Accueil » News » ᐅ Freelance Informatique → Le guide pour devenir indépendant!

ᐅ Freelance Informatique → Le guide pour devenir indépendant!

  • par

Par Johan Sellitto – Devenez consultant indépendant

Dans sa grande forme, l’industrie informatique bénéficie directement de la transformation numérique des entreprises. Sécurité des données, cloud computing, gestion de serveurs, applications web, intelligence artificielle, développement de sites web … pour assurer leur survie et favoriser leur développement à l’échelle nationale et internationale, de plus en plus d’entreprises se tournent vers les freelances. Une situation qui profite à tous ceux qui souhaitent devenir consultant informatique!

Indépendant IT: avez-vous le profil?

Parfois appelé consultant informatique ou consultant système d’information, le freelance IT accompagne et conseille les entreprises dans leurs acquisition de matériel et de logiciels. Cela les aide également optimiser leurs solutions actuelles selon les besoins: intranets, extranets, applications mobiles ou encore sites Web; et peut participer au former leur personnel.

Issu d’une école technique, d’une école spécialisée ou d’un cycle universitaire, les consultants en informatique sont parfois véritablement autodidactes qui puisent leurs multiples compétences dans une véritable passion pour les nouvelles technologies.

À proprement parler, il n’existe pas de profil type pour un consultant informatique indépendant. Compte tenu de la taille du domaine il y a en effet de nombreuses spécialités différentes. Même s’il ne peut pas être un expert de toutes les technologies et langages informatiques actuellement utilisés, le conseiller en informatique a toujours une connaissance globale de l’existant et une vision précise des nouvelles tendances qui se profilent à l’horizon.

devenir indépendant

Démarrer un freelance informatique: les conditions

Devenir indépendant, nécessitant à la fois des compétences avancées et un état d’esprit particulier une route pavée de revendication. Si ce mode de vie semble attractif à bien des égards, il est réservé à une catégorie particulière de personnes. Avant de commencer avec le corps et l’esprit, nous vous recommandons de vous poser les questions suivantes:

  • Ai-je les compétences pour devenir un entrepreneur indépendant? Il s’agit principalement de prendre le pouls des connaissances techniques et théoriques concernant son cœur de métier.
  • Mon projet est-il économiquement réalisable? Pour commencer, d’accord, mais y a-t-il suffisamment de demande pour survivre sur le marché cible?
  • Quelles sont mes vraies motivations? Une volonté d’émancipation peut masquer une envie de fuir le travail salarié, plus qu’une réelle envie de devenir entrepreneur.
  • Est-ce le bon moment pour commencer? Parfois, il est préférable de reporter votre projet de quelques mois au lieu d’aller droit contre le mur. Surtout quand le contexte familial est compliqué.
  • Ai-je une capacité financière suffisante pour démarrer ce projet? Les premiers mois peuvent être avares de contrats. Il est donc judicieux de disposer d’une réserve financière suffisante avant le départ.
  • Quel est le statut le plus avantageux pour mes besoins? Vous devez avoir une vision claire de vos besoins en termes de sécurité, d’encadrement, de flexibilité …
  • Puis-je obtenir un soutien financier ou un soutien? Les demandeurs d’emploi, mais pas seulement, peuvent généralement bénéficier d’un coup de main de l’État ou des communautés locales.

Indépendant informatique

Selon une récente enquête de l’agence de recrutement Hays, le TJM peut se lancer dans l’informatique de 275 € HT à 880 € HT. Un écart important qui doit être attribué à plusieurs facteurs: le domaine de spécialisation, le niveau d’expérience, les technologies gérées, les compétences recherchées par les entreprises, la situation géographique, le déploiement des missions réalisées …

Compte tenu d’une pléthore d’éléments à prendre en compte, la création d’une liste de prix cohérente n’est pas nécessairement la tâche la plus évidente, en particulier au démarrage d’une entreprise.

