Accueil » News » Dieselgate: Volkswagen peut être attaqué en dehors de l’Allemagne

Dieselgate: Volkswagen peut être attaqué en dehors de l’Allemagne

  • par

La Cour vient de rendre un arrêt tant attendu dans le secteur automobile. Et à juste titre: il s’agit de la fausse affaire la plus retentissante des dernières décennies, qui découle également d’un groupe qui profite de l’image traditionnelle de sérieux et de fiabilité des fabricants allemands.

De 2009 à 2015, VW a intégré un logiciel à certains de ses véhicules diesel qui a falsifié les données sur les émissions d’échappement. Ces véhicules – des marques Volkswagen, Audi, Seat, Skoda et Porsche – polluaient beaucoup plus en conditions réelles que ce qui a été mesuré dans des tests destinés à évaluer leurs émissions selon les normes Euro 5 et Euro 6.

Révélée par l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) en septembre 2015, cette manipulation de VW a provoqué un scandale mondial, car plus de 11 millions de véhicules étaient impliqués dans différents pays. Aux États-Unis, le groupe a payé près de 25 milliards de dollars en ajoutant l’amende EPA, le règlement à l’amiable avec les clients plaignants et la transaction multi-États pour les dommages environnementaux.

Plaintes en cours

Aucune plainte des clients n’a encore été traitée en Europe. Cependant, la décision de la CJUE pourrait changer la situation car la Cour valide la compétence des tribunaux du pays d’achat des véhicules. Attaquée par une association autrichienne de protection des consommateurs (VKI), VW a affirmé que le dommage matériel s’était produit en Allemagne et ne pouvait donc donner lieu à indemnisation pour les clients autrichiens.

En revanche, la Cour considère que « le dommage allégué par le VKI consiste en une dépréciation des véhicules concernés en raison de la différence entre le prix payé par l’acheteur pour un tel véhicule et sa valeur réelle l’installation de logiciels pour le le traitement des données relatives aux rejets de gaz d’échappement. « Les dommages » ne sont donc survenus qu’au moment de l’achat de ces véhicules par leur achat à un prix supérieur à leur juste valeur « .

C’est clair: tout citoyen européen qui possède un véhicule équipé d’un logiciel illégal peut traduire VW en justice dans son pays de résidence. Quatre plaintes sont au Luxembourg
continue
.