Accueil » News » EPR: commentaires mineurs sur le pessimisme de la Cour

EPR: commentaires mineurs sur le pessimisme de la Cour

  • par

La Cour des comptes a rendu son avis le 9 juillet sur la situation de l’industrie nucléaire française, l’EPR de Flamanville et la poursuite du développement de cette technologie. Si le nouveau président de la juridiction financière suprême, Pierre Moscovici, tient à souligner que sous sa présidence la Cour sortirait de son attitude un peu décontractée de père battant, il est difficile de discerner la moindre indulgence dans l’analyse des magistrats de rue Cambon. Bien qu’EDF doive présenter un programme de construction de six nouveaux réacteurs nucléaires de troisième génération en France début 2021, la Cour cache son inquiétude face à une décision dont l’impact sur l’ensemble du mix énergétique national n’est rien de moins que « jusqu’au XXIe siècle ».

Bien sûr, comme le Scorpion dans la fable, la Cour des comptes est dans son rôle de signaler les retards et dépassements de coûts subis par l’EPR de Flamanville au nom de la préservation des deniers publics. Personne ne conteste sérieusement que des erreurs ont été commises et que des difficultés importantes ont dû être surmontées. EDF partage ce commentaire, déjà préparé dans le rapport Folz du 28 octobre 2019 et qui justifiait l’approbation par l’ingénieur en énergie du plan Excell pour remédier aux défauts de qualité identifiés.

Il est permis, en tant que contradiction à la base de la recherche de la vérité qui rend justice – y compris la justice financière – de faire quelques commentaires ici.

Tout d’abord, il est clair que nous devons constamment nous rappeler que traiter avec l’EPR ne concerne pas le dernier modèle de voiture ou de smartphone! Il ne s’agit pas de prôner la clémence et puisque tout s’est toujours déroulé sans accroc. Il s’agit de mesurer la complexité du sujet nucléaire. Apprendre en marchant, en tâtonnant, en faisant parfois des erreurs est inhérent à des projets aussi complexes que l’EPR, ainsi qu’aux défis de compétences techniques qui en découlent.

Parce qu’il s’agit de l’industrie, il faut être capable de penser en coûts marginaux et en séries. L’EPR 2, que la Cour vise, sera de conception beaucoup plus simple que son prédécesseur. Les compétences nécessaires, parfois insuffisantes ou sous-testées, seront restituées non seulement par EDF, mais aussi par l’ensemble du secteur concerné, qui doit pouvoir se projeter. Signe que l’avertissement avalisé par la Cour des comptes est partagé par EDF, la décision a été prise par l’opérateur de ne pas couler le premier béton du premier de l’EPR 2 tant que 70% des études de détail n’auront pas été réalisées (40% dans le cas de l’EPR de Flamanville).

Enfin, si c’est l’honneur des comptables de faire une déclaration sincère à un moment donné, il ne faut pas avoir peur de replacer la question du nucléaire civil dans une perspective plus large et plus profonde. La réalité est que si nous ne reconnaissons pas l’énergie nucléaire de manière centralisée, il n’y aura pas de transition énergétique durable, fiable et contrôlée. Le GIEC, bien que non soupçonné d’être favorable à l’électricité d’origine nucléaire, a pris acte, afin de maîtriser le réchauffement climatique, de la nécessité de mobiliser toutes les énergies bas carbone, y compris l’électricité d’origine nucléaire pour laquelle la France dispose d’une filière de référence. Et qu’en est-il de nos partenaires européens? Alors que l’Allemagne prend constamment conscience de l’impact négatif sur son empreinte carbone – sans parler de l’impact négatif en termes de pouvoir d’achat et de compétitivité industrielle – d’une sortie précipitée et mal conçue de l’énergie nucléaire civile. , le Royaume-Uni, avec un courage énergétique reconnu, jouera un rôle important dans l’énergie nucléaire dans les années à venir.

Bref, cela signifie que si nous entendons et prenons en compte les critiques de la Cour des comptes, elles ne doivent pas cacher le vrai problème: la modernisation de notre parc nucléaire comme pilier central de notre mix énergétique, aux côtés d’autres énergies bas carbone dont le développement doit être encouragé .