Accueil » News » La pandémie coûte cher aux plus pauvres

La pandémie coûte cher aux plus pauvres

  • par

L’achat de masques, de gel désinfectant et autre plomberie génère de nouveaux coûts pour les Québécois. Pour les plus pauvres, ces surcoûts sont trop élevés, regrette une organisation de défense des personnes à faible revenu de Sherbrooke.

Depuis l’introduction du masque obligatoire à la mi-juillet, Geneviève Bouchard, coordonnatrice d’Actions Plus Sherbrooke, constate que les gens ont encore plus de mal arriver avec leur chèque.

Lundi prochain, des groupes de défense des droits des bénéficiaires de l’aide sociale rencontreront le ministre du Travail et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, pour discuter de la mise en œuvre des mesures d’aide à ces personnes.

Cependant, Geneviève Bouchard soutient que le gouvernement n’a pas encore écouté lorsque des organismes ont demandé des mesures de financement supplémentaires.

Nous espérons de tout cœur que nous aurons enfin un retour. […]Cela n’a absolument rien fait pour nous jusqu’à présent.

Geneviève Bouchard, coordonnatrice des actions plus Sherbrooke

Elle réitère que tous les partis politiques du Québec ont cette a fait valoir que pendant la pandémie, nous devions intervenir auprès des plus défavorisés.

Actions Plus Sherbrooke a demandé qu’un montant supplémentaire soit versé aux bénéficiaires de l’aide sociale pour l’achat d’équipement de protection, mais n’exclut pas la fourniture de masques réutilisables aux personnes dans le besoin.