Cette webcam ressemble et se comporte littéralement comme un œil humain… parce que la surveillance technologique n’était pas assez effrayante…







Vous vous souvenez quand Sundar Pichai est monté sur la scène de la Google I/O en 2018 et a montré comment l’assistant virtuel Google pouvait passer des appels téléphoniques et avoir des conversations réalistes avec des personnes ? C’était une combinaison d’effrayant et d’impressionnant, car l’IA vocale de Google a littéralement parlé à un humain, en réservant un rendez-vous pour un soin des cheveux dans un salon. La façon de parler de l’assistant virtuel était si incroyablement naturelle qu’elle pouvait faire croire à n’importe qui qu’il s’agissait d’un véritable être humain. La voix de l’assistant avait une qualité d’élocution naturelle, avec des maniérismes, des inflexions et même des sons occasionnels “hummm” et “ahhh” pour la rendre naturelle et humaine. La démonstration était à la fois incroyablement impressionnante et effrayante, car elle montrait comment la technologie pouvait facilement empiéter sur le territoire humain.

Pour ceux qui pensent que la technologie n’est pas encore assez dystopique, voici l’Eyecam… une webcam qui fixe votre âme de manière effrayante. Dans un monde où la technologie vous espionne (parfois de manière flagrante), l’Eyecam ajoute une couche de réalisme. Conçue par le chercheur Marc Teyssier, l’Eyecam est plutôt un projet social qui vise à transformer l’humble appareil photo en quelque chose de plus accessible – pour le meilleur et pour le pire. L’appareil qui en résulte ressemble étrangement à un œil. Bien sûr, il est recouvert de fausse chair et possède des sourcils et des cils, mais l’Eyecam ne ressemble pas seulement à un œil. Il se comporte également comme un œil. Le globe oculaire peut pivoter de manière indépendante à l’intérieur de l’orbite et regarder dans la pièce. Un logiciel de reconnaissance faciale fonctionne en arrière-plan, permettant à l’Eyecam de détecter les humains et de les regarder directement dans les yeux. Comme si cela n’était pas assez effrayant, le globe oculaire a même tendance à bouger et à osciller comme un œil humain. Il ne reste pas absolument immobile… Au contraire, il vous regarde et vous scanne, ainsi que certaines parties de votre visage, et déplace par intermittence son regard entre votre œil gauche et votre œil droit. Oh, et elle cligne aussi des yeux, ce qui semble si réel que votre esprit est forcément extrêmement conscient du regard de la caméra.

L’Eyecam est plus une expérience qu’un véritable produit. Son objectif est de comprendre, de décoder et d’améliorer la relation entre l’homme et la technologie. La caméra se comporte comme un œil humain. Elle regarde dans la pièce avant de vous repérer et de vous fixer directement dans les yeux comme un autre humain. Lorsque la caméra se repose, la paupière se ferme également, ce qui vous permet de vous sentir un peu plus à l’aise en sa présence. Évidemment, lorsqu’elle se réveille et vous regarde droit dans les yeux, c’est un peu déconcertant au début. Je ne suis pas sûr de ce que l’on peut ressentir après des mois d’utilisation et d’accoutumance à l’Eyecam… en fait, je ne suis pas sûr de vouloir le savoir, même si c’est certainement une question que Teyssier étudie. La relation homme-technologie change-t-elle radicalement lorsque la technologie prend un avatar plus humain ? Nous sommes à l’aise avec les caméras frontales des smartphones qui pointent négligemment vers nous lorsque nous fixons nos écrans. Que se passe-t-il lorsque cette caméra adopte une apparence humaine ? Comment nos comportements changeraient-ils si la surveillance qui nous entoure était plus tangible ?

Si la dystopie à la Black Mirror vous excite, vous pouvez construire votre propre Eyecam à partir de rien. Marc a eu la gentillesse de documenter l’ensemble de son processus dans les moindres détails, et a même mis à disposition les fichiers matériels et logiciels sur Github. Promettez-nous simplement que vous ne ferez peur à personne… et n’oubliez pas que Big Brother est toujours à l’affût !

Concepteur : Marc Teyssier

L’Eyecam est construite à l’échelle, avec des proportions remarquablement humaines et même des détails comme les plis de la peau, les rides et les pattes d’oie pour plus de réalisme.

La caméra se trouve dans un boîtier en forme de globe oculaire, qui tourne sur plusieurs axes grâce à une série de moteurs et de mécanismes qui imitent le mouvement aléatoire de l’œil humain. *shudder*

Tous les composants mécaniques et électroniques se trouvent dans le boîtier en silicone de l’Eyecam. Le boîtier a été modélisé à partir de zéro, tous les détails humains ayant été sculptés avant d’être convertis en un moule de coulage. Le moule a ensuite été utilisé pour couler des pièces en silicone, dans lesquelles ont été implantés de véritables poils humains dans la région des sourcils et des cils. Pas effrayant du tout…

Une expérience sociale ? Un poisson d’avril tardif ? Une expérience d’Halloween précoce ? A vous de décider !