Accueil » News » Au Conseil des ministres du 1er juillet 2020

Au Conseil des ministres du 1er juillet 2020

  • par

Le gouvernement examine un projet de loi qui vise notamment à standardiser la TVA des restaurateurs à 5% et à exonérer la taxe foncière sur les propriétés principales récemment construites. Le gouvernement accorde également une nouvelle subvention de 682,5 millions à TNTV.


Subventions pour soutenir les municipalités de Makemo, Bora Bora et Punaauia

Le Conseil des ministres a approuvé trois nouvelles subventions pour financer les opérations d’investissement municipal, pour un montant total de Fcfp 9,2 millions, sur un montant d’investissement total de près de cfp 14 millions, une contribution du pays à 66%. Il s’agit d’une part d’études et d’autre part d’un achat de véhicule.

La première enquête est une phase conditionnelle de suivi des travaux pour le compte de la commune de Makemo. Ils concernent l’électrification de l’atoll de Takume pour un coût total de 6 170 704 cfp. Cela leur permettra de bénéficier de l’électricité actuelle à l’issue des travaux, qui comprendra prochainement également des propositions de subventions au Conseil des ministres. Ces études sont soutenues par le pays pour un coût de 4 936 563 cfp, soit un taux de participation de 80%.

Ce projet structurant pose un défi central à deux niveaux: tout d’abord, pour les habitants de Takume, qui sont aujourd’hui tenus de s’équiper individuellement pour disposer de l’énergie électrique. Par ailleurs, la future centrale électrique de Takume sera hybride, combinant l’action des panneaux photovoltaïques et des groupes électrogènes de secours. Par conséquent, les caractéristiques écologiques du projet doivent également être soulignées.

La deuxième étude concerne un projet de conception de plongeur dans le district de Faanui, dans la municipalité de Bora Bora. Par exemple, la municipalité peut envisager la reconstruction de ses plongeurs jusqu’alors inadaptés, afin que les résidents et les services d’urgence puissent accéder aux maisons de chaque côté des cours d’eau. L’opération est estimée à 2 908 191 Fcfp avec une contribution du pays de 2 326 553 cfp, soit un taux de 80%.

Enfin, la commune de Punaauia bénéficie d’un autre volet d’une subvention de 1 957 093 cfp, d’un montant d’investissement de 4 892 732 Fcfp, soit un taux de 40%, pour l’achat d’un van de livraison converti pour la restauration sur l’école. L’opération permettra à la ville d’acheter de nouveaux équipements pour transporter 2 600 repas quotidiens, préparés par la cuisine centrale, dans neuf écoles.

Par tous ces moyens, le gouvernement étend son soutien continu pour assurer l’amélioration des conditions de vie et de la qualité de vie de la population de toutes les municipalités.

Subvention de fonctionnement de 682 millions d’euros en faveur de «Tahiti Nui Television»

La société semi-publique locale « Tahiti Nui Television » (TNTV) s’est imposée comme l’un des principaux médias de l’information, de la culture et du divertissement en Polynésie française. La chaîne du pays a consolidé ses partenariats avec les organisateurs d’événements locaux, ainsi qu’avec les principaux producteurs du lieu.

Les efforts de la chaîne du pays dans l’optimisation des ressources humaines et techniques se sont poursuivis en 2019. De plus, l’audience de la chaîne augmente pour la 5e année consécutive et confortera sa position de leader sur son marché. Les sondages montrent une augmentation de 51% de l’audience cumulée.

À ce jour, la chaîne compte 87 600 téléspectateurs par jour. Elle a poursuivi ses efforts à travers une politique de proximité des programmes pour lesquels les Polynésiens s’identifient pleinement, car elle a pu proposer aux téléspectateurs des programmes étrangers à fort potentiel d’audience.

L’émission locale, en constante augmentation, représente 40% du volume horaire de la programmation. L’augmentation des ressources propres et des économies résultant de la renégociation en cours des contrats se reflète automatiquement dans la production audiovisuelle locale, car un cercle vertueux existe depuis cinq ans.

