Accueil » News » des créanciers s’adressent aux tribunaux américains

des créanciers s’adressent aux tribunaux américains

  • par

Un groupe de créanciers détenant environ un quart des dettes moins élevées du Cirque du Soleil conteste l’avancement du processus de vente de la société de divertissement devant un tribunal de faillite américain, rapporte le Globe and Mail Jeudi.


André DubucAndré Dubuc
presse

Un petit groupe ad hoc de prêteurs de deuxième rang avec une dette d’environ 40 millions de dollars a déposé un appel devant le tribunal américain des faillites du district du Delaware mardi soir, protestant contre la progression de la restructuration du cirque sous protection contre les créanciers au Canada.

Ils sont représentés par les cabinets d’avocats américains White & Case LLP et Farnan LLP, et par Langlois Lawyers LLP, basé à Montréal.

Ils disent qu’ils sont minés par la loi américaine sur la faillite par les conditions de l’offre sur les écrans de cirque approuvée par un juge québécois le mois dernier.

Les prêteurs principaux sont Catalyst Capital Group Inc. des fonds de dette de Toronto et des États-Unis tels que CBAM Partners, BlueMountain Capital Management LLC et Thomas H. Lee Partners.

L’offre initiale est une offre initiale d’acquérir les actifs d’une entreprise en difficulté auprès d’un acheteur intéressé choisi par l’entreprise en difficulté. L’enchérisseur écran présente d’abord l’offre d’achat et fixe ainsi lui-même un prix minimum.

« Les prêteurs de second rang n’obtiennent presque rien » pour leur contribution de 154 millions de dollars à l’offre de 1,2 milliard de dollars, a déclaré le groupe en opposition à l’offre de Border.

Les acheteurs intéressés ont jusqu’au 18 août pour soumettre des offres qui dépassent ce que les créanciers proposent. L’ensemble du processus de vente doit être terminé avant la fin du mois.

La nouvelle objection pourrait compromettre son adoption aux États-Unis.

Le Cirque a déposé une demande de protection contre les créanciers au Canada le 30 juin et aux États-Unis peu de temps après, énumérant des montants dus aux créanciers garantis d’environ 1,1 milliard de dollars américains.