Accueil » News » COVID-19[FEMININE. L’Université de Nantes espère retrouver ses étudiants en septembre

COVID-19[FEMININE. L’Université de Nantes espère retrouver ses étudiants en septembre

  • par

Même si la prudence s’impose face à une éventuelle évolution de la crise sanitaire, l’Université de Nantes espère rencontrer ses étudiants en personne en septembre prochain.

L'Université de Nantes espère reprendre avec la présence physique de ses étudiants.
L’Université de Nantes espère reprendre avec la présence physique de ses étudiants. (© Adobe Stock / Illustration)

Les étudiants nantais devraient pouvoir le faire retourner sur leur campus en septembre 2020.

Un calendrier a été tenu

L’Université de Nantes planifie actuellement reprend une activité en face à face au début de l’année scolaire. Elle se prépare toujours pour lePossibilité d’une nouvelle détérioration de la situation sanitaire.

Cela favorise les soins physiques des étudiants sur les campus et dans les salles de classe. Aujourd’hui, le calendrier de rentrée n’est pas étalé.

1 million d’euros pour le numérique

Malgré tout, l’Université de Nantes prépare également un évolution possible de la situation sanitaire.

Porter un masque, désinfection des bâtiments, règles de distance … Réflexions sur les capacités d’accueil
loué dans chaque classe.

Dans cette perspective, l’Université de Nantes annonce un investissement exceptionnel deun million d’euros pour le numérique. L’université explique:

Ce budget est utilisé pour lutter contre la fracture numérique des étudiants, mais aussi pour les équipements
campus (équipements de vidéoconférence, studios mobiles), l’achat de licences logicielles et l’équipement du personnel pour le travail à distance.

Aider les élèves les plus vulnérables

Un tiers du budget (330 000 €) du million d’euros annoncé sera dépensé réduction
de la fracture numérique des étudiants.

« Les enjeux serontIdentifier les élèves les plus vulnérables, qui peut bénéficier d’un prêt d’équipement informatique, de clés 4G ou d’une subvention d’achat d’équipement, ajoute Francky Trichet, vice-président numérique de l’université.