Yvelines: des ordinateurs offerts pour combler le fossé numérique entre les écoliers

L’une des conséquences de l’incarcération est que les enfants sont marginalisés sans aide informatique. La Fédération des conseils des parents d’élèves des Yvelines (FCPE) lutte contre cette situation qui désavantage ces élèves dans le cadre de la «continuité pédagogique», concept apparu en cette période sans précédent, pour assurer l’éducation pour tous malgré la fermeture des écoles .

Pour résoudre le problème de ces familles sans ordinateur, le FCPE a reçu ce mercredi 30 lots de micro-ordinateurs proposés par le groupe Qualiconsult, entreprise familiale spécialisée dans le contrôle et le diagnostic, dont le siège est à Vélizy (78). Le FCPE contactera les familles requérantes dans les prochains jours afin qu’elles puissent récupérer ces ordinateurs portables à Voisins-le-Bretonneux.

L’éducation nationale reconnaît les «idiosyncrasies»

Un formulaire d’association a permis d’identifier librement plus de 75 demandes depuis début avril. «En tant que parents d’élèves, c’est l’une de nos missions essentielles que de garantir à tous l’égalité des chances dans l’éducation. Chaque famille devrait avoir les moyens de se connecter à Internet lorsque les besoins de son enfant se manifestent », explique Karen Odon, administratrice de l’association.

L’éducation nationale, par le biais de la direction des études, a introduit des ressources pour fournir aux familles du matériel informatique pendant la crise de Covid-19, mais elles ne semblent pas être parfaites.

«Les commentaires de nos 115 municipalités ont révélé des lacunes. Le conseil académique a reconnu les problèmes et que les enfants n’étaient pas connectés », souligne Mikaël Tane, le président du FCPE.

Ce dernier précise également que l’accord entre la Poste, via sa filiale Docaposte, et l’Education nationale présente un certain nombre de défauts. “A Trappes, ils auraient dû livrer des devoirs et du matériel informatique aux familles. Fin mai, il restait des tablettes qui n’étaient pas distribuées dans les institutions. Karen Odon, qui évoque également des inquiétudes à Bonnières-sur-Seine, fait remarquer qu’à Conflans-Sainte-Honorine, les habitants devaient contacter la mairie afin de pouvoir fournir des ordinateurs pour assurer la fameuse continuité de l’enseignement.

90% des écoles ne disposent pas d’un environnement de travail numérique

Mikaël Tane souligne également que “10% seulement des établissements du premier degré ont” “un environnement de travail numérique (ENT)”, ces plateformes où les familles peuvent se connecter avec les notes des enseignants, les devoirs ou les instructions.

Qualiconsult a été contacté avec le service informatique du groupe, qui a préféré reconfigurer une trentaine d’ordinateurs portables pour cette utilisation plutôt que de les revendre à faible coût. “Nous avons entendu parler de la fracture numérique depuis longtemps, mais il est dégoûtant et injuste de découvrir qu’elle affecte les enfants en raison de la crise sanitaire”, a déclaré Patrick Noé, le directeur de ce service, qui considère ce cadeau comme un “geste symbolique”. à l’éducation pour tous.