Yvelines. À Poigny-la-Forêt, l’abbaye des Moulineaux s’apprête à subir une métamorphose

A Poigny-la-Forêt (Yvelines) se cache un trésor: l’abbaye des Moulineaux. Né de l’oubli, le site historique s’apprête à vivre une nouvelle vie.

La restauration de la chapelle de Poigny-la-Forêt (Yvelines) débutera au premier semestre 2021. (© Florence Chevalier)

Selon la duchesse d’Uzès, selon la légende, une jeune fille prénommée Hilda s’approche Abbaye des Moulineaux à Poigny-la-Forêt, Il y a 1000 ans. Dès lors, son âme serait vouée à des pérégrinations éternelles …

Malheureusement, la tranquillité d’esprit est quelque peu perturbée depuis un certain temps. Partant depuis des décennies, le le site prend vie. Un drone a survolé le site en avril. Grâce à un processus de télédétection laser connu sous le nom de lidar, l’emplacement de l’ancien pavillon de chasse a été découvert.

Lisez aussi: Yvelines. Enfin, découvrez l’abbaye des Moulineaux à Poigny-la-Forêt

Les travaux de protection de ce patrimoine rare peuvent enfin commencer.

Les entreprises sont consultées en fin d’année. Ensuite, les travaux commenceront au premier semestre 2021. L’urgence concerne la chapelle, classée monument historique en 2014. “La toiture est à restaurer, les façades à restaurer et le balcon intérieur à reconstruire. Notre objectif est d’ouvrir définitivement le site à partir des Journées du Patrimoine 2021”, annonce Nicolas Derely, le président très dynamique et motivé de l’association Sauvez les Moulineaux.

Les fouilles ont eu lieu pendant deux semaines fin juin. (© F. C.)

Aujourd’hui, le rêve prend forme. Mais comme on s’en souvient Maire Thierry Convert, «Nous travaillons sur ce dossier depuis plus de dix ans. En 2008, la mairie a adressé la première lettre au propriétaire. “

Le bureau d’études assistera la mairie de Poigny-la-Forêt en qualité de maître d’ouvrage. La gestion du projet est assurée par Bortolussi (architecte des monuments historiques). Le budget de ces travaux de restauration est de 298 000 euros (hors taxes). La mairie couvre 20% du montant, la direction régionale des affaires culturelles (DRAC) 30%, le département 28% et toute la région.

Travaillez trois générations

En prévision de l’ouverture au public, un autre dossier de subvention (7 500 €) a été déposé pour financer la création d’enseignes qui racontent l’histoire des Moulineaux et de la région en texte et en image.

«C’est la valeur ajoutée de l’association, qui aide la communauté à aller plus vite. Il m’a fallu trois jours en tant que bénévole pour compiler les dossiers de bourses », explique Nicolas Derely, dont la mission est tout sauf limitée à la paperasse. «Il y a du travail ici depuis trois générations.

Je voudrais faire comme à Guédelon (chantier historique d’un château fort aux techniques médiévales. Les visites financent l’achat de matériel, éditeur).

Des bénévoles ennuyés après leur retraite viendraient reconstruire le site. Ce que j’aime, ce sont les histoires d’hommes. “

C’est notre richesse », a déclaré Nicolas Derely.

Un espace souterrain

En juin, l’association archéologique Monachus, avec le soutien de l’association patrimoniale Sauvons Les Moulineaux, de la DRAC Île-de-France et de la mairie de Poigny-la-Forêt, a effectué une mission de fouilles sur le site de Moulineaux, ancien prieuré de Grandmont du XIIe siècle et majestueux Hôtel particulier de la famille Angennes du 16ème siècle. La mission, composée d’une dizaine d’étudiants de Sorbonne-Universités, Panthéon-Sorbonne et Versailles-Saint-Quentin, était dirigée par Mathias Bellat (Muséum national d’histoire naturelle) et Etienne Courné (Aix-Marseille Université).
Ce projet était en ligne avec les résultats obtenus lors de la mission d’enquête qui a eu lieu en juin 2019.
Destruction sauvage du prieuré
Les fouilles de cette année ont permis de marquer avec presque certitude la destruction volontaire du prieuré pour reconstruire le château. «En fait, deux états de murs superposés ont été observés avec la maçonnerie, ce qui permet de les distinguer dans des zones différentes. Des découvertes inattendues ont également été faites, notamment une ouverture voûtée qui indique la présence d’une cave ou du moins d’un espace souterrain sous ce qu’aurait dû être la cuisine ou le réfectoire des moines », annonce Etienne Courné.
L’excavation de cet espace souterrain se poursuivra l’année prochaine. «Le site fournira des informations précieuses sur la vie quotidienne et les produits que les moines consomment et par extension sur l’aménagement du site. Et l’étude d’une zone que nous pouvons espérer dans un très bon état de conservation (sinon la partie supérieure du coffre-fort semble avoir disparu) », espère Etienne Courné.

Prochaine visite à l’abbaye des Moulineaux, les 19 et 20 septembre pour les Journées du Patrimoine.