Pour permettre à la Manche de remplir au mieux ses missions en 2020, l’infrastructure technique a été redéfinie au gré des ambitions d’une télévision moderne adaptée à son secteur. Par exemple, la migration de la station est en cours depuis 3 ans. La stratégie numérique a été déployée et doit contribuer à concrétiser les ambitions de la chaîne.

De plus, la visibilité de la Polynésie augmente à l’international avec l’augmentation des programmes locaux de qualité qui renforcent la programmation des box et font la promotion de Fenua. Il s’agit de créer des programmes liés à la richesse des paysages de la Polynésie, à l’identité culturelle et au développement des Polynésiens.

Des partenariats ont été noués avec les meilleurs producteurs de la région avec des photos aériennes prises en 4K qui mettront en valeur tous les archipels (série documentaire). Cette évolution a été rendue possible en partie grâce au soutien du ministère du Tourisme, qui participe au financement des programmes touristiques. Au début de l’année, un contrat a également été signé avec Canal International pour une couverture à travers l’Océanie.

Pour accomplir toutes ces missions au cours de l’année 2020, le Conseil des ministres a accordé une subvention de 682,5 millions de cfp à la société d’économie mixte locale « Tahiti Nui Television » (TNTV).

Projet de loi fiscale pour faire face à l’impact économique de la crise sanitaire du Covid-19 et soutenir l’activité des entreprises polynésiennes

Le vice-président de la Polynésie française a présenté une loi fiscale au Conseil des ministres, qui sera votée par l’Assemblée de la Polynésie française en juillet.
Cette évaluation fiscale se compose de deux parties:

Le premier vise à adapter la législation aux conséquences de la crise sanitaire et à protéger et accompagner les entreprises et les travailleurs concernés.

En particulier, le gouvernement propose d’exonérer de la taxe toutes les aides versées par le pays (indemnité de solidarité exceptionnelle ou DESETI) ou par l’État (Fonds de solidarité) ou d’exonérer les primes payées du CST-S par les entreprises à leurs salariés comme récompense pour leur investissement pendant la crise sanitaire.

Il est également proposé d’exempter l’exemption de la Loi sur les perles exportées spécifiques (DSPE), comme l’a annoncé le gouvernement dans son plan pour sauver l’économie.

En outre, une série de mesures sont proposées pour soutenir les projets en cours ou déjà mis en œuvre par le biais d’exonérations fiscales potentiellement affectées par la crise économique. Il est en effet important que ces projets d’emploi se concrétisent.

Enfin, certaines mesures visent à prolonger certains délais légaux, notamment dans le cadre du recouvrement des dettes fiscales, par exemple pour éviter d’appliquer des intérêts de retard sur la période d’incarcération.

La deuxième partie vise à soutenir différents secteurs de l’économie et à améliorer le pouvoir d’achat des Polynésiens. Parmi les mesures, nous pouvons mentionner:

La standardisation de la TVA de la restauration à 5%, afin que les restaurateurs puissent baisser leurs prix et ainsi stimuler le secteur;
Revoir le dispositif d’accompagnement à l’installation des jeunes diplômés afin de leur permettre de bénéficier plus facilement de leur accompagnement et d’être exonérés de droits et taxes à l’importation de matériels indispensables à leurs activités;
La baisse des prix de certains médicaments;
L’occasion pour les Polynésiens qui ont récemment construit leur résidence principale de bénéficier d’une exonération d’impôt foncier de 10 ans;

Une mesure de protection fiscale pour les entreprises exportatrices ayant des résultats négatifs pour l’année;
Ainsi que diverses mesures de soutien aux secteurs de la pêche, de la perliculture ou des services postaux.

Sept projets d’investissement des entreprises soutenus par le pays

Dans le cadre de sa politique de soutien aux entreprises, le pays a mis en place deux systèmes de soutien pour équiper les petites entreprises et pour créer et revitaliser les petites entreprises et les restaurants.
Le Conseil des ministres a autorisé l’octroi d’un soutien financier de 14 990 000 cfp à 7 entreprises pour un investissement total de 54 142 752 cfp.

