Accueil » News » Saint-Avold: les décharges illégales sont en hausse dans la ville

Saint-Avold: les décharges illégales sont en hausse dans la ville

  • par

Collecte des déchets: des quartiers oubliés?

C’est devenu une véritable épreuve pour les Naboriens et les services de la ville. Il y a des tas de déchets dans la ville pendant trois semaines. Dans le même temps, il semble que certains secteurs soient négligés par la tournée des déchets ménagers.

La raison ? Selon le magistrat en chef René Steiner, il s’agit d’un problème « technique » avec le prestataire de services. « La société qui gère cette tâche a acquis une nouvelle flotte, plus large, plus grande, qui ne passe plus dans certaines rues », fulmine son assistant environnemental Pascal Helfenstein: « Nous étions faits pour cela. Du jour au lendemain notre interlocuteur a expliqué nous ces nouveaux véhicules et surtout nous a critiqué que l’élagage des arbres n’avait pas été effectué, et donc empêché la collecte. Nous avons essayé d’atteindre les responsables, mais cela est resté sans réponse. Nous avons aussi la communauté urbaine (qui est responsable du ménage déchets) à propos de cette situation « 

Afin de tout remettre en ordre et le plus rapidement possible, les services techniques de Nabor ont soudainement coupé les branches délicates: «C’était urgent, surtout pendant cette canicule. La plupart des conteneurs pouvaient être récupérés. aux propriétaires de maisons avec des arbres qui dépassent de la chaussée de faire tout ce qui est nécessaire pour que le camion à ordures continue de fonctionner normalement. « Un service d’appel a également été mis en place pour ce week-end de l’Ascension. »

Dépôts sauvages

Un autre phénomène commence à inquiéter les services de la ville, à savoir les décharges illégales qui se multiplient depuis trois semaines. Cela concerne tous les quartiers de la ville naborienne, plus précisément Jeanne-d’Arc, Niedeck, Crusem, rue de la Mertzelle, Huchet et Lemire. «Chaque jour, nous collectons des dizaines de sacs», soupire le maire. «On trouve de tout, des appareils électroménagers, du matériel informatique, de la ferraille, des déchets ménagers, des boîtes en carton, du verre. « Mais aussi deux bacs en laine de verre trouvés dans la forêt entre Saint-Avold et Porcelette, et des plaques d’amiante provenant d’un chantier. Sans oublier le chargement complet d’un camion à benne basculante dans la forêt d’Oderfang.

« On n’a jamais vu ça auparavant », admet l’élu. «Bien sûr, il y avait des choses ici et là. Mais pas autant que maintenant. Il apparaît également que ces poubelles proviennent des communes voisines. Les adresses des auteurs ont été retrouvées avec certains. Selon la mairie, tous les soirs, des chauffeurs distribuent des sacs poubelles dans toute la ville … dans des lieux qui échappent à la vidéosurveillance. Une impolitesse renouvelée ou une volonté consciente de nuire à la nouvelle majorité municipale? Les patrouilles de la police municipale ont été renforcées et les équipes chargées de la propreté sont prêtes à intervenir en cas de nouvelles découvertes.

Fake News

Cette situation incroyable a ouvert la porte à toutes interprétations ou autres fausses nouvelles. Comme l’ancien maire s’adresse à l’équipe municipale sur son compte Facebook en écrivant: «Ordures: négligence ou dysfonctionnement? Les déchets n’ont pas été ramassés dans certains quartiers de la ville cette semaine, pas frais car la canicule a poussé le thermomètre au-dessus de 38 degrés. et plus! Qu’attend-on pour répondre … jusqu’à ce que les rats envahissent la ville! « 

Une déclaration illustrée par une série de photos. Sur certains, nous voyons des emballages jetés à côté de conteneurs. Dans d’autres, un méli-mélo d’objets en plastique qui sont normalement ramassés lors de la collecte d’objets volumineux. Il y a aussi des images de poubelles dans la rue. Et surtout beaucoup de déchets entre deux bâtiments. Sauf que cette image ne semble pas avoir été prise pendant la canicule, mais à l’automne ou en hiver, comme en témoignent les arbres sans feuilles en arrière-plan. De quoi ajouter un peu plus d’huile au feu, suggérant que c’était mieux avant.