Accueil » News » Ecologie, retraites, santé, chômage … les projets en attente du gouvernement Castex

Ecologie, retraites, santé, chômage … les projets en attente du gouvernement Castex

  • par

Ecologie, relance économique, chômage, retraites, dépendance, décentralisation, Paris 2024 … plus d’un dossier brûlant attend le nouveau chef du gouvernement, Jean Castex, et ses ministres.

Les (146) petits pas de l’écologie

La grande soirée en matière d’écologie vous attend. Malgré la vague verte des élections municipales, Emmanuel Macron a précisé dans l’interview qu’il a accordée jeudi au « Parisien – Aujourd’hui en France » et à la presse régionale: il n’est pas question de le remettre sur le tapis « . taxe carbone « qui avait jeté des gilets jaunes dans la rue. « Ce n’est pas la priorité du débat », a-t-il déclaré. En revanche, l’écologisation de la politique de «reconstruction» qu’elle entend poursuivre est «oui». Et pour cela, il prévoit de mettre en musique les 146 propositions du traité civil dont il s’est assuré de se débarrasser des sujets en colère, notamment la réduction à 110 mph de la vitesse sur autoroute ou des dividendes fiscaux.

Emmanuel Macron veut un modèle économique qui «consomme moins», qui soit moins polluant. Cela devrait se traduire par la rénovation de bâtiments à délestage thermique, un soutien accru à l’achat de véhicules électriques, un coup de pouce aux lignes de train régionales, la fin des sols en béton et un éventuel moratoire sur la nouvelle installation de grandes surfaces en périphérie des villes. .

Ce n’est donc pas une révolution, mais de nombreux petits pas avec la clé de 15 milliards d’euros d’investissements et une éventuelle utilisation du référendum en 2021 pour prendre certaines mesures. Il reste à voir qui mettra en œuvre ces projets au sein du gouvernement Castex. Après le départ tonitruant de Nicolas Hulot il y a deux ans, la chaise d’écologie reste un peu vide à l’Elysée, comme à Matignon. Ne serait-il pas nécessaire de rester là si la politique environnementale de l’exécutif manque parfois de direction?

Elections législatives: redémarrage proportionnel?

La promesse électorale de Macron, la représentation proportionnelle aux élections législatives ne serait pas complètement abandonnée. / LP / Olivier Corsan
La promesse électorale de Macron, la représentation proportionnelle aux élections législatives ne serait pas complètement abandonnée. / LP / Olivier Corsan

« Tout est possible! En petit comité, le président de la République n’exclut pas le recours à la représentation proportionnelle aux élections législatives. Et pourquoi pas … intégralement! Promise au cours de sa campagne, la représentation proportionnelle a connu de nombreuses vicissitudes durant son mandat de cinq ans (après avoir l’arlésien était celui de François Hollande), alors que la réforme institutionnelle était au point mort. L’affaire Benalla l’a tuée pour la première fois avant le retour du texte en 2019 avec un objectif de 20% de députés élus au scrutin proportionnel.  » il était possible de représenter toutes les familles politiques sans créer une situation ingouvernable « , a-t-il expliqué. Mais le manque d’accord avec le sénateur, le patron Gérard Larcher, a fait échouer le projet.

Cependant, l’exécutif n’a pas besoin d’une réforme constitutionnelle pour changer le système de vote pour les élections parlementaires. Une loi suffit, mais jusque-là le président voulait l’inclure dans une réforme plus globale. S’il décide de ne rester que proportionnel, cela restera un grave problème pour son nouveau gouvernement, depuis qu’une loi récente interdit tout changement de l’année précédant le vote. Jean Castex devrait donc s’y lancer, mais soyons sûrs que son gouvernement aura bien d’autres priorités que « respirer la vie parlementaire ». D’autant plus que redessiner la carte électorale est la promesse d’un puzzle et accusé de falsification.

