Accueil » News » Fermeture de Paris: 5e séance de réduction

Fermeture de Paris: 5e séance de réduction

  • par

Boursier.com, publié le mardi 28 juillet 2020 à 18h00

LA TENDANCE

Le CAC40 a livré mardi une 5e séance de recul, en baisse de -0,22% à 4928 points à la fin, alors que les publications semestrielles continuaient à révéler l’ampleur des effets de la crise sanitaire sur les comptes de Résultats.
La note américaine s’est également affaiblie ce soir, après une journée de lundi, dopée par les valeurs technologiques du Nasdaq. L’once d’or augmente toujours de plus de 1 950 $!

ECO ET MONNAIES

Du côté économique de l’Atlantique, l’indice des prix de l’immobilier américain S&P Corelogic Case-Shiller pour mai 2020 est en hausse de 3,7% par rapport à l’année précédente et hors désaisonnalisation, à un consensus de + 4,1% (20 index des villes des 20 principales zones urbaines).
L’indice de confiance des consommateurs américains du Conference Board pour juillet 2020 était de 92,6, contre un consensus de marché de 95,7 et une lecture révisée de 98,3 pour le mois précédent.
L’indice de production de la Fed de Richmond pour juillet 2020 était de 10, par rapport à un niveau antérieur de zéro. Il indique donc une extension des activités de production dans la région au cours de la période considérée.

Les opérateurs espèrent de nouvelles mesures pour soutenir l’économie. Ils suivront les annonces de la Fed demain soir après la réunion du FOMC sur la politique monétaire – qui commence aujourd’hui. Cependant, la réunion en question ne doit pas conduire à des annonces écrasantes de la part de la Banque centrale américaine. Néanmoins, la Fed a pu donner des indications sur d’éventuelles nouvelles mesures espérées en septembre ou au quatrième trimestre.
Pendant ce temps, la Réserve fédérale a annoncé mardi l’extension de certaines de ses facilités de crédit jusqu’à la fin de l’année, en raison de l’impact durable du nouveau virus corona. La décision s’applique aux programmes qui se terminent vers le 30 septembre. Cette prolongation de trois mois permettra aux participants potentiels au programme de planifier et d’assurer la continuité pour aider à restaurer l’économie. La Fed indique que ces améliorations concernent principalement le programme de prêt Main Street.

La Maison Blanche et les sénateurs républicains se sont également mis d’accord sur le principe d’un plan de 1 000 milliards de dollars pour que les États-Unis fassent face aux conséquences de la pandémie. Le plan comprend un mécanisme pour étendre les prestations supplémentaires de chômage afin que les personnes licenciées puissent recevoir 70% de leur salaire antérieur. Ce plan est moins impressionnant que le texte soumis il y a deux mois par les démocrates, majoritaires au Parlement, qui prévoit une aide de 3.000 milliards …
La présentation du plan de soutien de 1 000 milliards de dollars du Sénat républicain ouvre la voie à des négociations avec les démocrates, alors que des mesures de compensation exceptionnelles profitent à des millions d’Américains au chômage qui terminent le week-end.

Le leader du sénateur démocrate Chuck Schumer a qualifié ce projet de totalement inadapté en première lecture, car il est estimé à une réduction de 30% de l’aide fédérale aux chômeurs … Mitch McConnell, chef de la majorité républicaine en Le Sénat, pour sa part, a déclaré que ce projet apportait un soutien supplémentaire aux chômeurs sans le quantifier, ainsi que le versement direct d’une allocation exceptionnelle de 1 200 $ pour chaque Américain. Des incitations sont également prévues pour promouvoir la production d’équipements de protection pour les infirmières aux États-Unis, et non en Chine. Le projet comprend également une «protection juridique forte» pour les entreprises …
L’euro reste ferme à 1,17 / $. Le pétrole coûte 43 dollars le brent.

DES VALEURS CROISSANTES

Événements GL offre un beau rebond de 10%. Le spécialiste de l’événementiel profite des dernières annonces gouvernementales, qui ont permis la réouverture des foires et salons le 1er septembre, sans compteur de limite (jusqu’à présent contre 5 000 personnes).

Big Ben : + 7% avec Lectra après leurs comptes et Solocal (+ 6%)

Imerys a gagné du terrain (+ 5%) suite à des comptes intermédiaires moins compromis que prévu en raison de mesures de réduction des coûts rapidement mises en œuvre. Par exemple, le spécialiste des minéraux pour l’industrie a publié un EBITDA courant de 290 millions d’euros (-26%) pour les six premiers mois de l’année, soit une baisse du chiffre d’affaires de 16% à 1,9 milliard d’euros. . Les volumes de ventes ont diminué de 16,6%, dont 24,6% au deuxième trimestre, alors que la pandémie de Covid-19 a frappé les marchés industriels mondiaux. Malgré tout, la société a vu la production de son cash flow libre opérationnel net augmenter de 40% à 139 millions d’euros.

Nexity : + 4% avec Safran, Covivio

Carrefour une forte augmentation (+ 4%) quelques heures avant la publication des comptes semestriels. Le distributeur est entouré après que sa filiale brésilienne a révélé des résultats nettement supérieurs et meilleurs que prévu au deuxième trimestre. Au cours de la période sous revue, Carrefour Brésil a réalisé un bénéfice net ajusté de 713 millions de reals contre 473 MR au consensus pour un chiffre d’affaires de 15,9 milliards (+ 14,7%). La marge d’EBITDA ajusté était de 9%, soit une amélioration de 90 points de base.

