Accueil » News » Onde de choc dans la distribution de produits informatiques et électroniques

Onde de choc dans la distribution de produits informatiques et électroniques

  • par

Le secteur de la distribution de matériel informatique et électronique est à nouveau secoué par un autre «cas». En effet, après le parcours du distributeur Microchoix qui avait laissé une ardoise de plusieurs dizaines de millions de dirhams aux grossistes du commerce, c’est au tour d’un autre poids lourd de la distribution de sombrer avec lui et devenir un horizon sombre de plusieurs ses fournisseurs.

Cette fois, c’est PC d’Or, qui opère en semi-grossiste avec de petits distributeurs, notamment régionaux, qui ne traitent pas directement avec des importateurs comme Disway et Disty ou avec des industriels. comme Samsung et LG. Aussi, cet acteur basé à Témara (autre point commun avec Microchoix) se débat depuis plusieurs mois avec plusieurs enchères à son détriment imposées par le tribunal de commerce de Rabat suite à une action en justice initiée par un grand nombre de fournisseurs qui risquent de grands exploits derrière lui. partir. Raison des plaignants: des dettes impayées totalisant plus de 60 millions de dirhams et certaines avec des factures datant de début 2019.

Lire aussi | RAM s’associe à Air France avant de partir du Maroc

Aussi, après le vol de l’actionnaire directeur à l’étranger (encore une fois comme la série Microchoix presque comparable!), Qui a laissé une entreprise financièrement exsangue, c’est la course aux créanciers pour mettre la main sur l’inventaire des équipements encore vendables de leur client mourant. , une situation très malheureuse pour une PME qui a généré plus de 300 millions de dirhams de chiffre d’affaires, employant plus de 50 salariés et comptant des centaines de clients répartis sur différentes régions du Maroc. Pour l’instant on ne connaît pas encore l’étendue des dégâts, mais selon une source proche du dossier, l’affaire n’a pas encore révélé tous ses secrets et la « brèche » pourrait être bien plus importante … en attendant, une éventuelle décision de suspension de paiement ou liquidation totale.

Lire aussi | Mehdi El Fakir: « Si nous sommes en septembre avec ces limitations, l’impact sur l’économie marocaine sera important »