Toyota ajuste son cap sur les véhicules électriques

Akihabara News (Tokyo) – Toyota Motor semble avoir décidé tardivement que les véhicules électriques à batterie (BEV) sont effectivement une partie de l’avenir, puisque la société a révélé qu’elle introduirait deux modèles de BEV sur le marché nord-américain d’ici la fin de l’année.

Alors que Toyota a depuis longtemps adopté les hybrides gaz-électrique et promeut plus activement les véhicules à pile à combustible à hydrogène, le constructeur automobile a longtemps résisté à un investissement profond dans les voitures entièrement électriques. Le dernier BEV qu’il avait sur le marché nord-américain a été retiré il y a sept ans, alors que de nombreux analystes se moquaient encore des ambitions de firmes telles que Tesla.

Toyota n’a fourni aucun détail sur les noms ou les spécifications de ses deux nouveaux modèles BEV, se contentant de dire qu’ils seront disponibles cette année.

Bob Carter, vice-président exécutif des ventes de Toyota Motor North America, a déclaré : “Nous continuons à être des leaders dans le domaine de l’électrification, qui a commencé avec l’introduction de la Prius il y a près de 25 ans. Les nouvelles offres de produits électrifiés de Toyota donneront aux clients de multiples choix de groupes motopropulseurs qui répondent le mieux à leurs besoins”.

Le propre communiqué de presse de Toyota concernant la sortie des deux nouveaux VEB était étrangement réticent quant à son point de vue sur les véhicules entièrement électriques, prenant soin d’insister sur le fait que ses modèles hybrides “offrent des avantages environnementaux similaires” selon les recherches internes de la société.

“[Greenhouse gases] d’un modèle de BEV actuellement disponible et [a hybrid] sont à peu près les mêmes en termes de performances sur route si l’on tient compte des polluants créés par la production d’électricité pour le réseau énergétique américain moyen utilisé pour charger les batteries”, affirme Toyota.

En décembre, le président de Toyota, Akio Toyoda, s’en est pris au projet annoncé par le gouvernement japonais d’interdire la vente de nouvelles voitures à essence d’ici le milieu des années 30, déclarant qu’une telle politique entraînerait l'”effondrement” de l’industrie automobile japonaise. Il a poursuivi en déclarant : “Plus nous construisons de VE, plus le dioxyde de carbone s’aggrave. Quand les politiciens disent : “Débarrassons-nous de toutes les voitures à essence”, comprennent-ils cela ?

M. Toyoda se référait à son opinion selon laquelle si le Japon était contraint d’augmenter la production d’électricité sur son réseau national, cela ferait plus qu’anéantir les avantages environnementaux de la présence des VEB sur les routes.

Certains partisans des véhicules électriques ont réagi à l’opinion de Toyoda par une réaction acide. Fred Lambert de Electreka déclaré, par exemple, que “cette étroitesse d’esprit pourrait signifier la fin du constructeur automobile s’il ne lâche pas rapidement de telles idées”.

Il semblerait donc que si Toyota a ajusté son cap sur les véhicules entièrement électriques, elle reste ouvertement opposée à leur adoption totale.