Cet appui du pays permettra le maintien de 11 emplois et la création de 9 emplois dans les secteurs des excursions nautiques, de la maintenance navale, de la construction, des soins esthétiques, de la plongée, de la production d’alcool ou de la grande distribution alimentaire.

Revoir la tarification des documents cadastraux

Dans le cadre de l’ouverture de son nouveau guichet unique, la DAF (Direction des affaires foncières) a souhaité simplifier au maximum l’accès aux documents qu’elle propose à ses utilisateurs.

Les frais de port des documents cadastraux télécommandés sont donc exclus. Ces coûts sont désormais entièrement pris en charge par le DAF, de même que tous les autres documents (feuille de généalogie, statut d’enregistrement et de transcription, etc.) émis par le nouveau guichet unique.

Cette révision des tarifs permet également de supprimer les anciens tarifs mentionnés avant la mise en service de la version actuelle de l’application OTIA, qui a eu lieu en juillet 2014.

Introduction en Polynésie française de la plante aromatique et médicinale Artemisia annua

Le ministère de l’Economie verte a soumis au Conseil des ministres une proposition d’étude visant à introduire Artemisia annua, plante aromatique et médicinale non répertoriée actuellement en Polynésie française, en vue d’importer ses semences.

Antiparasitaire, antioxydant, antiviral, antimicrobien, Artemisia annua est, grâce à la richesse de ses composants, une plante à fort potentiel en pharmacopée humaine et vétérinaire. Aujourd’hui utilisé pour ses propriétés anti-parasitaires (notamment contre le paludisme), il est également étudié avec un grand intérêt dans le traitement des cancers ou virus responsables d’épidémies.

Par conséquent, à la suite d’une enquête de la Commission des sites et des monuments naturels (CSMN), la Polynésie française, qui possède une forte culture de la médecine traditionnelle, aurait la possibilité d’autoriser l’importation de semences d’Artemisia annua ‘Utilisation appropriée de cette plante médicinale aux multiples vertus.

Lois du pays modifiant les dispositifs d’aide numérique (DAD) et l’aide à la connexion Internet (ACI) et la création du dispositif d’aide à l’inclusion numérique (AID)

Dans le cadre de la mise en œuvre de sa stratégie de développement numérique, le gouvernement s’est fixé pour objectifs de favoriser l’accès à la technologie numérique et de soutenir l’innovation numérique et l’économie numérique. Par exemple, des régimes de soutien ont été créés.

Le Business Connection Assistant Device (ACI) permet la connexion, l’installation et l’accès à Internet, quel que soit le domaine d’activité, de personnes physiques indépendantes et de sociétés juridiques. ACI intervient sur la base d’un cofinancement des dépenses liées aux équipements et installations nécessaires à la connexion Internet.

Le Digital Assistance Device (DAD) deviendra un outil pour accompagner les startups numériques et la transition numérique des entreprises. Ce soutien financier soutient des projets numériques qui entrent dans les catégories initiation aux startups numériques, développement d’une startup numérique, création numérique et transformation numérique. La DAD intervient sur la base d’un cofinancement des dépenses liées au projet et éligibles sans dépasser 50% de la charge et des frais généraux dans la limite de 7% de la part locale du budget du projet soutenu .

Le Conseil des ministres a examiné divers changements visant à:
d’une part, accroître l’attractivité de l’ACI pour les très petites entreprises (TPE) et les petites et moyennes entreprises (PME) en augmentant le plafond de l’aide et en élargissant la couverture de l’aide aux dépenses liée à l’achat de matériel informatique pour les sociétés dont le chiffre d’affaires annuel est inférieur ou égal à 20 millions de francs CFP;
et, d’autre part, améliorer les performances de la DAD en étendant la catégorie « startup development » à tous les types de nouveaux marchés (locaux, nationaux et internationaux), en limitant l’adéquation de la DAD aux entreprises de moindre taille de 20 salariés et la suppression de la catégorie « création numérique ».

