Accueil » News » ÉDITORIAL. Élections présidentielles au Bélarus: l’espoir de la liberté

ÉDITORIAL. Élections présidentielles au Bélarus: l’espoir de la liberté

  • par

Le vent de la liberté soufflera-t-il si loin en Biélorussie que les barreaux de la dernière dictature européenne tomberont? Le jour de l’élection présidentielle, de nombreux Bélarussiens n’osent guère espérer que Svetlana Tikhanovskaya, 37 ans, puisse gagner l’autocrate de 26 ans, Alexandre Loukachenko.

Cependant, dans toutes les villes où passe la candidate, des foules de gens viennent à ses réunions comme jamais auparavant depuis 1990. Chacun se retrouve dans ses mots: «Nous sommes un peuple fatigué d’avoir peur et de ne pouvoir rien dire … Nous voulons des élections justes et […] des changements pacifiques pour notre pays. « 

Mais ces élections ne promettent pas d’être plus justes que les précédentes sous ce régime de scrutin habituel. Il n’y aura pas d’organe international pour contrôler le vote! L’adage cynique de Staline risque à nouveau d’être vrai: « Peu importe qui vient voter, peu importe qui compte les votes! Pour éviter les disputes, le Conseil de sécurité a déjà interdit toutes les réunions après les urnes.

Plus d’un millier de personnes ont été arrêtées depuis le début de la campagne. Environ deux cents personnes ont été condamnées. Ces derniers jours, trois journalistes biélorusses et un journaliste allemand, Alexander Burakov, ont été arrêtés.

La dernière réunion de Svetlana Tikhanovskaya a été interdite. Lors d’un concert auquel elle a assisté, les habitants de Minsk ont ​​remarqué que les fréquences téléphoniques étaient déformées, ce qui les empêchait d’annoncer la nouvelle et de se réunir!

Le président Loukachenko a tous les pouvoirs: le Parlement, la justice et la commission électorale qui ratifie les candidatures. Il n’a pas hésité à les utiliser. Résultat: de nombreux candidats ont été rejetés; d’autres, menacés, sont partis en exil; et le célèbre blogueur qui voulait se présenter, Sergei Tsikhanovsky, a été emprisonné. Son épouse, Svetlana Tikhanovskaya, sans expérience politique, a pris le relais. Elle a dû cacher ses enfants à l’étranger pour les protéger et faire campagne!

Pour de nombreux Biélorusses, cette femme représente l’espoir. Elle souligne que son objectif n’est pas le pouvoir, mais la justice. Élue, elle libérerait les prisonniers politiques et organiserait des élections vraiment libres. Mercredi dernier, elle a plaidé à Bild pour obtenir de l’aide: «Madame Merkel, dites à Loukachenko que les Biélorusses veulent des élections justes, pas la guerre. Les ministres des Affaires étrangères de l’Allemagne, de la Pologne et de la France exigent que le gouvernement biélorusse organise des élections « libres et régulières » et que des observateurs locaux et indépendants puissent travailler.

Les espoirs biélorusses survivront-ils à ces élections ou seront-ils étouffés par une répression brutale? Il est temps de faire preuve de courage en Biélorussie. Le moment est venu de la vigilance en Europe. Le devoir des démocraties est de soutenir ces personnes qui s’éveillent à la liberté.