Accueil » News » APPLE pay fait l’objet d’une enquête de Bruxelles

APPLE pay fait l’objet d’une enquête de Bruxelles

  • par


Publié le

APPLE pay fait l'objet d'une enquête de Bruxelles
Pixabay


(AOF) – La Commission européenne a ouvert une enquête formelle en matière de pratiques anticoncurrentielles afin d’apprécier si le comportement d’Apple concernant Apple Pay enfreint les règles de concurrence de l’Union européenne.

Elle porte sur les modalités, conditions et autres mesures imposées par Apple pour l’intégration d’Apple Pay dans les applications commerciales et les sites web commerciaux sur les iPhones et les iPads, sur la limitation instaurée par Apple de l’accès à la fonctionnalité de communication en champ proche (Near Field Communication, NFC) dite « tap and go » sur les iPhones pour les paiements en magasin, ainsi que sur des refus allégués d’accès à Apple Pay.

À l’issue d’une enquête préliminaire, la Commission craint que les modalités et conditions d’Apple, ainsi que d’autres mesures liées à l’intégration d’Apple Pay aux fins de l’achat de biens et de services dans des applications commerciales et sur des sites web commerciaux sur les appareils sous iOS/iPadOS, ne puissent fausser la concurrence et réduire le choix et l’innovation.

En outre, Apple Pay est la seule solution de paiement mobile qui puisse accéder à la technologie NFC « tap and go » intégrée aux appareils mobiles sous iOS pour effectuer des paiements en magasin. L’enquête portera également sur des restrictions alléguées d’accès à Apple Pay pour des produits spécifiques de concurrents sur les appareils mobiles intelligents sous iOS et iPadOS.

La Commission examinera l’incidence éventuelle des pratiques d’Apple sur la concurrence dans le domaine de la fourniture de solutions de paiement mobile.

AOF – EN SAVOIR PLUS

Constructeurs informatiques

Les prévisions d’IDC pour le marché mondial ne sont pas bonnes car, sur les prochaines années, les ventes des dernières générations de matériels ne pourront pas compenser le déclin du marché. Avec une décroissance annuelle moyenne de 2,4%, le marché mondial de l’informatique personnelle ne devrait plus peser que 365,7 millions d’unités en 2023, contre 402,2 millions prévus cette année. Comme souvent ce sont les livraisons de terminaux informatiques traditionnels qui devraient le plus reculer avec une baisse moyenne de 4,3% par an d’ici 2023. En revanche IDC prévoit que les portables ultra-fins devraient bénéficier d’une croissance annuelle moyenne de 5,5% pour atteindre 99,3 millions d’unités vendues dans cinq ans. Face à cet environnement difficile, certains acteurs optent pour une stratégie de niche. Ainsi Asus cible le marché des ordinateurs pour professionnels, un segment qui résiste mieux que le grand public. Il cible également le segment du jeu vidéo où il est entré en 2006.


©
AOF

Les informations AOF reproduites sur Capital.fr sont extraites du service d’informations AOF.
Ces informations sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par OPTION FINANCE SAS, éditeur du service d’informations boursières en temps réel AOF, et de ses contributeurs.
Par conséquent, toute reproduction, copie, duplication, modification, transfert, rediffusion, traduction, exploitation commerciale ou non, création de lien hypertexte ou réutilisation de quelque manière que ce soit de ces informations sont soumis à l’accord préalable et écrit d’OPTION FINANCE SAS et de ses contributeurs.
AOF peut être joint à l’adresse suivante aof@optionfinance.fr
OPTION FINANCE SAS collecte ses données auprès des sources qu’elle considère les plus sûres. Cependant sous réserve de sa faute lourde, OPTION FINANCES SAS et ses contributeurs ne garantissent aucunement l’absence d’erreur et de vices, même cachés, ni le caractère exhaustif ou le défaut de conformité à un usage quelconque de ces données et de OPTION FINANCE SAS ou de l’un de ses contributeurs, et ne pourra être tenue responsable des retards ou interruptions qui pourraient affecter l’accès à ces dernières.
L’utilisateur du service OPTION FINANCE SAS utilisera les données AOF à ses propres risques et devra tenir OPTION FINANCE SAS et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.