Accueil » News » les « frais COVID » d’une librairie suscitent la grogne de certains parents

les « frais COVID » d’une librairie suscitent la grogne de certains parents

  • par



Une librairie de Gatineau a décidé d'ajouter des « frais COVID » lors de l'achat de manuels scolaires, pour couvrir ses frais et permettre un accueil sécuritaire (image d'illustration).


© ARNELLDMarshall /getty images/istockphoto
Une librairie de Gatineau a décidé d’ajouter des « frais COVID » lors de l’achat de manuels scolaires, pour couvrir ses frais et permettre un accueil sécuritaire (image d’illustration).

Certains parents de l’Outaouais ont été surpris de découvrir que la Librairie du Soleil ajoutera des « frais COVID » lors de l’achat de manuels et cahiers scolaires cet été. Ces frais varient de 1 à 5 dollars. La librairie se justifie en précisant qu’elle est obligée de louer un espace plus grand pour accueillir les parents de façon sécuritaire.

«Cette année, on est la seule librairie de la région qui a accepté de faire la rentrée scolaire à cause de la situation dans laquelle on est présentement. On attend à peu près 20 000 personnes. Il faut vraiment être prudents,» précise Francine Mercier-Chevrier, la présidente fondatrice de la Librairie du Soleil.

Selon elle, il aurait été impossible d’assurer la distanciation physique entre les clients dans le local habituel, situé sur le boulevard Saint-Raymond, à Gatineau.

La librairie a donc décidé de louer un autre local, au sein du Village Place Cartier, afin d’y effectuer la vente de manuels scolaires entre le 28 juillet et le 11 septembre.



Francine Mercier-Chevrier, présidente et fondatrice de la Librairie du Soleil


© /Radio-Canada
Francine Mercier-Chevrier, présidente et fondatrice de la Librairie du Soleil

«Ça implique de louer un espace, d’équiper cet espace en termes d’informatique, de plexiglas. C’est tout cela qui a suscité le fait qu’on ajoute des frais», indique Mme Mercier-Chevrier, qui affirme agir en bonne foi.

La lettre adressée par la librairie aux parents d’élèves et qui reprend les «frais COVID» peut-être lue ici.

L’incompréhension de certains parents

Valérie Dionne est mère de trois enfants, et présidente du comité de parents du Centre de services scolaire des Draveurs.

Elle n’est pas concernée directement, dans la mesure où l’école de ses enfants est en contact avec une autre librairie qui s’apprête pour sa part à livrer les manuels scolaires aux écoles. Mais elle dit regretter l’ajout de ces « frais COVID » qui toucheront d’autres parents d’élèves.

Elle dit aussi regretter que les frais COVID demandés par la librairie soient proportionnels au montant des achats.

En effet, les frais demandés par la librairie seront de 1 dollar pour les achats de moins de 10 dollars, de 3 dollars pour les achats de 10 à 60 dollars et de 5 dollars pour les achats supérieurs à 60 dollars.



Valérie Dionne, la présidente du comité des parents du Centre de services scolaire des Draveurs, regrette l'ajout de ces frais Covid au moment de l'achat de manuels scolaires.


© /Radio-Canada
Valérie Dionne, la présidente du comité des parents du Centre de services scolaire des Draveurs, regrette l’ajout de ces frais Covid au moment de l’achat de manuels scolaires.

«Au niveau des mesures sanitaires, ça ne coûte pas plus cher pour la librairie que j’en achète pour 60 dollars ou pour 10 dollars, je pense qu’il y aurait peut être eu une meilleure façon d’équilibrer les frais COVID», affirme Mme Dionne.

«J’ai parlé à des gens ailleurs au Québec qui font la même chose que nous, puis eux chargent 8 dollars. C’est un service qu’on rend à la population», répond Mme Mercier-Chevrier, la propriétaire de la librairie du Soleil.

Le choix de s’approvisionner ailleurs

La Librairie du Soleil fournit généralement des manuels aux élèves de toutes les écoles situées sur le territoire du Centre de services scolaire des Portages de l’Outaouais et de quelques écoles du Centre de services scolaire des Draveurs.

Du côté des Draveurs, on nous indique par courriel qu’on ne commentera pas les pratiques commerciales de la librairie. Mais on ajoute que les parents d’élèves ne sont jamais dans l’obligation de se procurer le matériel pédagogique dans une seule librairie.

«Les écoles communiquent avec la Librairie du Soleil pour faciliter l’accès du matériel pédagogique aux parents (…) Les parents peuvent donc aussi se procurer le matériel où ils le veulent (par exemple, en ligne auprès de la maison d’édition)», précise le Centre de services scolaire des Draveurs.

Avec les informations d’Audrey Roy