Accueil » News » La ville de Narbonne a également fait ses comptes

La ville de Narbonne a également fait ses comptes

  • par

Lors de l’épidémie de coronavirus, la ville de Narbonne, comme toutes les communautés, a été confrontée à de nouveaux besoins qui ont perturbé les projections budgétaires. « Des surcoûts, moins de revenus, mais aussi des économies avec des coûts non réalisés, c’est le cas lorsque de nombreux événements sont annulés voire des services non réalisés après la fermeture des cantines » dit Ludovic Juge, le directeur des services satisfaits « a réussi à traverser la crise sans recourir à des prêts ».

Les surcoûts s’élèvent donc à 820 000 € répartis sur l’achat d’équipements de protection (masque, gel, visière) pour 450 000 €, l’achat de services ou de produits d’entretien pour le nettoyage des écoles et des bâtiments. pour 100 000 €, ainsi que l’enveloppe du dispositif «coup de main» d’une valeur de 250 000 €, ou un accompagnement supplémentaire de 500 € pour chaque entreprise Narbonne éligible au dispositif Grand Narbonne. 20 000 € ont également été dépensés pour des équipements de protection CCAS spécifiques.

La ville avait également moins de revenus. « Cela concerne toutes les mesures gratuites telles que le parking gratuit de 2 heures, les loyers des magasins appartenant à la ville, les terrasses des cafés et restaurants, les étals des halls, les droits de circulation », la DGS indique qu’un déficit de 930 000 € est annoncé. Par ailleurs, une perte de 290 000 € pour la restauration des étudiants, 155 000 € pour les crèches, 115 000 € pour les musées et expositions, 40 000 € pour la location de la salle et 60 000 € pour les frais de déplacement des seniors.

La ville regrette également l’absence de taxe de séjour sur la période, une baisse de 50%, soit une perte de 300 000 €. Enfin, le CCAS accuse également la perte de certains services qui ne sont pas considérés comme essentiels pour les personnes âgées, soit environ 150 000 € de moins. « Au total, 2 millions d’euros de revenus ne viendront pas, auxquels il faut ajouter 820 000 euros supplémentaires, pour un coût total de 2,9 millions d’euros », souligne Ludovic Juge.

Au cours de la même période, la ville de Narbonne a également réalisé d’importantes économies, ce qui lui a permis de limiter les pannes financières. Des animations, des feux d’artifice mais aussi des festivals comme Music in the present, Amateur Theatre, Natur’Ailes ou encore Barques et scène ont été annulés, soit environ 1,4 M € qui ne provenaient pas du trésor de la ville. Enfin, 100 000 € de recherche n’ont pas été menés et 600 000 € de frais de cantine ont été économisés, pour un montant total de 2,1 millions d’euros. « Il y a enfin 800 000 € de déséquilibre financier qui peuvent être absorbés par notre budget » décide le chef des services de la ville.