Le gouvernement s’engage à aider la SNCF “ pour plusieurs milliards d’euros ”

Après Air France ou Renault, l’Etat promet un soutien de «plusieurs milliards d’euros» à une autre société de premier plan, la SNCF, pour pallier la lourde perte de profit provoquée notamment par la crise sanitaire.

Le groupe ferroviaire sera assisté “ à hauteur de plusieurs milliards d’euros ”, a déclaré jeudi le ministre des Transports Jean-Baptiste Djebbari dans un entretien au Figaro, soulignant que l’Etat a déjà autorisé la SNCF à emprunter 1,2 milliard. euros sur les marchés et financé «le salaire d’un cheminot sur trois» pour une activité partielle pendant l’incarcération.

“Il y a plusieurs options sur la table: la recapitalisation du groupe ou l’acquisition d’une partie supplémentaire de la dette”, confirme Jean-Baptiste Djebbari dans cet entretien.

“Allons-nous utiliser une option plutôt qu’une autre ou mélanger des solutions?” il continue. Il souligne que “l’arbitrage n’a pas encore été combattu”.

Mi-juin, Jean-Pierre Farandou, PDG de la SNCF, estimait que la crise de Covid-19 devrait coûter à l’opérateur ferroviaire près de quatre milliards d’euros de chiffre d’affaires.

Ajoutez à cela la perte de chiffre d’affaires dans les grèves contre la réforme des retraites, estimée à un milliard d’euros, et le déficit de la SNCF est d’environ 5 milliards d’euros depuis décembre de l’année dernière.

Dès le mois de mai, craignant que la situation financière de la SNCF – qui avait accumulé une dette d’environ 35 milliards d’euros début 2020 – ne se détériore, M. Farandou avait lancé un appel à l’État actionnaire: «L’idée d’un ‘plan de soutien à la La SNCF ne me paraît pas déraisonnable », a-t-il déclaré, rappelant qu’Air France et Renault en ont profité.

– Deux nouveaux trains de nuit en 2022 –

«En contrepartie, si l’État investit des sommes importantes, il attend de la SNCF qu’elle délivre des performances économiques, environnementales et sociales élevées», prévient Jean-Baptiste Djebbari dans Le Figaro.

«Nous voulons que le réseau ferroviaire soit modernisé d’ici dix ans; afin que les trains de voyageurs de jour et de nuit et les trains de marchandises puissent circuler sans problème. Pour ce faire, nous devons continuer à suivre le cours de la réforme de 2018; c’est-à-dire un investissement de plusieurs milliards d’euros par an jusqu’en 2022 pour restaurer le réseau ferroviaire », poursuit-il.

“Un soutien suffisamment fort permettra à la SNCF de se rééquilibrer au plus vite. Elle ne revient clairement pas à la production de dette”, a souligné M. Djebbari.

Dans son discours du 14 juillet, Emmanuel Macron a souligné son intention de «réaménager massivement» le fret ferroviaire, le petit rail et les trains de nuit dans le cadre de sa politique de transition écologique.

En vue de “relancer le transport ferroviaire de fret en France”, M. Djebbari a indiqué qu’il avait notamment proposé au Premier ministre “d’abaisser le péage des entreprises opérant sur le réseau national”.

Le gouvernement s’efforce également de “relancer deux trains de nuit supplémentaires par, pourquoi pas, un Paris-Nice pour démarrer d’ici 2022”, a déclaré le délégué du ministre, qui a déclaré jeudi à France Info que la deuxième ligne serait sur le point de cela va à Tarbes plus tôt ».

“L’Etat financera d’abord la rénovation du matériel roulant existant avant d’envisager l’achat de nouveaux trains pour développer un réseau européen plus large à plus long terme”, a-t-il déclaré.

Sur les “petites lignes”, “l’Etat continuera à mobiliser des cofinancements importants pour rénover autant d’autres lignes que possible”, promet-il.

AFP