Airbus : + 3% suivi de Voltalia, Engie

Groupe PSA (+ 2,5%) a révélé des états financiers semestriels dans un très fort ralentissement, oblige la crise Covid-19, mais le constructeur a réussi à maintenir un résultat net positif malgré tout. Le résultat net des six premiers mois de l’année s’élève ainsi à 595 millions d’euros contre 1,237 milliard d’euros un an plus tôt avec un chiffre d’affaires de 25,120 milliards d’euros, soit une baisse de 34,5%, mais supérieure aux 24,15 milliards attendus par analystes. Le résultat opérationnel courant du Groupe s’établit à 517 ME (contre 222 ME par consensus), en baisse de 84,5% par rapport au résultat opérationnel courant de la division Automobile qui recule de 72,5% à 731 ME. Cette rentabilité de 3,7% a été atteinte malgré un impact significatif de la baisse des volumes, grâce à un mix produits favorable et à une baisse des coûts. La marge opérationnelle courante s’établit ainsi à 2,1%, soit une baisse de 6,6 points sur un an.

Klepierre : + 2% avec Gecina, Ipsen, Scor, Groupe Crit, Icade, Eutelsat, EDF

Faurecia poursuit sa dynamique (+ 1,5%) après avoir progressé de plus de 6% hier dans le sillage de la publication intermédiaire. Le titre bénéficie de plusieurs notes d’analystes favorables à la suite des annonces faites la veille, comme MainFirst, qui est allé «  acheter  » sur l’action visant 44 euros contre 35,5 euros précédemment. SocGen a également augmenté ses conseils sur «l’achat» avec un objectif porté de 36 à 44 euros.

Suez : + 1,5% chez Orpea, Veolia, Atos, Infotel

VALEURS EN BAISSE

Technologies Akka baisse de 20%, fortement désavantagée après avoir averti que le résultat opérationnel courant du premier semestre sera négatif compte tenu de la baisse d’activité. Les ventes ont diminué de 12,7% au cours des six premiers mois de l’année (en organique -20,3%).

Europcar : -17% suivi de Navya (-10%)

STM (-5%) suite à l’annonce du lancement d’une émission d’obligations convertibles de 1,5 milliard de dollars. L’opération se compose de deux tranches (d’une taille minimale de 500 millions de dollars chacune) d’une maturité de 5 ans et d’une maturité de 7 ans. Le groupe franco-italien a également annoncé le remboursement anticipé d’obligations convertibles à coupon zéro de 750 millions de dollars qui sont en circulation à ce jour et arriveront à échéance en 2022. Chez les analystes, SocGen reste sur «l’achat» avec un objectif ramené de 37,5 à 32,5 euros, tandis que Morgan Stanley reste «surpondéré» avec un objectif de 30,5 euros.

LVMH (-4%) ont réalisé un chiffre d’affaires de 18,4 milliards d’euros au premier semestre 2020, soit une baisse de 27%. À données et devises comparables, le chiffre d’affaires a diminué de 28% par rapport à la même période de 2019. Le groupe d’activités Mode et Maroquinerie a enregistré une baisse de 24% à taille et en devises comparables au premier semestre 2020 à 7,99 milliards d’euros, tout en maintenant une marge opérationnelle courante de 22%. Au deuxième trimestre, les ventes de LVMH ont reculé de 38% à périmètre et devises comparables par rapport à la même période en 2019. Si des signes de reprise encourageants ont été observés en juin pour différentes activités du groupe, le chiffre d’affaires a fortement diminué aux États-Unis et en Europe au cours du trimestre. L’Asie, quant à elle, montre une nette amélioration des tendances, avec une forte reprise, notamment en Chine. Le résultat opérationnel courant du premier semestre 2020 s’élève à 1,671 milliard d’euros (5,3 milliards un an plus tôt) et affiche une marge opérationnelle courante de 9% (21,1% au premier semestre 2019). La rentabilité de Louis Vuitton, Christian Dior et Moët Hennessy est restée à un niveau élevé, mais le résultat net a reculé à 522 millions d’euros (3,27 milliards un an plus tôt). «Bien qu’il y ait eu de forts signes de reprise de l’activité depuis juin, nous restons vigilants pour le reste de l’année», a déclaré le PDG Bernard Arnault.

Rexel : -3% suivi d’AST, 2CRSI

Eramet : -2,5% avec Bolloré, Transgene, Kering et Amundi

Tarkett : -2% suivi par ADP après ses comptes, Nexans et Euronext

Dans l’attente de la publication des comptes intermédiaires jeudi, Renault (-1,5%) indique la contribution de son partenaire Nissan jusqu’au deuxième trimestre, les résultats seront négatifs à -1,244 milliard d’euros après ajustements IFRS. Le constructeur japonais a révélé une perte d’exploitation de 154 milliards de yens ce matin pour le trimestre clos en juin, tandis que les analystes prévoient une perte de 253 milliards de yens alors que le groupe accélère les réductions de coûts pour faire face à la baisse des ventes lors d’une pandémie. Les ventes ont diminué de 51% à 1,170 milliard de yuan.