Accueil » News » Les professeurs d’anglais répondent au « prof bashing »: « Nous ne comprenons pas cette brutalité »

Les professeurs d’anglais répondent au « prof bashing »: « Nous ne comprenons pas cette brutalité »

  • par

Après la polémique autour du « Prof Bashing », les professeurs de français, accusés de « décrochage », en sont venus à l’assiette. Commentaires dans la chaîne anglaise.

Certains enseignants en sont accusés
Certains enseignants sont accusés de « perdre du poids » parce qu’ils n’ont pas enseigné pendant leur incarcération. Face au « prof bashing », certains enseignants se défendent et expliquent leurs conditions de travail … (© La Presse de la Manche)

Début juin, la diffusion de reportages télévisés suivie d’une déclaration à la radio de Ministre de l’Éducation Jean Michel Blanquer le 10 juin avait entraîné une controverse autour de la Enseignants décrocheurs.

Selon une enquête de France 2, 4 à 5% des enseignants n’auraient pas travaillé pendant leur incarcération.

Une vague d’indignation et de colère s’est rapidement propagée parmi les enseignants qui ont dénoncé une impitoyable sur leur profession.

Lire aussi: Arthur a été victime de harcèlement scolaire: le témoignage saisissant de sa mère

Des difficultés pour tous

Bien qu’ils attendaient plus de remerciements, la faculté a fortement réagicontroversé considéré comme non fondé et présomptueux. Un de leurs critiques est en faveur Les figures données dans les rapports, qui ne refléteraient pas la situation réelle des enseignants pendant leur incarcération.

Selon Erika Travert, professeur d’allemand dans la Manche« Aucun de mes collègues n’a rien fait du 16 mars au 11 mai ».

Comme le reste de la population, les enseignants ont été surpris par la crise que le pays a connue et ont dû s’adapter le plus rapidement possible.

Le travail à domicile avec toute la famille est également un gros fardeau. Les enseignants devaient également donner des cours à leurs propres enfants, même sans école. Céline Rouffineau, enseignante, admet:

Personne n’était préparé …

Les outils mis à disposition par le gouvernement, comme le Digital Workspace, ont également dû être adaptés car ils n’étaient pas prévus pour autant d’activités. Dans certains cas, un mauvais matériel informatique et une mauvaise connexion Internet ont également compliqué la leçon en ligne.

Lire aussi: Inclusion: un psychologue scolaire conseille les parents

Controverse et détermination

Ce sont toutes ces difficultés que les professeurs veulent souligner pour expliquer les éventuelles lacunes.

Erika Travert Se plaint:

On parle d’abandon, mais pas des difficultés et du découragement qui peuvent expliquer cela.

« C’est une vieille controverse, nous y sommes habitués, mais nous ne comprenons toujours pas cette brutalité », explique-t-il Céline Rouffineau.

Au lieu de réfuter l’existence d’enseignants assidus, les enseignants regrettent que nous nous concentrions uniquement sur ce fait.

Erika Travert nous confirme:

Il faut arrêter le mythe des enseignants paresseux, il y a toutes les professions!

La controverse est en effet considérée comme une stratégie de communication ministérielle détourner l’attention de l’opinion publique. Les enseignants attendent le ministre plus de compassion et de soutien y compris pour reprendre les cours qui supposaient également des ajustements et une préparation.

Lisez aussi: Écoles fermées. « Une attaque choquante »: le maire de Stains réagit à Jean-Michel Blanquer