Pour finaliser ce panel de mesures, le Conseil des ministres a également examiné le projet de création d’une aide à l’inclusion numérique (AID). Cet accompagnement, comme l’ACI, permettra à des associations à but non lucratif enregistrées en Polynésie française depuis au moins 3 ans de travailler dans les domaines de l’insertion professionnelle, de la cohésion sociale et des soins de santé, avec des locaux permanents et présentant un projet d’inclusion numérique , pour bénéficier d’un soutien financier en équipement informatique et connexion Internet.

Ces projets, qui ont été soumis aux membres du Conseil économique, social, environnemental et culturel de Polynésie française pour évaluation au début de cette année, ont reçu un avis favorable.

Application de mesures à l’entrée en Polynésie française aux fonctionnaires de l’administration de la Polynésie française

Comme les vacances arrivent en juillet et août, il est important d’informer les agents de l’administration de la Polynésie française qui se rendent à l’étranger dans une région en dehors de la Polynésie française reconnue comme zone de circulation de l’infection pendant leur congé annuel à la suite de l’application de mesures à l’entrée en Polynésie française.

Il appartient donc à chaque entité de vérifier la mise à jour des textes mentionnés ici, d’une part, et de diffuser les informations utiles aux agents d’une même entité, d’autre part.

Le cas échéant, tout événement empêchant le salarié concerné de retourner au travail le lendemain de la fin de ses vacances annuelles obligera l’Administration à tenir l’agent en vacances annuelles jusqu’à son retour à son lieu de travail. En l’absence de droit au congé, une autorisation exceptionnelle de congé sans solde est accordée pendant cette période (le lendemain de la fin du congé annuel jusqu’à la veille de la reprise).

De plus, les agents qui accueillent des personnes issues d’une région hors Polynésie française reconnue comme zone de propagation des infections doivent prendre les précautions nécessaires pour se protéger et appliquer des barrières.

Transfert gratuit de 1 800 masques en tissu à la Fédération Te Niu O Te Huma – Handicap Polynésie française

Dans le cadre de la reprise des activités de l’administration de la Polynésie française, l’opération « Pü Aho » a été lancée après la récente incarcération en lien avec l’épidémie de Covid-19.

L’objectif de ce projet était d’équiper tous les responsables du gouvernement polynésien français de masques en tissu, conformément aux recommandations de la Cellule de crise sanitaire. Par exemple, 20 092 masques ont été fabriqués et livrés à des entités administratives en Polynésie française pour un coût total de 8 742 355 cfp.

Fin juin, la Fédération française Te Niu O Te Huma – Handicap Polynésie a indiqué dans une lettre adressée au pays qu’elle souhaitait mettre en place des barrières appropriées, notamment le port du masque par les membres des associations et fédérations coopérant avec « une public vulnérable handicapé.

L’analyse des besoins a été estimée à 600 membres, répartis sur 24 associations affiliées à la fédération concernée. L’intention est d’attribuer un paquet de 3 masques à chaque membre, nécessitant 1 800 masques, au tarif préférentiel fixé pour l’administration.

Dans ce contexte, et parce qu’il s’agit d’un public particulièrement vulnérable, le Conseil des ministres a donc autorisé le transfert gratuit de 1 800 masques en tissu à la Te Niu O Te Huma – Fédération Handicap de Polynésie française. Comme pour l’opération « Pü Aho », un réseau d’artisans locaux sera utilisé. L’achat des 1 800 masques fera l’objet de bons de commande émis à l’Artcraft Association of Art, pour un montant total de 720 000 cfp, soit 400 cfp par unité.

Nettoyage de plage aux Tuamotu-Gambier

Depuis 2016, le ministère de l’Environnement mène des activités de nettoyage sur les plages insulaires des Tuamotu-Gambier, en collaboration avec les municipalités.

Les prestataires mandatés pour ces opérations ont impliqué la population locale via le recrutement pour permettre la collecte, le tri et le rapatriement des déchets à Tahiti via des filières agréées. Par exemple, 6 tonnes ont été récoltées en 2016, 7,4 tonnes en 2017 et 18,6 tonnes entre 2018 et 2019. De plus, cette dernière campagne de nettoyage a créé une nouvelle dynamique autour du thème des «déchets» dans les îles, avec des ateliers de prévention et la création de véritables journées de sensibilisation. dirigé par des ambassadeurs (personnalités locales) et des associations de protection de l’environnement.

