Accueil » News » Des particuliers lancent des projets pour aider Beyrouth

Des particuliers lancent des projets pour aider Beyrouth

  • par

Ce sont des pêcheurs en Occitanie, docteur en biochimie à Lyon, fans de k-pop ou étudiants à Paris. Chacun à son niveau, ils ont lancé des projets pour venir en aide à Beyrouth après les explosions du 4 août qui ont fait 300 000 sans-abri et plus de 150 tués.

Dès qu’elle a entendu parler de la tragédie dans la capitale libanaise, Youmna, une franco-libanaise vivant à Paris, a lancé un appel sur les réseaux sociaux aux côtés de Jessica, une de ses amies.connaître les besoins de la population locale. Très vite tout le monde a partagé l’appel, ça a énormément grandi. En moins de 24 heures, nous avions 200 bénévoles prêts à nous aider à ParisElle explique. Youmna et Jessica s’associent donc à Aya, une troisième franco-libanaise, pour monter un projet intitulé «Les valises pour Beyrouth». L’objectif: transporter le matériel essentiel, dont les vêtements , de la nourriture et du matériel d’urgence dans les valises des voyageurs à Beyrouth. « Nous voulions nous rendre utiles en aidant au moins une ou deux personnes là-bas, en mettant une valise dans la soute du vol d’une connaissance qui envisageait de se rendre au Liban. En quelques heures, nous avons eu beaucoup de travail dans nos trois petits appartements. Nous avons déjà envoyé une quarantaine de valises. Il y a un véritable élan de solidarité, même sur place j’ai du mal à croireYoumna enthousiaste. A tel point qu’elle a décidé de continuer à collectionner à Paris pour les prochains jours. Elle reçoit des demandes « de Belgique et du Royaume-Uni»Des personnes qui souhaitent également faire un don ou se recueillir.

Sciences Po pour le Liban est une initiative étudiante qui a également été fondée immédiatement après la destruction de la capitale du pays des cèdres. Il rassemble aujourd’hui une dizaine de membres, tous étudiants de Sciences Po réunis sur le territoire français, qui ont lancé une collection de matériel en lien avec une cagnotte en ligne pour financer l’achat de produits sanitaires et d’équipements de premier ordre. aide, puis transporté à Beyrouth, le tout dans une paire de valises de Youmna, Jessica et Aya. « C’est assez étonnant, en moins de 48 heures nous avons récolté 1000 euros. Avec cela, nous achetons principalement du matériel médical, car c’est le plus cher et le plus difficile à obtenir à Beyrouth.« Explique Alexandre, l’un des co-créateurs de l’initiative. »Notre objectif était d’atteindre un public étudiant qui n’a pas nécessairement les ressources pour faire des dons financiers. Nous avons donc ouvert une première collection de matériaux, qui s’est terminée dimanche soir. Nous avons eu plus de trente participants. Et nous voulons le renouveler rapidement», Ajoute Myriam, une autre fondatrice du projet. Parmi ceux qui les soutiennent, « la moitié des Franco-Libanais et la moitié des personnes d’autres nationalités sensibles à cette questionElle ajoute.

« Les pêcheurs s’entraident systématiquement »

Car les projets d’aide aux habitants de Beyrouth surgissent aussi dans des communautés qui a priori n’ont pas grand-chose à voir avec le Liban. Parmi eux, les fans français de k-pop, pop coréenne, qui rassemble de nombreux et passionnés passionnés sur les réseaux sociaux. Alicia, une future étudiante en journalisme de 22 ans, a un compte principalement consacré à parler de l’actualité de la chanteuse coréenne Yunhyeong, suivie par plus de 1 300 internautes. « Dans la culture des fans, il est assez courant de mettre en place des projets caritatifs au nom de l’artiste que vous soutenez. Nous l’avons fait pour les incendies en Australie et pour soutenir un camp de migrants pendant le verrouillage. J’ai été très ému par la situation critique au Liban, j’ai donc lancé un appel aux dons sur Twitter, via Paypal, au nom de tous les fans de k-pop en France.Elle explique. En moins d’une semaine, son chat a plus d’une trentaine de donneurs, pour un montant de plus de 330 euros. « Tout sera reversé à la Croix-Rouge libanaise, et comme pour tout pot, je fournirai leur reçu pour prouver que le montant déposé est bien le montant envoyé à l’ONG.», Ajoute la jeune fille.

Les pêcheurs d’Occitanie ont également appelé à un don de matériel de pêche pour aider leurs collègues libanais. « La tâche de la pêche est une tâche très difficile. Les pêcheurs s’entraident systématiquement, alors l’idée de soutenir les pêcheurs de Beyrouth est venue naturellement», A déclaré Bernard Perez, pêcheur à Port-la-Nouvelle et président de la commission régionale des pêches pour la région Occitanie. Suite à un appel téléphonique de son confrère ostréiculteur Christophe Guinot, une vingtaine de pêcheurs de la région ont déjà annoncé leur intention de participer au projet. « Le but est de remplir au moins un conteneur avec des filets, des cordes, des bouées, tout ce qui est utile pour la pêche», Explique Bernard Perez. Il rencontrera le Parlement de la mer dans les prochains jours pour expliquer l’opération. « Il est encore nécessaire de déterminer comment le conteneur doit être transporté au Liban, ainsi que de préciser les besoins des collègues libanais», Ajoute le président de la commission régionale qui croit en la solidarité des 700 pêcheurs de sa région.

« Nous avons eu plus de 1 000 commandes »

A Lyon, Diana, docteur en biochimie, a eu une idée originale pour soutenir son pays d’origine. Après avoir entendu parler de l’attentat à la bombe, elle a décidé de passer de son canapé àoptimiser la situation: je voulais être utile, et tout le monde ne peut pas envoyer des milliers d’euros« A cet effet, elle envisage de fabriquer puis de commercialiser des masques aux couleurs du Liban »,montrer son soutien au pays tout en se protégeant du coronavirus, puis reverser tous les bénéfices de la vente à des associations locales. «  Actuellement, deux de ses amis sont en charge de la couture des masques. Mais en quelques jours, grâce au bouche à oreille, la demande de masques a explosé. « Nous avons eu plus de 1000 commandes, donc maintenant la production doit suivre, pour tout organiser« Elle explique. Avec Ahmad, son amie qui travaille dans l’informatique, elle souhaite mettre en place un formulaire en ligne pour gérer les commandes. »Nous devons tout organiser: avec tant de demande, nous avons également besoin de plus de couturières. L’important, si cela grandit autant, c’est d’être transparent avec les paiements: nous ne sommes pas comme les dirigeants du Liban, et nous ferons en sorte que le profit de la vente revienne aux survivants de Beyrouth.Elle dit.