Voici trois scénarios:

① Partir du chiffre d’affaires attendu

Comme son nom l’indique, cette méthode consiste à déterminer le chiffre d’affaires idéal, en tenant compte des différentes dépenses personnelles mensuelles, ainsi que des différents coûts et coûts professionnels (frais de prospection, frais de déplacement, abonnement mobile et internet, maintenance du matériel …).

Avec ces informations clairement à l’esprit, le pigiste informatique divise le revenu visé en un nombre déterminé de jours ouvrables réels afin qu’il puisse obtenir le montant du tarif journalier à appliquer.

② Sur la base des prix du marché

En prenant le temps d’étudier les prix du marché, le pigiste peut se faire une assez bonne idée de la fourchette de prix dans laquelle se situer s’il veut remporter des contrats tout en conservant sa crédibilité.

Cependant, l’objectif ici n’est pas de s’adapter à la concurrence, mais de fixer un prix au-dessus de la moyenne, si possible, en mettant l’accent sur sa valeur ajoutée (compétences, expérience, réactivité, etc.).

③ Gérer le budget du client

Lorsque l’offre dépasse la demande, le client est bien placé pour négocier les tarifs à son avantage, en particulier lorsque la concurrence fait baisser les prix pour accroître la compétitivité.

Dans une telle situation, il peut être intéressant de demander au client le budget disponible et d’ajuster son offre de services en conséquence, afin de ne pas perdre l’échange.

Comme le début de la carrière de la plupart des informaticiens rime souvent avec SSIICependant, nombre d’entre eux envisagent de s’appuyer sur leur expérience de démarrage d’une carrière indépendante après quelques années de bons et loyaux services.

➔ Continuer: Portage payant ou prestataire informatique: comparaison

Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’en ce qui concerne statut juridique de, l’aspirant consultant informatique indépendant n’a que l’embarras du choix. SASU, EURL, entreprise individuelle, micro-entreprise, transfert de salaires … Il est clair que chacun de ces statuts a ses forces et ses faiblesses.

Donc si SASU et EURL cependant, pour que le chef de projet puisse profiter d’une structure flexible et crédible (idéale si vous envisagez d’engager des investisseurs), leur composition et leur gestion peuvent être lourdes et complexes.

Plus accessible, l’entreprise individuelle classique, l’EIRL ou le régime micro-entrepreneurial peuvent cependant limiter le développement de l’activité et ne pas toujours bénéficier d’une image très positive auprès des entreprises à la recherche d’un partenaire de confiance.

Portage salarial IT: la «bonne» solution?

La paie a été officialisée à la fin des années 80 et est une façon de travailler quelque peu atypique avec laquelle les professionnels peuvent mettre leur expertise au service des entreprises. La différence avec SASU ou micro-entreprise? Le consultant bénéficie du portage salarial statut de l’employémais conserve une autonomie complète.

Choisir le portage informatique, c’est:

  • Ayez la liberté de choisir et de développer votre clientèle
  • Négocier ses honoraires et les modalités de ses interventions directement avec ses clients
  • Organisez-vous quotidiennement sans aucune restriction
  • Sont affiliés au système général de sécurité sociale
  • Pour pouvoir bénéficier des allocations de chômage lorsque vous êtes inactif
  • Bénéficiez d’une gamme complète de services pour développer votre activité de conseil informatique (réseau d’experts, assistance juridique, formation professionnelle)

Plus d’informations manuel d’utilisation : 5 raisons de se lancer dans la paie informatique

informations sur la réunion de participation

Quel salaire pour un freelance informatique?

La rémunération qu’un consultant informatique reçoit est très variable. Cela dépend bien sûr Niveau d’expérience dans son domaine compétences professionnelles, mais aussi maîtrisé la rareté des technologies et des langues. Pour information: le chiffre d’affaires des consultants les plus expérimentés peut facilement s’élever à 70 000 € brut par an.

