Accueil » News » Comment la pandémie a changé nos habitudes de consommation – RCI

Comment la pandémie a changé nos habitudes de consommation – RCI

  • par

Les Canadiens ont consacré une plus grande partie de leur revenu à l’alimentation depuis le début de la pandémie. (iStock)

L’arrivée de la pandémie a non seulement mis la pression sur notre système de santé, elle a également changé la façon dont nous consommons. Les mesures de confinement visant à prévenir la contamination par COVID-19 ont eu un impact significatif sur nos achats.

En témoigne une récente enquête mensuelle réalisée lors d’une pandémie par l’Observatoire ESG UQAM de la consommation responsable, qui a constaté le retour du «fait maison».

«La crise COVID-19, en replaçant la maison au cœur de la vie des Québécois, a changé la façon de manger, et a notamment réintroduit le« manger ensemble »: 55,5% ont plus cuisiné avec leur famille», nous pouvons lire dans un document disponible en ligne.

L’étude indique que les Québécois ont davantage pris en compte leurs dépenses en privilégiant les bas prix et les produits locaux, une tendance déjà observée mais qui semble s’être accélérée en période de pandémie. La gestion des aliments était également plus importante pour éviter le gaspillage.

Près de 48,5% des répondants ont l’impression que leur pouvoir d’achat a diminué, observe l’Observatoire de la consommation responsable. Rappelons que le Canada, avec un taux de chômage de 11%, a culminé au deuxième trimestre de cette année, dépassant le niveau atteint lors de la crise financière. L’organisation a constaté une augmentation des achats de produits en vrac, l’utilisation de sacs réutilisables et une rupture de la consommation d’occasion.

Une autre étude confirme les nouvelles tendances à la baisse de la consommation, cette fois à travers le pays, toujours dans le contexte d’une pandémie. Statistique Canada a déclaré lundi que les Canadiens dépensaient plus pour le logement et la nourriture, « des coûts fixés à court terme ».

Depuis que des mesures de restriction ont été introduites pour une grande partie de la population canadienne, la part des dépenses alimentaires est passée d’un peu plus de 16% en février à près de 21% en avril.

L’utilisation des transports à son tour a fortement diminué, en particulier la voiture est passée de 20% à 12%. Avec la fermeture des salles de concert, des cinémas et des salles, le secteur des loisirs a connu une baisse spectaculaire, passant de 12% à 5% en trois mois.

En revanche, les dépenses ont augmenté dans divers secteurs, tels que l’achat d’alcool, de produits du tabac et de cannabis. Le matériel informatique, en particulier les ordinateurs, connaît également une augmentation, qui, selon les experts, est probablement due à la généralisation du télétravail.

Avec La Presse Canadienne et Radio-Canada