Accueil » News » CAC 40: Oups, les investisseurs hésitent, achètent ou vendent? Vous voulez acheter un jour, une vente étrange?

CAC 40: Oups, les investisseurs hésitent, achètent ou vendent? Vous voulez acheter un jour, une vente étrange?

  • par

CAC 40: Oups, les investisseurs hésitent, achètent ou vendent? Vous voulez acheter un jour, une vente étrange?
© stock.adobe.com

La Bourse de Paris a clôturé en petite forme mardi (-0,74%) après sa reprise de la veille, mettant en évidence les risques posés par la situation sanitaire mondiale qui pourraient ralentir la reprise de l’économie.

Publiez-le

La Bourse de Paris fête la clôture (-0,74%)

L’indice CAC 40 a 37,78 points CD, 5,043,73 points. La veille, il avait augmenté de 1,49%. Les cotes parisiennes, qui ont souvent fluctué de jour en jour ces dernières semaines, ont passé toutes les séances dans le rouge tout en restant proche de 5000 points.

« Après une production industrielle en mai inférieure aux attentes en Allemagne et une reprise qui devrait se dérouler plus en douceur que prévu, les nouvelles prévisions économiques de la Commission européenne ont apporté un refroidissement supplémentaire », soulignent les stratèges du courtier Aurel BGC. Le produit intérieur brut de la zone euro devrait baisser de 8,7% en 2020, avant de rebondir en 2021 (+ 6,1%), selon des chiffres publiés par la Commission mardi, plus pessimistes que dans ses dernières projections de départ Mai, où une baisse du PIB de 7,7% était attendue cette année, avant de se redresser (+ 6,3%) en 2021.

La production industrielle en Allemagne s’est redressée de 7,8% en mai, signe d’une reprise modérée, après deux mois consécutifs en mars et avril en raison du coronavirus, mais les analystes cités par Factset s’attendaient à une augmentation de 10%. « La baisse des marchés boursiers est loin d’être retentissante », a déclaré Aurel BGC.

« Cela montre que les investisseurs regardent les chiffres macro à la loupe, mais sans provoquer une forte baisse, ils restent confiants en attendant les chiffres microéconomiques », a expliqué Philippe Cohen, gestionnaire des subventions chez Kiplink Finance, interrogé par l’AFP. .

Selon lui, cela n’enlève rien à la reprise du marché depuis le 20 mars.

La saison des résultats trimestriels débutant en Europe cette semaine sera intensifiée à la mi-juillet avec la publication des sociétés américaines, dont la première ira aux banques.

Foncires en rouge

Les investisseurs restent vigilants, impatients d’être rassurés face à la détérioration de l’économie mondiale et espèrent une plus grande visibilité d’ici la fin de l’année.

Dans ce contexte de faiblesse du marché, l’administration Donald Trump a annoncé mardi avoir alloué 1,6 milliard de dollars à la biotechnologie américaine Novavax pour son projet de vaccin contre Covid-19.

La pandémie a tué plus de 200 000 personnes en Europe, dont plus des deux tiers au Royaume-Uni, en Italie, en France et en Espagne, selon un rapport de l’AFP. Elle continue de progresser aux États-Unis, où 55 000 nouveaux cas ont été identifiés à nouveau lundi, ainsi qu’en Inde et au Brésil.

En termes de valeurs, les propriétaires fonciers ont subi un coup dur: Unibail-Rodamco-Westfield a réussi à effacer une grande partie du bénéfice de la veille (-3,14% 51,80 euros) et Klepierre a baissé de 5,14% 16,70 euros.

Le secteur informatique a été prouvé par la perspective d’une baisse de 6,7% des ventes des entreprises numériques (édition de logiciels, services informatiques, conseil technologique) en 2020.

Par exemple, Capgemini a diminué de 0,48% à 103,80 euros, Sopra Steria de 0,43% à 116,40 euros, Atos de 0,30% à 78,92 euros. Alten (-4,92% 70,5 euros) et Akka Technology (-2,45% 26,85 euros) ont été plus choqués.

A l’inverse, les effets de Worldline et Ingenico sur les paiements électroniques ont augmenté respectivement de 1,85% à 80,20 euros et de 1,44% à 147,60 euros.

Bouygues, choisie pour réaliser la troisième phase du réaménagement d’un quartier de Canning Town, East London, un projet d’une valeur de 264 millions d’euros, progresse de 1,47% à 33,16 euros.

Sodexo, coté au SBF 120, qui a ouvert la période des résultats opérationnels en anticipant une baisse de 28% de son chiffre d’affaires au second semestre, a perdu 4,09% à 61,86 euros.

Lisez aussi