Accueil » News » Cash up, malgré un semestre complexe

Cash up, malgré un semestre complexe

  • par

(Agence Ecofin) – Maroc Telecom a réussi à augmenter son niveau de trésorerie au premier semestre 2020, malgré des coûts de l’ordre de 4,4 milliards de dirhams. Il a bénéficié d’une forte résilience de ses activités en Afrique subsaharienne. Son évolution en bourse doit être surveillée.

La trésorerie du groupe Maroc Telecom, première capitalisation boursière de la Bourse de Casablanca, s’est terminée au premier trimestre avec un montant de 2,27 milliards de dirhams marocains (237 millions de dollars). Cela représente une augmentation de 39% par rapport au niveau de la même période en 2019.

Au cours des six premiers mois de 2020, le groupe a augmenté sa trésorerie de 788 millions de dirhams, contre 66 millions de dirhams au premier semestre 2019.

Ce niveau de trésorerie du groupe est un abus, car l’exercice a été marqué par une baisse des prix dans certaines filiales, dans le reste de l’Afrique, et les effets de Covid-19. En effet, le groupe affirme avoir payé l’amende de 3,3 milliards de dirhams en totalité. a été imposé par le régulateur marocain, en février 2020. Il avait prévu ces dépenses dans les comptes de l’exercice 2019. Le groupe a également dû payer 107 millions de dirhams pour un permis supplémentaire au Togo.

Sur un autre plan, Maroc Telecom a versé 1 milliard de dirhams au fonds spécial Covid-19 au Maroc.

Le revenu international est quasiment stable si l’on ne tient pas compte de l’intégration du Tchad. Au Burkina Faso, la taxe de vente a augmenté de deux points de pourcentage, passant de 5% à 7% pour les opérateurs mobiles. De plus, il existe une extension de cette taxe sur les ventes mobiles.

Au Togo, au Mali, au Tchad et au Gabon, certains taux ont été révisés à la baisse. Au final, cependant, le résultat opérationnel est resté quasiment stable par rapport à la même période en 2019, soutenu par l’intégration complète des opérations tchadiennes.

Le résultat net consolidé a diminué de 31%, principalement en raison de la contribution au fonds Covid-19 au Maroc. Le résultat net hors parts minoritaires dans les filiales est de 1,9 milliard de dirhams.

A la bourse de Casablanca où le groupe est coté, la valeur de l’action n’a que peu évolué, même si elle baisse. Il est en hausse de 28% par rapport à son plus bas niveau de l’année atteint le 18 mars lors des premières mesures anti-covido. La valeur actuelle (14,58 $) reste inférieure à son niveau le plus élevé en 2020 (16,8 $). Mais les opportunités de croissance sont faibles. En dollars américains, la valeur actuelle représente 45,8 fois le bénéfice net par action, hors éléments exceptionnels. Cependant, l’action offre toujours un rendement de dividende de 4%, ce qui reste attrayant en ces temps.

Linge Idriss