Décentralisation sans grosse nuit

Il devait symboliser « Macron 2 », après la succession des gilets jaunes. La décentralisation devrait être retardée sur le fronton « Macron 3 ». La crise sanitaire lui a donné un coup de pouce. « Pas de grandes réformes institutionnelles, mais des politiques concrètes, au cas par cas, de différenciation, d’association, de clarification », a souligné le chef de l’Etat sur les pressions régionales dans son entretien et a annoncé le lancement « cet été » d’une grande conférence des territoires. Un projet de loi organique a été envoyé au Conseil d’État, permettant aux collectivités locales d’expérimenter des politiques « spécifiques ». « Le post-Covid justifie la reconnaissance de nouvelles prérogatives aux départements et surtout aux régions, de nouvelles ressources mais aussi les responsabilités qui en découlent », a déclaré un élu macronien. Autre chiffre: la «Résurrection» du Conseiller Territorial, lancée sous Sarkozy mais enterrée par Hollande. Sa fonction: assurer une meilleure coordination des réunions départementales et régionales. Donc pas d’agitation majeure …

Reconstruire la police de demain

Manifestation de la police à Paris le 12 juin / LP / Arnaud Dumontier
Manifestation de la police à Paris le 12 juin / LP / Arnaud Dumontier

Le prochain ministre de l’Intérieur a fait son travail pour lui. Il devra régler le différend sur les pratiques policières tout en apaisant une grande partie de ses troupes, lâchées par Christophe Castaner – ils ont récemment multiplié les manifestations. Tout cela dans un contexte de risque élevé de retour social en termes de violence urbaine. L’un des projets est le programme national de maintien de l’ordre et des techniques d’intervention après la suspension de l’étranglement controversé.

Qu’en est-il du livre blanc visant à redéfinir l’organisation des forces de sécurité intérieure lancé par Christophe Castaner et Laurent Nunez? Selon nos informations, le ministre de l’Intérieur présenterait le document au président de la République vendredi matin! Il n’est pas non plus entreposé et ne changera de propriétaire que si Beauvau a de nouveaux locataires.

En plus d’une réforme nécessaire mais dangereuse de la police, partagée entre la direction générale de la police, le quartier général de la police à Paris et la direction générale de la gendarmerie, le « premier agent de France » devra également rechercher du matériel de police renouveller. Dans le domaine du terrorisme, la libération des prisonniers condamnés pour terrorisme ou radicalisés en détention posera un défi pour les années à venir.

Le droit des mineurs en grand

La tâche principale du ministre de la Justice du prochain gouvernement est de préparer la justice pénale pour les mineurs. Cette réforme, soumise au Conseil des ministres en septembre 2019, vise à «nettoyer» la fameuse ordonnance de 1945 sur les enfants délinquants. Le texte introduit l’irresponsabilité pénale des enfants de moins de 13 ans et prévoit principalement une interruption de la procédure pénale, c’est-à-dire un délai entre la reconnaissance de la culpabilité et la condamnation. Le code entrerait en vigueur le 1er octobre, mais cela pourrait être retardé.

Le futur locataire de la place Vendôme devra également gérer les conséquences des récentes controverses sur le fonctionnement du Parquet national des finances (PNF) et restaurer l’image d’une justice dont l’indépendance est en train d’être mise à mal. Les magistrats réclament une réforme du statut du parquet, mais c’est une révision constitutionnelle aux mains de l’Elysée, où elle ne semble pas prioritaire. Le gardien des sceaux devra également pacifier les relations entre le ministère et les avocats. Enfin, même lorsque la machine a été gravement saisie, la crise de Covid a permis de vider les prisons, qui remplissaient à nouveau 100% de plus conformément aux exigences d’un État démocratique. Le défi est de maintenir ce bas niveau d’eau. C’est ce qui est en jeu dans la très récente loi sur la programmation et la réforme du système juridique, qui a changé le droit pénal.

