Accueil » News » Un système de sécurité incendie innovant dans les sous-sols du futur centre administratif de Chartres

Un système de sécurité incendie innovant dans les sous-sols du futur centre administratif de Chartres

  • par

Arrêtés par l’incarcération, les travaux du futur centre administratif ont repris le 2 juin 2020. Une grande partie des sous-sols du futur centre administratif abritera des salles informatiques, notamment dédiées à la vidéosurveillance en ville et hébergeant les data centers de Chartres et du agglomération, mais aussi des espaces d’archives, sous-traités à des prestataires externes.

Les travaux du centre administratif de Chartres ont repris avec la moitié des effectifs

Zones sensibles pour lesquelles Siemens a installé un système de détection et d’extinction d’incendie. A l’issue d’un appel d’offres, le site Smart Infrastructure de la société allemande a été retenu pour équiper le bâtiment de 12 000 m² autour de l’hôtel Montescot. Jean-Pierre Laurendeau, ingénieur commercial chez Siemens, déclare: «Pour éviter d’endommager l’hôtel Montescot, classé depuis 1939, nous avons installé un système de détection incendie sans fil relié à une unité de contrôle et de signalisation. Dans les sous-sols le système d’extinction n’endommage pas le matériel informatique ni les archives stockées. C’est pourquoi nous avons installé un extincteur à l’azote. « 

Gaz neutre, présent à 78% dans l’air, de l’azote est pulvérisé dans la pièce pour «éteindre» le départ d’un incendie en une dizaine de minutes. Contrairement à l’eau, il n’endommage pas les matériaux stockés dans les chambres.

Un réseau de canalisations pour différents secteurs

L’ingénieur Siemens explique son fonctionnement: «Nous avons installé différents détecteurs de fumée, avec différents niveaux de sensibilité. Ils couvrent en moyenne 14 m² et détectent la fumée entre 10 secondes et une minute après le premier rejet. Une alarme retentit et le personnel aura 30 secondes pour quitter la zone avant que l’azote ne se propage dans la pièce. « 
L’azote est stocké dans deux batteries de dix et onze bouteilles. Cela représente près de 50 kg de gaz stockés à 300 bars. Un réseau de canalisations dessert 22 zones d’extinction, reliées aux batteries. « Au lieu d’éteindre pièce par pièce, avec un système indépendant pour chaque secteur, vous pouvez éteindre les incendies dans plusieurs pièces avec la même batterie, mais pas en même temps. Sauf infraction pénale, il arrive rarement qu’un incendie se déclare dans plusieurs pièces à la fois. Les murs sont imperméables pendant environ 30 minutes », souligne Jean-Pierre Laurendeau.

Au lieu d’éteindre pièce par pièce, avec un système indépendant pour chaque secteur, nous pouvons éteindre les incendies dans plusieurs pièces avec la même batterie, mais pas en même temps

Philippe Charlot, directeur des solutions d’extinction chez Siemens, ajoute: «Nous avons choisi l’azote pour plusieurs raisons. Premièrement, parce que c’est un gaz bon marché. Parce que la densité est alors égale à celle de l’air, c’est-à-dire qu’il reste bien réparti dans une chambre, contrairement à d’autres gaz inhibiteurs, plus lourds que l’air, qui descendent vers le sol. « 

Les vannes protègent la chambre de la surpression et contrôlent le volume du gaz injecté pour empêcher les cloisons de s’effondrer sous la pression. Une fois le feu éteint, l’azote reste dans l’air. Il y a encore de l’oxygène dans l’air, environ 15 à 16%. Il appartient ensuite aux pompiers d’évacuer l’air avec des boyaux », poursuit Jean-Pierre Laurendeau.

Le centre administratif de Chartres n’ouvrira pas « avant le mois d’avril 2020 »

La livraison des travaux a déjà été reportée à plusieurs reprises en raison de la crise des coronavirus. Avant la détention, la ville prévoyait d’ouvrir les comptoirs au public de la place des Halles en septembre 2020.

En chiffres

  • 600 détecteurs d’incendie installé dans tout le centre administratif.
  • 90 déclencheurs manuels alarme.
  • 220 sirènes d’évacuation installé dans le poteau.
  • 2 piles, 21 bouteilles d’azote, ont éteint un feu dans 22 parties du sous-sol.

Marion Bérard
marion.berard@centrefrance.com