Accueil » News » Les exportations de matériel de guerre battent leur plein

Les exportations de matériel de guerre battent leur plein

  • par

L’Europe en tête de liste des importateurs d’armes suisses (archives).
KEYSTONE / ADRIEN PERRITAZ nda-ats


Les exportations de matériel de guerre ont presque doublé au premier semestre de cette année. Ils s’élèvent à plus de 501 millions de francs, contre 272 millions à la même période de 2019.

L’Europe est en tête des destinataires. Il a importé près de 270 millions de francs d’armes suisses, selon des chiffres du Secrétariat d’Etat à l’économie (Seco) publiés mardi.

Les véhicules blindés et les munitions sont les plus populaires. Ainsi, pour la première fois, le Danemark a dépensé plus de 80 millions de francs et la Roumanie plus de 57 millions. L’Allemagne a acquis près de 26 millions de francs de munitions.

L’Asie est également un bon acheteur avec plus de 124 millions de francs d’importations. L’Indonésie représente la grande majorité de ces achats. Jakarta a acheté diverses armes pour 50 millions et du matériel de lutte contre les incendies pour 60 millions. En Afrique, le Botswana a acheté le plus d’armes suisses pour 64 millions.

Presque autant qu’en 2018

Le Groupe pour une Suisse sans armée (GSsa) s’est indigné de ces chiffres. C’est presque autant que pendant toute l’année 2018 (509 millions), écrit-il dans un communiqué publié mardi. « Cette augmentation est non seulement choquante par rapport au rôle international de la Suisse, mais aussi au comportement de l’industrie de l’armement », a déclaré Thomas Bruchez.

Et la secrétaire politique de la GSsa a expliqué: « Elle se plaint depuis des années de souffrance économique, pour assouplir les critères d’exportation. Et maintenant, à un moment où de nombreuses entreprises se battent pour survivre, elle porte comme un charme. malodorant! « 

La GSsA proteste principalement contre la vente aux pays impliqués dans la guerre au Yémen. L’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Qatar ont acheté environ 5 millions de francs suisses d’armes.

Les exportations vers le Brésil (18 millions), où les violations des droits de l’homme se sont multipliées sous la présidence de Jair Bolsonaro, sont également une préoccupation pour GSsa. Ainsi qu’à Israël (632 000), qui a une politique d’annexion dans les territoires palestiniens, ou au Pakistan (491 000), qui a une relation tendue avec son voisin indien.

Responsabilité de la Suisse

Préoccupations partagées par Terre des hommes Suisse. « Nous savons une chose de nos projets dans les pays durement touchés par la violence, comme le Brésil ou l’Afrique du Sud: une augmentation des armes et une politique de sécurité répressive conduisent à un cercle vicieux de violence meurtrière », Andrea Zellhuber partage la section Prévention de la violence de Terre des hommes Suisse.

Un accès plus facile à des armes à feu puissantes, y compris de l’étranger, exacerbe la spirale de la violence, a-t-il déclaré. « La Suisse porte une grande part de responsabilité. Elle ne devrait pas exporter d’armes vers des pays qui violent systématiquement les droits de l’homme ».

Pour les deux associations, les chiffres de Seco démontrent la nécessité de l’initiative dite «corrective». Le texte vise à interdire les exportations d’armes vers des pays ravagés par la guerre civile et des pays qui violent gravement et systématiquement les droits de l’homme.