Accueil » News » Les questions sociales sont au cœur des priorités de la loi de financement modifiée au Maroc

Les questions sociales sont au cœur des priorités de la loi de financement modifiée au Maroc

  • par

(Agence Ecofin) – Sur les quatre axes prioritaires fixés par le gouvernement du Maroc dans sa loi de financement modifiée, 2 concernent les investissements dans le secteur social. Mais le pays devra emprunter massivement pour respecter ses engagements, dont une part importante sur les marchés internationaux.

Les questions sociales sont au cœur des priorités de la loi de financement modifiée au Maroc, laAgence Ecofin une présentation du document dont elle avait une copie.

Premièrement, le gouvernement marocain souhaite accélérer la mise en œuvre de la réforme du système d’éducation, de formation et de recherche scientifique, améliorer l’employabilité des jeunes, améliorer et généraliser les services de santé. et assurer l’accès des citoyens à des services de santé de haute qualité et soutenir l’accès des ménages vulnérables et de la classe moyenne à un logement décent.

Le deuxième axe concerne la réduction des inégalités sociales et la mise en place de mécanismes de protection sociale. Cette orientation gouvernementale reflète la prise de conscience par le gouvernement des faiblesses que connaît le Maroc derrière sa réussite économique, qui est souvent prise comme référence en Afrique.

Le Maroc entend toutefois initier un nouveau dynamisme de soutien à l’investissement et à l’entreprenariat pour la croissance et la création d’emplois, notamment en soutenant l’investissement public, en favorisant l’investissement privé national et étranger. Il prévoit également de poursuivre des réformes majeures.

Mais ces différentes obligations ont un coût. Le royaume prévoit d’emprunter jusqu’à 60 milliards de dirhams (environ 6 milliards de dollars) sur les marchés financiers internationaux. Il s’agit d’une augmentation de près de 100% par rapport aux projections initiales de la loi de finances 2020. Cet ajustement inclut certainement la facilité de près de 3 milliards obtenue du FMI au début de la propagation de Covid-19 dans le pays.

Les importations étant susceptibles de diminuer, le besoin de devises continuera d’exister.

Linge Idriss