Si vous choisissez la paie pour effectuer une activité informatique, vous devez accepter de payer une partie de vos ventes à votre société de paie. De 7% à 10%, ce comité vous pouvez bénéficier d’un accompagnement juridique, de la prise en charge de vos formalités administratives, d’un accès exclusif à un réseau professionnel, de formations et d’offres d’emploi …

Après paiement des frais de gestion et des charges sociales, le montant des salaires nets perçus représente environ la moitié de votre chiffre d’affaires. Sous réserve de la présentation de pièces justificatives, vous pouvez également récupérer une partie de votre argent frais de fonctionnement (non imposable), jusqu’à 30% de votre chiffre d’affaires.

simulation de salaire

Enfin, il convient de noter que la loi est une salaire minimum en vertu de laquelle le consultant n’est pas autorisé à travailler dans le portage rémunéré. Ce minimum correspond à 70%, 75% ou 85% du montant du plafond de la sécurité sociale, selon votre profil (junior salarié, senior ou salarié forfait journée).

Travailler en tant que freelance informatique

démarrer une activité indépendante

Si vous envisagez de devenir consultant informatique, les conseils suivants peuvent vous aider à mieux comprendre votre nouvel emploi!

Investissez dans un bon équipement

En tant que prestataire de services, vous êtes régulièrement appelé à travailler pour vos clients. Il est donc essentiel que vous ayez au moins un Portable. De plus, si l’une de vos missions nécessite un investissement en logiciel ou matériel supplémentaire, nous vous recommandons vivement de négocier un accompagnement pour cet achat avec votre client lors de la rédaction de votre contrat de service.

➁ Ne négligez pas l’aspect commercial de votre activité

Devenir indépendant, quel que soit le domaine que vous envisagez, c’est aussi pouvoir vendre vos compétences uniquement aux entreprises. Le secteur informatique n’échappe bien entendu pas à la règle! Si vous le fibres commercialesil serait donc prudent d’améliorer ce point absolument crucial.

➂ Travaillez sur vos lacunes

Outre l’aspect purement commercial, qui est souvent l’un des points noirs du consultant dans ses premiers pas en entrepreneuriat, il est essentiel d’être conscient de vos autres faiblesses pour les surmonter.

Surtout dans le domaine du conseil savoir organiser, constituer une offre cohérente, gérer un projet de A à Z, rédiger un cahier des charges… Si vous pêchez dans l’une de ces zones, vous devez vous améliorer!

Strikt Mener une surveillance stricte des informations

S’il y a un secteur dans lequel il est essentiel d’être toujours être à jour, c’est le domaine informatique! De nouvelles technologies et tendances apparaissent chaque semaine.

Parmi eux, certains prennent la place longtemps occupée par d’autres. S’il est très difficile pour l’homme ordinaire de naviguer, en tant que spécialiste des problèmes informatiques, vous devez toujours vous efforcer gardez une vision claire de votre entreprise. Il s’agit simplement de la qualité de vos interventions et de votre crédibilité en tant que professionnel!

➄ Développez votre réseau professionnel

Au moment de choisir de s’engager sur le chemin sinueux de l’indépendance, il est important de prendre le temps de développer son réseau professionnel en participant événements de réseautage, variait de temps en temps avec ses contacts et services rendus.

Un bon réseau peut en effet être d’une grande aide pour obtenir des missions intéressantes ou trouver des compétences supplémentaires pour répondre à un problème spécifique.

➅ Profitez des outils à votre disposition

Aujourd’hui, de nombreuses plateformes en ligne, comme Coder, Hopwork ou 404works vous permettent trouver facilement des missions approprié à votre domaine. Il serait donc regrettable de s’en passer.

De plus, que vous soyez propriétaire d’un site Web ou non, nous ne saurions trop vous recommander pour profiter des plus importants réseaux sociaux, notamment LinkedIn, pour diffuser votre expertise au plus grand nombre!

Article rédigé le 8 février 2018