Accueil » News » Une ville propre et des projets directs

Une ville propre et des projets directs

  • par

Courtenay. Une ville propre et des projets directs. Près de deux mois se sont écoulés depuis l’installation du nouveau conseil municipal. Quelles actions ont été mises en œuvre depuis et quels projets peuvent prendre forme en début d’année scolaire? Le maire Philippe Follet répond à nos questions.

Quelles décisions avez-vous déjà prises? Tout d’abord, nous voulions nettoyer la ville. Les habitants le demandaient depuis longtemps et ils avaient raison, car il y avait une insouciance incompréhensible dans ce quartier. Grâce à la mobilisation du personnel du service technique, nos efforts se sont concentrés non seulement sur l’entretien des trottoirs, des lieux publics et des places, mais aussi sur le désherbage et la réfection des sites des anciens bâtiments Delamour et de l’ancienne brigade. de la gendarmerie. A cette occasion, nous nous sommes rendu compte que les agents communaux étaient loin de disposer du matériel adéquat pour travailler vite et bien et lors du vote budgétaire nous avons enregistré près de 150 000 € pour l’achat d’un tracteur, d’une débroussailleuse et de sécateurs.

Conscients de l’impact catastrophique de la pandémie sur les activités commerciales, nous avons également exonéré les bars en terrasse et les restaurants de la taxe d’occupation du domaine public pour 2020 et 2021. Dans le même ordre d’idées, nous avons acheté des bons de 21 000 euros valables dans tous les locaux. les commerçants.

Enfin, après la décision de 3CBO de ne pas ouvrir la piscine extérieure cet été, nous avons eu un besoin urgent de mettre en place toute une gamme d’activités jeunesse. Mobilisées comme jamais, les associations locales ont réussi à construire en quelques jours un calendrier d’activités permettant aux enfants et adolescents d’accéder à des loisirs de qualité.

.

À quoi s’attendre avant le début de l’année scolaire? Je vais encore parler des jeunes puisqu’ils sont l’avenir de Courtenay. Cette fois à appeler pour l’aménagement d’un premier terrain multisports dans le lotissement de la Jacqueminière. Ensuite, il y en a une deuxième dans le village, probablement à la piscine communale. De plus, notre engagement en faveur des déplacements doux et des énergies propres se traduira dans un premier temps par l’installation de bornes de recharge pour véhicules électriques et la construction de hangars à vélos. Enfin, au niveau de l’ancienne gare, nous entreprendrons la construction d’un pont piétonnier entre les rues de Triguères et les réservoirs pour faciliter et sécuriser le franchissement des voies ferrées et relier plus symboliquement le quartier du stade au village.

Est-il encore raisonnable de parler de projets à plus long terme? Mes collègues et moi pensons déjà à des opérations qui commenceront l’année prochaine, conformément aux engagements pris dans notre programme électoral. Je pense notamment à la construction d’une piste cyclable entre La Jacqueminière et le centre-ville, l’aménagement d’une place à Armand-Chesneauplein, la création d’un centre jeunesse … Autant de projets qui mèneront à une large concertation avec la population et ne peut bien sûr voir le jour qu’avec l’aide du Conseil de la Faculté et de la région.