de réduire ou d’éliminer la petite quantité d’émissions de la génération géothermique et d’extraire de la valeur des sous-produits. Non seulement la recherche et l’expertise de la coalition apportent de la valeur aux clients mondiaux de la géothermie, mais elles contribuent également à garantir la résilience, l’abordabilité et la durabilité de l’énergie.

Le bureau de Tokyo de l’alliance GNS Science-Geo40 se concentrera très probablement sur la conclusion d’accords de partenariat avec des entreprises japonaises qui travaillent déjà dans l’industrie géothermique.

On pense que le Japon possède le troisième plus grand potentiel géothermique au monde, et le gouvernement vise à tripler la production d’énergie géothermique du pays d’ici 2030, ce qui en fera environ 1 % de la production totale d’énergie du Japon.

Pendant la majeure partie de la dernière décennie, la contribution de la géothermie à la production totale d’énergie du Japon est restée stable à environ 0,25 %.