Accueil » News » Montpellier: Circle Fishers, une plateforme pour une pêche responsable et solidaire

Montpellier: Circle Fishers, une plateforme pour une pêche responsable et solidaire

  • par

Un ancien passionné de pêche a lancé l’équivalent de «Vinted» pour ce passe-temps populaire.

«Je devais me réveiller le matin avec quelque chose qui avait du sens. ‘ Lorsque Karim Sanogho a quitté l’entreprise informatique pour laquelle il a travaillé pendant quatre ans en 2018, sa nouvelle direction était une vocation. « Passionné de pêche depuis l’enfance », la trentaine « a toujours espéré en faire sa profession. »

Quelques années avant sa démission, Karim a commencé à acheter du matériel d’occasion. « C’est beaucoup moins cher pour la pêche aux leurres ou à la carpe. Les cannes, moulinets et leurres sont des articles de haute qualité qui proviennent souvent du Japon ou des États-Unis. », il explique.

La revente augmente sur de nombreux groupes Facebook ou sur Leboncoin. Le passionné cherche, négocie, trouve souvent ce qu’il cherche.

Mais un jour une mauvaise surprise: « J’ai commandé un bâton qui s’est cassé. J’ai dû courir après le vendeur pour récupérer mon argent », Karim soupire. Cette expérience malheureuse, qu’il ne veut pas répéter, s’avère être une belle opportunité.

Transactions sécurisées

Dans le même temps, Vinted s’agrandit. Karim utilise actuellement cette application sécurisée qui propose des vêtements déjà portés à des prix réduits. Un parallèle est établi, qui est l’illumination. « Je me suis dit, nous avons également besoin d’une plateforme d’équipement de pêche d’occasion qui sécurise les transactions entre l’acheteur et le vendeur », se souvient l’entrepreneur.

De novembre 2018 à janvier 2019, Karim commence à créer Circle Fishers. En mars 2019, il rejoint IONIS 361, un incubateur de start-up à Montpellier. Avec cet outil, il peut tester et développer la validité de son projet.

De plus, IONIS 361 lui donne l’énorme avantage de« avoir beaucoup de compétences et de réseaux de soutien avec les étudiants et autres chefs de projet. »

Le site est opérationnel depuis un an et demi et compte désormais 2 500 annonces et plus de 2 000 transactions. L’annonce reste gratuite. Le paiement est géré par un fournisseur, Stripe, qui confisquera l’argent de l’acheteur jusqu’à ce qu’il reçoive son colis et le retournera en cas de problème. Circle Fishers prend une commission qui varie de 5 à 9% sur chaque contrat.

Un appareil qui semble répondre aux 3500 inscrits actuels qui peuvent se remarquer, comme sur Vinted. « Les gens sont très heureux, les premiers vendeurs et acheteurs sont toujours là, Confirme Karim. L’objectif: augmenter de dix le trafic vers le site en un an. « 

« Manque de cohésion »

Les gens dans la trentaine aiment considérer Circle Fishers comme une communauté. La plateforme est très active sur les réseaux sociaux et vise à responsabiliser les jeunes pêcheurs. Elle n’hésite pas à utiliser l’humour pour aborder des sujets alarmants comme la pollution de l’eau.

« On pense que c’est une méthode beaucoup plus efficace »Demande Karim, qui ne veut pas moraliser ses collègues.

Entre les pêcheurs qui se battent pour leur taille et ceux qui reprochent à leurs collègues de ne pas lâcher le poisson, « Dommage, car il y a un manque de cohérence dans la profession », dit le patron.

Nouvelle étape vers une connexion intermédiaire, Karim prévoit d’encourager les détaillants à publier leurs produits de dédouanement et invendus en ligne sur Circle Fishers. « Et pourquoi ne pas visiter leurs magasins pour leur montrer comment le faire et leur faciliter la tâche … », il considère. La pêche solidaire a de beaux jours devant elle.