Le dossier épineux de l’hôpital

Lors d'une manifestation du personnel médical à Paris le 30 juin. / Le Pictorium / Maxppp / Jan Schmidt-Whitley
Lors d’une manifestation du personnel médical à Paris le 30 juin. / Le Pictorium / Maxppp / Jan Schmidt-Whitley

C’est un sujet brûlant qui attend le nouveau Premier ministre: celui de l’hôpital et du système de santé, mis à rude épreuve lors de l’épidémie de Covid-19. Emmanuel Macron a rappelé dans son interview à la presse régionale jeudi qu’il « souhaite très fortement améliorer la situation du personnel médical et non médical », mais malgré les 6,8 milliards d’euros de surclassements annuels mis sur la table, aucun des syndicats participer au «Ségur de la Santé» est prêt à signer un accord sur les salaires hospitaliers. Un avis de grève a même été déposé le 9 juillet.

Emmanuel Macron compte désormais sur deux bons experts de l’industrie pour trouver une issue et lui faire annoncer des mesures mi-juillet. Tout d’abord, son nouveau Premier ministre, Jean Castex, qui était directeur des admissions à l’hôpital et de l’organisation des soins (DHOS, aujourd’hui DGOS) de 2 005 à 2 006, et son directeur de cabinet, viennent d’être nommés Nicolas Revel. Enarque à tendance socialiste, il dirige la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam) depuis 2014 après avoir dirigé les affaires sociales au sein du cabinet de François Hollande aux côtés de … Emmanuel Macron.

Donnez un nouveau souffle à l’économie et évitez une explosion du chômage des jeunes

« La rentrée scolaire devient difficile. Il faut s’y préparer « , a averti Emmanuel Macron dans une interview accordée jeudi à » Parisien – Aujourd’hui en France « et à la presse régionale. » Il y a des plans sociaux et il y en aura. La crise sanitaire a 5 points de richesse nationale détruit et arrête des secteurs entiers « , a souligné le président, rappelant que le gouvernement d’Edouard Philippe en particulier avait » commencé à agir « à travers » le plan de l’aviation, qui a réduit le plan social d’Airbus aujourd’hui « .

Mais il faudra aller beaucoup plus loin « dans les prochaines semaines » pour éviter que les 700 000 jeunes qui entrent sur le marché du travail en septembre ne soient « une génération sacrifiée ». Le chef de l’Etat a promis de « ne laisser aucun jeune sans solution » grâce à « des incitations financières au recrutement et une série de mesures ».

Le nouveau gouvernement dirigé par Jean Castex va donc travailler dur sur un plan de relance qui sera adopté fin août. Les nouvelles technologies, la rénovation thermique, y compris les bâtiments publics, ainsi qu’une réduction des taxes à la production pour les entreprises font partie des mentalités de Bercy. Reste à savoir quel sera le montant du plan … qui se chiffrera en dizaines voire en centaines de milliards d’euros.

Relance de la réforme des retraites

L’arbitrage est clair. Le changement explosif du système de retraite, qui sera interrompu par une peine d’emprisonnement à la mi-mars, ne sera pas rejeté. Toujours dans la même interview à la presse régionale, Emmanuel Macron a annoncé qu’il souhaitait rétablir la mise en place d’un régime de retraite universel, mère de ses réformes, dès la rentrée scolaire. Les employés de « la deuxième ligne: livreurs, caissiers » en bénéficieraient, at-il dit. Néanmoins, il se dit prêt à être « transformé » à certains moments. « A la fin de la crise, la réforme ne peut pas rester inchangée », reconnaît-il.

Lorsqu’on lui a demandé si Emmanuel Macron, le cher Premier ministre d’Edouard Philippe, voulait maintenir l’âge crucial de 64 ans, il suggère qu’il est plus favorable à l’extension de la période de prime, un paramètre qui a jusqu’à présent été rejeté. « Le débat que nous avons eu sur le nombre d’années de contributions à la vie avant que cette crise ne continue de monter », a-t-il déclaré.

Le nouveau Premier ministre Jean Castex, bon connaisseur des questions sociales, devra donc suivre cette voie réformiste et agir rapidement, même si les dirigeants de la CFDT et OF ont répondu vendredi qu’ils ne voulaient pas reprendre les négociations cet été, affirmant que « la priorité doit être l’emploi ».

Arrêter ou réformer l’assurance-chômage?

