Accueil » News » Les actions européennes glissent sous un orage

Les actions européennes glissent sous un orage

  • par

Les marchés boursiers européens ont clôturé jeudi avec de légères variations après avoir effacé leurs gains en séance dans un environnement de marché affecté par le risque sanitaire persistant et les tensions entre les États-Unis et la Chine face aux doutes croissants sur la solidité de la reprise économique.

Paris, le CAC 40 CD 0,07% 5,033,76 points, le britannique Footsie grappill 0,07% et l’Allemand Dax clôturent quasiment inchangés (-0,01%).

L’indice EuroStoxx 50 a atteint 0,03%, le FTSEurofirst 300 0,09% et le Stoxx 600 0,06%.

Longtemps portés par des résultats d’exploitation généralement bien accueillis, les indices fléchissent après l’annonce d’une augmentation des allocations de chômage aux États-Unis la semaine dernière, montrant que la reprise de l’emploi ralentit l’aile à un moment où les infections à Covid-19 battre des records dans plusieurs États américains.

Dans le même temps, la situation sur le front géopolitique reste tendue avec la menace de Donald Trump d’ordonner des fermetures supplémentaires de consulats chinois aux États-Unis après avoir appelé Pékin à fermer ceux de Houston, au Texas.

Il n’y a pas non plus de clarification sur le front du Brexit, où la Grande-Bretagne et l’Union européenne (UE) s’opposent aux chances de parvenir à un accord sur leurs relations futures. Bruxelles considère un tel accord comme « improbable » à ce stade. mais Londres espère l’atteindre en septembre.

VALEURS

Ce contexte tendu n’a pas empêché Publicis de se démarquer avec un bond de 8,01% alors que les résultats semestriels étaient moins mauvais que les marchés ne le craignaient.

Très solide également, Pernod Ricard atteint 2,46% après une révision à la hausse de la prévision de résultat opérationnel annuel courant.

Contrairement à la tendance, Dassault Systèmes, la lanterne rouge de l’ACC, affiche un CD de 3,78% après des ventes légèrement inférieures aux attentes.

Ailleurs en Europe, Unilever à Londres a progressé de 7,88%, les ventes de gants FMCG ayant baissé nettement moins que prévu dans le cadre d’une solide performance en Amérique du Nord.

A Francfort, Daimler a pris 4,26% au profit d’une perte d’exploitation plus faible que prévu et a porté l’indice Stoxx automobile, qui a gagné 2,07%.

UNE RUE DE MUR

Les indices de Wall Street baissent modérément à l’heure de clôture en Europe, les investisseurs ayant répondu à une série de publications trimestrielles d’entreprises.

Les opportunités sont en outre tirées par les résultats de Microsoft, qui a perdu 1,83% après avoir annoncé une croissance des ventes de moins de 50% pour sa plate-forme de calcul industrialisé («cloud») pour la première fois depuis sa création.

À la hausse, Twitter gagne 7,77% après avoir signalé la plus forte croissance annuelle du nombre d’utilisateurs susceptibles d’être touchés par les annonceurs.

Les contrats à terme sur benchmarks ont baissé après la publication des chiffres du chômage une heure avant l’ouverture.

Les nouvelles demandes ont atteint 1 416 millions dans la semaine du 18 juillet, contre 1 307 millions la semaine précédente, selon les données publiées jeudi par le ministère du Travail.

Il s’agit de leur première augmentation depuis la semaine au 28 mars, date à laquelle ils ont atteint un record de 6867 millions en raison de l’arrêt d’une grande partie de l’activité de lutte contre la propagation du coronavirus.

CHANGEMENTS / TARIFS

En termes de devises, l’euro est en hausse de 0,2%, 1159 $, après avoir atteint 1,16 $ pour la première fois depuis octobre 2018 suite à l’adoption mercredi par les dirigeants européens d’un plan de relance. de 750 milliards d’euros.

L ‘«indice du dollar», qui mesure les fluctuations de la devise américaine par rapport à six autres devises de référence, a perdu 0,1%.

Sur le marché de la dette publique, le rendement à 10 ans du Bund est passé à un point de base de -0,48% après être tombé à un plus bas de deux mois de -0,498% mercredi. Son homologue américain perd 0,58% point de base.

PTROLE

Les deux contrats de référence sur le pétrole brut se retirent au lendemain de l’annonce d’une hausse inattendue des stocks de brut aux États-Unis

Le baril de Brent perd près de 1% pour passer sous les 44 $, et celui du brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) perd 0,6%, 41,65 $.

CHOSES À RECHERCHER VENDREDI:

Vendredi sera marqué par la publication des résultats préliminaires des enquêtes auprès des directeurs d’achats (PMI) sur l’activité économique dans la zone euro en juillet.

(dit par)

par Patrick Vignal