Accueil » News » IBM Montpellier met fin à son activité de reconditionnement

IBM Montpellier met fin à son activité de reconditionnement

  • par

Le plan de sauvegarde de l’emploi lancé par IBM France en début d’année concerne 40 emplois au sein de l’entité Gars (Global Asset Recovery Services) sur le site de Montpellier, engagée dans la refonte des équipements informatiques. La direction du groupe justifie le projet en accélérant la migration du marché vers des domaines jugés stratégiques comme les services.

Le énième plan social d’IBM France. Suite à l’arrêt des activités de reconditionnement des équipements Gars (Global Asset Recovery Services), la société vient d’achever les négociations sur un autre PSE (Job Safeguard Plan). Au total, 40 des 120 emplois ont été perdus dans l’entité System Supply Chain (SSC) du site IBM Montpellier. En conséquence, au 1er août 2020, cette division, qui employait 3 300 personnes dans les années 1960, a pratiquement disparu à la fin de l’année. Ce plan a été lancé en début d’année et déployé sur une base volontaire. «IBM a décidé de continuer d’externaliser tout ce qui concerne la révision du matériel informatique à Poughkeepsie, dans l’État de New York aux États-Unis», a déclaré une source syndicale. L’entreprise aurait fait ce choix pour se concentrer sur la prestation de services à ses clients.

Pour la CGT, ce sont là encore des mesures qui vont entraîner des suppressions d’emplois et accélérer la désindustrialisation d’IBM France et de la zone de travail de la région montpelliéraine. « Les informations fournies confirment nos craintes quant à la pérennité des activités à Montpellier », regrette l’organisation syndicale dans un communiqué. Selon elle, compte tenu du personnel restant dans l’entité SSC (System Supply Chain), compte tenu de la pyramide des âges du site de Montpellier et des années de non-recrutement, la question de la pérennité des missions et du site se pose. Sans compter les activités liées à Guy qui seraient les plus génératrices en termes de revenu fixe.

Une présence régionale de plus de 45 ans

Pour ces différentes raisons, la CBT n’approuve donc pas cet ESP tant pour les motifs économiques indiqués par la direction que pour le contenu des mesures sociales d’accompagnement. Interrogé par la rédaction du Monde Informatique, le service communication du groupe a répondu: « Le site IBM de Montpellier est un centre européen dédié aux services et à l’innovation, et la présence de l’entreprise est durable. IBM est même présent dans le Région montpelliéraine et contribue à la vie économique régionale depuis plus de 45 ans. »L’entreprise a ajouté qu’elle travaillait notamment avec la région occitanie et l’université de Montpellier pour servir l’écosystème local et mettre en place de nouvelles missions, comme la ouverture du hub quantique en collaboration avec l’université, le Hub CSI Europe, ainsi que l’extension d’autres activités de services.