Quant à l’emploi et au chômage, un autre dossier sensible attend l’arbitrage d’Emmanuel Macron: la mise en œuvre de la deuxième phase de la réforme de l’assurance chômage, un rideau rouge pour les syndicats. L’entrée en vigueur d’un certain nombre de dispositions – qui réduiront les prestations pour les nouveaux chômeurs et en particulier les plus précaires – d’ici le 1er avril a été reportée au 1er septembre. Ce calendrier sera-t-il maintenu? L’Unédic, le fonds qui gère l’argent des chômeurs, prévoit que la France détruira 900 000 emplois (équivalents temps plein) d’ici fin 2020 et que 630 000 chômeurs recevront plus d’indemnités qu’il y a un an …

Un compte de vieillesse à la fin de l’année

Enfin, le président a rappelé qu’il « créait une nouvelle branche de la protection sociale, celle de la dépendance ». En effet, la première pierre a été posée par les députés lors du récent vote de la loi sur la dette sociale, mais les 2,4 milliards d’euros qui lui sont alloués sont loin d’être nécessaires. Le nouveau gouvernement aura sans aucun doute dans sa feuille de route la mission de présenter un projet de loi aux partenaires sociaux d’ici la fin de l’année.

L'Unédic prévoit que la France détruira 900 000 emplois (équivalent temps plein) d'ici fin 2020. / LP / Philippe Lavieille
L’Unédic prévoit que la France détruira 900 000 emplois (équivalent temps plein) d’ici fin 2020. / LP / Philippe Lavieille

Redonner vie à la culture

Après que le « Ségur de la Santé » ait multiplié l’appel à un « Valois de la culture » dans les médias, une idée a récemment été adoptée par une cinquantaine de députés, principalement de gauche, et a signé une motion appelant à « déclare » des généraux de la culture « et un » grand plan pour relancer l’art, la culture et l’éducation populaire « .

Secteur «durablement touché» par la crise de Covid-19, comme l’a dit Emmanuel Macron, le monde culturel souffre. Et tout d’abord, un sentiment d’abandon de la part d’un ministre responsable, Franck Riester, que beaucoup ont jugé transparent. « Il n’y a aucune idée, aucune vision », s’est plaint l’actrice Jeanne Balibar. Economiquement très influencé – une étude récente estime les pertes du monde culturel en 2020 à 22,3 milliards d’euros – l’environnement cherche un second souffle et cherche un porteur standard combatif et combatif, présent, passionné, haut dans la pile des dossiers gouvernementaux qui sont rue de Valois. Et confirme très fortement ce qui semblait contredire les faits depuis quelques mois: la culture est un élément essentiel de la vie des Français.

Paris 2024, le grand défi du ministère des Sports

Bien que le report des Jeux de Tokyo à l’été 2021 ait perturbé le calendrier olympique, la France entre dans une phase de préparation importante pour ses Jeux Olympiques de 2024, notamment une revue du projet pour éviter la hausse du budget (6 8 milliards euros). Si le ministre des Sports est membre du comité d’organisation, la gestion du dossier de l’Etat est à la charge du délégué interministériel, qui était Jean Castex jusqu’à vendredi après-midi. Il est donc nécessaire de désigner un nouveau M. ou Mme JO.

Le ministère des Sports résistera-t-il à la refonte ou sera-t-il fusionné en un grand ministère comme celui de l’éducation? La perspective des Jeux de Paris pourrait le décourager, mais la nouvelle organisation du sport français (dont l’une est désormais une agence nationale au sein de laquelle le ministère et le monde du sport se partagent le pouvoir) permet une évolution de la surveillance. D’autant plus que le sport tricolore évolue. « La crise de Covid a montré qu’elle est devenue essentielle », a déclaré Belkhir Belhaddad, député (LREM). Nous devons donner aux gens la possibilité de pratiquer, avec une supervision appropriée et un équipement local, pour multiplier les liens avec le monde des associations, de l’éducation, des affaires et de la santé. Nous devons maintenant être aussi proches que possible des pratiquants en irriguant toutes les zones. Le suppléant estime également qu ‘ »un plan de relance du secteur associatif est nécessaire ».