Cette impulsion créée par la mise en œuvre de campagnes de nettoyage a l’avantage de stimuler les démarches déjà entreprises par la population locale, les associations et les communes. Par exemple, les associations de Rangiroa mettent l’accent sur les actions de collecte de déchets qui sont organisées chaque trimestre et la tenue d’ateliers de sensibilisation du public. La ville de Manihi, surnommée la « tortue d’argent » en 2019, assure une bonne gestion des déchets de l’île et s’appuie sur des emplois subventionnés (services publics) pour sensibiliser le public.

Le ministère de l’Environnement souhaite poursuivre ce travail cette année. À partir de septembre 2020, le nettoyage de 20 îles commencera. Dix-huit îles ont déjà bénéficié de cette opération au moins une fois. Ce sont Fakarava, Niau, Aratika, Kauehi, Raraka, Rangiroa, Tikehau, Mataiva, Ahe, Anaa, Makemo, Raroia, Takaroa, Takapoto, Faaite, Hao, Mangareva et Reao. Et deux « nouvelles » îles bénéficieront de cette campagne de nettoyage et de sensibilisation, à savoir Napuka et Puka Puka.
Pour cette édition 2020, l’objectif est de se concentrer sur les associations environnementales actives localement et pouvant bénéficier d’un soutien financier.

Des espaces plus accessibles au conservatoire pour les écoles de danse, de musique et de classe

La récente crise de Covid-19 a eu un impact majeur sur le fonctionnement des activités culturelles, en particulier les écoles de danse, de musique et de classe, dont certaines ont dû être fermées.

Pour soutenir cet important secteur de transfert de connaissances et en attendant une amélioration de la situation économique du pays, le Conservatoire artistique de Polynésie (CAPF) a présenté à son conseil d’administration une mesure visant à réduire les coûts de location de chambres pendant les vacances scolaires ( du 6 juillet au 7 août 2020).

Cette réduction réduit de 75% le loyer des salles, permettant à certaines écoles en difficulté de relancer leurs activités.

Certificat d’orientation professionnelle polynésien pour les activités physiques de plein air: création et organisation du label «Promenade aquatique»

Le 27 février, le Conseil des ministres a adopté un décret portant création et organisation du Brevet professionnel polynésien d’accompagnement des activités physiques de plein air, ou C.P.P.A. A.P.P.N.

Ce certificat a été délivré à titre d’approbation et dans ce contexte, le Conseil des ministres a approuvé l’établissement de la première approbation, qui concerne la « marche aquatique », communément appelée « plongée en apnée ».
En particulier, le décret précise:
les exigences avant de commencer un programme d’études;
les conditions d’organisation des tests de certification;
les dispositions concernant la validation de l’expérience acquise;
les procédures de vérification du maintien des compétences en matière de sécurité et de sauvetage des titulaires du diplôme;
exemptions et équivalences;
et enfin, les dispositions accordant aux titulaires du Certificat de Prévention, Assistance et Sauvetage en Randonnée Aquatique en Polynésie française, ou A.C.P.A.S.R.A., l’accès à cette certification.

La Direction de la Jeunesse et des Sports, accompagnée des agents chargés de la conception de ce nouveau diplôme et du chef du service tourisme, a animé une réunion à Bora Bora vendredi 12 juin dernier, en présence du maire et des membres du Comité tourisme, dans le double objectif de présenter cette nouvelle certification, et plus généralement de présenter la politique de formation des professionnels des activités physiques et sportives sous la houlette du ministère de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports.

