Un réseau de prostituées colombiennes a été démantelé à Nice

La police a arrêté un couple franco-brésilien soupçonné d’être lié à un proxénète central en Espagne.

Un couple franco-brésilien d’Avignon, soupçonné d’avoir prostitué trente jeunes colombiennes attirées par une promesse d’emploi en Espagne, a été arrêté et une enquête judiciaire a été ouverte à Nice, a appris l’AFP. des sources policières mercredi.

Le couple, arrêté à leur domicile ces derniers jours et soupçonné d’être associé à un proxénète central en Espagne, a publié des petites annonces de services sexuels sur la Côte d’Azur, dans la région parisienne ou bordelaise, selon la même source. .

“Ils ont fait les pubs et pris en charge toute la logistique, réservé l’hôtel ou loué un appartement sur Airbnb et contacté des clients. Ils n’étaient que colombiens et cela suggérait l’existence d’un réseau”, a expliqué une source proche de l’étude.

Du matériel informatique a été saisi à leur domicile d’Avignon, ainsi que des cartes prépayées sur lesquelles les victimes colombiennes devaient rembourser 50% de leurs revenus. Avec un maximum de 10 000 euros, ces cartes sans compte bancaire peuvent être émises de manière anonyme par des coupons achetables chez les buralistes, comme des timbres.

Une victime entendue par la police

L’une des victimes colombiennes, basée à Antibes, a été entendue par la police française. Elle a dit qu’elle avait trouvé un emploi dans une maison de retraite. Une fois en Espagne, on lui a présenté la facture de son voyage qu’il a dû rembourser en se prostituant.

Lui, de nationalité française et connu pour sa délinquance infantile, a nié les faits. Elle, de nationalité brésilienne et ancienne prostituée, les a minimisés.

La police estime que leur activité de proxénète présumée a augmenté jusqu’à 40 000 € par an. Leurs deux enfants sont placés.