5 façons de pratiquer l’amour de soi en février

Avec la Saint-Valentin qui nous rappelle l’importance de amour Ce mois-ci, c’est le moment de réfléchir à votre propre amour-propre. Vous êtes-vous donné comme priorité de prendre un peu plus soin de vous cette année ? Ou avez-vous besoin de renforcer votre boîte à outils de pratiques d’amour de soi ? Lisez ce qui suit pour découvrir cinq façons de pratiquer l’amour-propre en février, car en effet, Tout ce dont vous avez besoin, c’est d’amour.

L’auto-massage pour plus d’amour de soi

La vie moderne semble nous voir vivre d’une manière qui épuise nos niveaux d’énergie. Un cycle perpétuel de faire, réaliser, et la production d’énergie signifie que nous sommes plus sensibles au stress, et nous avons besoin de méthodes pour aider à ramener l’énergie dans le corps. L’Ayurveda est riche en méthodes d’autogestion qui aident à rétablir l’équilibre énergétique, et peut nous apprendre comment nous fournir la nourriture physique et émotionnelle dont nous avons si profondément besoin en ce moment. Abhyanga est la pratique de “l’huilage des membres”, c’est-à-dire le massage à l’aide d’une huile spécifique en fonction de vos besoins. Il est intéressant de noter que le mot sanskrit pour l’huile est snehana, qui se traduit par “amour” – un indicateur que le fait que je masse le corps avec de l’huile, nous lui donnons aussi une dose d’amour. Pendant les mois froids comme l’automne et l’hiver, ou si vous vous sentez particulièrement en manque de TLC en ce moment, essayez d’utiliser une huile de sésame biologique, qui agit pour rajeunir les tissus et renforcer les articulations. Réchauffez doucement l’huile et passez au moins 10 minutes à huiler lentement tout votre corps, de la tête aux pieds.

Échangez la comparaison contre la gratitude

Si vous trouvez que le défilement dans les médias sociaux vous fait comparer votre corps ou votre style de vie à d’autres et que vous vous sentez moins bien, essayez cette pratique de cinq minutes dès aujourd’hui : Posez votre téléphone et prenez votre journal. Au lieu de vous concentrer sur la comparaison avec les autres, faites une liste des choses dont vous êtes reconnaissant en vous-même. Appréciez-vous votre force ? Votre créativité ? Pouvez-vous exprimer votre amour pour le chemin parcouru par votre corps tout au long de votre vie, ou pour votre loyauté et votre bienveillance ? Faites-le souvent pour compenser les effets croissants de la culture de comparaison.

Bien bouger, bien se reposer

Nos corps amour mouvement, mais ils amour se reposer aussi. Lorsque nous trouvons un bon équilibre entre le mouvement et l’immobilité, nos couches physique, mentale et émotionnelle résonnent harmonieusement. Le facteur le plus important est peut-être de bouger d’une manière que vous aimez vraiment : le yoga, la course, la danse ou la marche dans la nature, et de se reposer d’une manière que votre corps et votre esprit aiment ; les bains chauds, le yoga réparateur, les siestes ou la méditation guidée. Laissez votre corps expérimenter à la fois la joie du mouvement et la panacée du repos, et il vous en remerciera profondément.

Réorganisez votre espace pour une énergie plus aimante

Nous vivons en relation avec notre environnement, qu’il s’agisse du temps, des saisons, des couleurs que nous choisissons pour nos murs ou de la façon dont nous arrangeons nos meubles. Les anciens systèmes de santé holistiques comme la médecine traditionnelle chinoise et l’Ayurveda savent que nos maisons peuvent aider ou entraver une énergie saine. Pour commencer à encourager plus d’amour dans votre espace, il suffit d’utiliser votre intuition. Lorsque vous entrez dans une pièce, comment vous sentez-vous ? Y a-t-il assez d’espace pour penser et bouger librement ? Y a-t-il assez de lumière du soleil ? Y a-t-il des objets avec lesquels vous n’êtes pas en résonance et que vous pourriez donner ou échanger contre des choses qui faire vous apporter de la joie ? Souvenez-vous aussi que l’un des principes clés du Feng Shui est d’inclure un aspect des cinq éléments dans votre maison : la terre, l’eau, le feu, l’air et l’éther.

Demander de l’aide

Souvent, nous nous imposons des situations difficiles et des défis de la vie sans demander de l’aide. Que ce soit par fierté, par honte ou par peur, il est probable que si vous êtes réticent à demander de l’aide, il est encore plus nécessaire de la demander. Lorsque nous demandons de l’aide, nous exposons simultanément notre vulnérabilité, mais nous entrons aussi dans un espace de courage et d’authenticité. Lorsque nous demandons de l’aide, nous court-circuitons l’ego et la partie de nous qui abrite la comparaison et la conscience de soi. Demander de l’aide est un acte expansif qui renforce les relations, nous aide à grandir au-delà des limites actuelles et peut libérer des blocages émotionnels auxquels nous nous sommes peut-être accrochés pendant des années.