Subventions de fonctionnement aux établissements publics d’enseignement en Polynésie française

Le Conseil des ministres a approuvé plusieurs subventions à des établissements d’enseignement publics en Polynésie française pour financer les opérations suivantes:

Hao College
Fonctionnement du Centre pour l’éducation aux technologies appropriées au développement (CETAD)
3 150 000

Rangiroa College
Fonctionnement du Centre pour l’éducation aux technologies appropriées au développement (CETAD)
3 700 000

Teriitua College à Teriierooiterai de Paea
Réparer la carrosserie du camion
4 241 609

Collège Moerai – Rurutu
Achat de matériel pédagogique pour les cours de physique, chimie et technologie
735,722

Lycée professionnel Faa’a
Imperméabilisation des bâtiments R travaux
1,315,320

Lycée professionnel de Mahina
Travaux de correction acoustique en salle A01
1 022 198

Lycée professionnel d’Uturoa – Raiatea
La rénovation de l’atelier maritime
1859076

Collège Faaroa
Le renouvellement des brasseurs d’air et des prises
1 113 553

Collège Moerai – Rurutu
Accès à l’application « projet voltaire »
68 840

Lycée Te tara O Maiao Diadem
Accès à l’application « projet voltaire »
186 840

Lycée professionnel de Mahina
L’achat de six vidéoprojecteurs
471,498

Lycée professionnel de Mahina
Acheter un éclairage public solaire
616 000

Collège Afareaitu – Moorea
Traitement des termites
240 000

Collège Afareaitu – Moorea
Acheter des alarmes antivol
508 500

Lycée Ihi-tea no Vavau
L’installation de ventilateurs d’air dans les salles de l’internat
811,398

Lycée Ihi-tea no Vavau
Installation de points d’eau dans la cour et éclairage des couloirs
305 040

Collège Hakahau – Ua Pou
Soutenir les coûts de fonctionnement du Centre de formation aux technologies adaptées au développement (CETAD)
3 000 000

Lycée polyvalent de Taravao
Les travaux d’étanchéité des bâtiments C, D, I et J et la réparation des descentes pluviales dans tout l’établissement
24359071

Lycée polyvalent de Taravao
Réparer la carrosserie du camion
3 846 610

Lycée polyvalent de Taravao
La réparation du réseau de drainage des eaux pluviales
3,722,785

Par ailleurs, le Conseil des ministres a approuvé des subventions aux établissements publics d’enseignement de Polynésie française pour financer des actions mises en œuvre dans le cadre du Fonds des collèges et lycées sociaux (FSCL):

Papara College
3 991 600

Lycée Tuianu Le Gayic
3 736 400

Soutien à l’Union sportive pour l’enseignement primaire (USEP) et à l’Association pour les sports scolaires polynésiens (USSP)

Le Conseil des ministres a octroyé une subvention de 9 millions de cfp à l’Union sportive de l’enseignement primaire (USEP) pour financer son activité générale en 2020.

La section polynésienne de l’USEP a été créée le 13 janvier 1962 dans le but spécial de promouvoir et de réglementer la pratique de l’éducation physique et des sports dans les écoles primaires publiques.

Le Conseil des ministres a également octroyé une subvention de 2 millions de CFP à l’Union des sports scolaires polynésiens (USSP) pour financer les voyages aériens et les transports maritimes lors des jeux scolaires.

Créée également en 1962, l’Association des Sports Scolaires Polynésiens (USSP) vise à fédérer les associations sportives publiques ou privées des établissements d’enseignement secondaire de Polynésie française, dans le prolongement des objectifs généraux de l’éducation physique et du sport pendant les heures de cours obligatoires .

Subvention d’investissement pour l’Institut de la jeunesse et du sport de Polynésie française (IJSPF)

Le Conseil des ministres a octroyé une subvention de 50 millions de cfp à l’Institut de la Jeunesse et du Sport de Polynésie française (IJSPF) pour financer l’achat de matériel technique, logistique, mobilier et véhicules suivants:
Un ensemble de machines de musculation complètes de haute qualité et de haute qualité qui sont placées dans la salle de musculation de l’IJSPF à Pirae
Douze autoportées pour préserver les espaces verts de diverses installations sportives
L’installation de 45 hotspots WiFi sur les deux bâtiments du bâtiment Jacques Teheiarii Bonno à Pirae
L’achat de nouveaux véhicules adaptés destinés aux équipes des installations sportives des deux grandes zones (Pater et Taiarapu), notamment pour le contrôle et la logistique (livraison et rapatriement du matériel).
La subvention accordée couvre presque le coût total de ces opérations.