REPLAY- Municipales 2020 à Cherbourg-en-Cotentin. Ce qu’il faut retenir du débat du deuxième tour

Dans cette commune du nord de la presqu’île du Cotentin, bastion de gauche, le maire sortant PS Benoît Arrivé mène le premier tour. Common Passion a recueilli 42,10% des suffrages exprimés. Il est plus de 10 points devant le candidat de David Margueritte LR (29,68%). Ensuite, suivez Sonia Krimi pour LREM (14,26%) et Barzin Viel-Bonyadi (13,97%) pour Citizen Cooperative.

La ville a été le théâtre d’escarmouches politiques au lendemain du premier tour des dernières semaines.

Regardez le débat entre les 4 candidats de Cherbourg-en-Cotentin

débat municipal Cherbourg-en-Cotentin France 3



© FTV

La campagne entre les deux tours

Parmi les protagonistes, Sonia Krimi, tête de liste et députée LREM, huit de ses co-listers se sont séparés, ainsi que David Margueritte, candidat de la liste de droite. Accusation de cambriolage, tentative de déstabilisation, dépôt de plainte … Ce ne sont que quelques-uns des affrontements qui auront alimenté cette campagne dans la période post-partum.

Sonia Krimi

Il s’agit d’un second tour sans précédent, j’ai toujours dit qu’une élection locale est plus difficile qu’une élection nationale … Mes partenaires et moi sommes dans le paysage local depuis 3 ans. Trois ans ne suffisent pas pour bien connaître les gens, pour construire un réseau de militants. Après vraiment, il y a eu des dissonances, il y avait une minorité – il faut se rappeler qu’il y a 47 personnes sur 57 qui sont toujours là, il y a toujours des gens qui croient en cette idée de droite et de gauche et des écologistes ensemble. La plupart de la liste ne voyait pas pourquoi nous irions avec M. Margueritte ou avec le PS.

David Margueritte dit qu’il s’en fiche et s’en fiche, il préfère “parler par le bas”.

Lorsqu’on lui a demandé: oui ou non, il a tenté de braconner des candidats de la liste de Sonia Krimi, sa réponse est claire:

Absolument pas. Soit dit en passant, je vais vous dire que Mme Krimi a une position politique à gauche qui n’a rien à voir avec la mienne. Il n’y a jamais eu d’alliance avec elle. Ses co-horaires dissidents qui sont partis ont expliqué qu’ils n’avaient eu aucun contact avec un candidat. Quant à l’aspect juridique de cette affaire, je suis avocat et je sais qu’il n’y a pas de commentaire sur une affaire en cours concernant la divulgation de lettres privées.

Pour conclure sur ce sujet, qu’il s’agisse ou non d’alliances, Burzin Viel-BonyadiLa Coopérative de Citoyens estime qu ‘”Avant le premier tour, la Coopérative de Citoyens a pris une décision majeure d’ouvrir des négociations avec la liste de passion commune de Benoît Arrivé. La démission de M. Gebeurde, que je regrette, a pris fin. “

Quoi Benoît est arrivé, le maire sortant, répond que “tout cela est un peu malheureux, cela donne une image de la politique qui est catastrophique”.

En ce qui concerne les commentaires de M. Viel-Bonyadi, nous étions en discussion lors du premier tour, mais certains amis de M. Viel-Bonyadi ont pris un chemin différent.

Les principales mesures économiques des candidats

David Margueritte propose une vision sur 6 mois et 6 ans, avec notamment un soutien de 100 euros par écolier destiné à stimuler la consommation locale.

Ce sont les équipements les plus importants pour le cours de 6 ans. Depuis le début du mandat, nous avons un plan d’investissement pour ces grandes installations. Je pense à la patinoire et au marché couvert. Les entreprises doivent avoir une vue des ordres publics.

Sonia Krimi se réfère en particulier au transport et au service gratuit.

Il s’agit d’une reprise économique, car la gratuité des transports représente 2 millions d’euros de pouvoir d’achat redistribués aux habitants de la ville.

Nous avons terminé notre programme avec l’installation de 1 000 tablettes en libre-service car nous avons réalisé en toute liberté combien il était difficile pour les familles qui n’avaient pas les ressources informatiques de fournir une éducation à leurs enfants. Nous avons également vu les dégâts causés par un mauvais déploiement de la fibre dans la ville.

Barzin Viel-Bonyadi constate que la crise n’est pas nouvelle. Lors de la campagne du premier tour, il était considéré comme “un doux rêveur”.

Nous devons également lutter contre la crise sociale et économique qui s’annonce en prenant soin de nos habitants, renforçant ainsi une ville.

L’une des principales propositions est de garantir un minimum municipal garanti, ce qui signifie que chaque ménage peut avoir un revenu supérieur au seuil de pauvreté. Il profite à la consommation locale. Je rejette complètement l’idée d’un maire d’un immeuble, je veux un maire qui investit dans la population locale et non dans le béton, un maire qui recrée des liens de solidarité

Benoît est arrivé rappelle que la compétence économique est partagée entre la région et l’agglomération.

Nous avons fait de nombreuses propositions. D’abord aider au développement des énergies renouvelables marines, puis tous nos travaux sur le commerce, les travaux de rénovation du secteur piéton.

Les propositions culturelles contribuent également à l’attractivité de la ville. Cherbourg-en-Cotentin se porte mieux aujourd’hui qu’en 2014, le taux de chômage a été divisé par deux. L’effet Covid n’a pas encore été mesuré. Nous voyons qu’un certain nombre de grandes entreprises ont confirmé leurs plans de développement et cela devra être considéré comme du lait en feu.

Un nouveau regard sur la ville de Cherbourg

Je vous rappelle que les commerçants veulent être écoutés et que les managers ne veulent plus se perdre dans les couloirs de la mairie. Les commerçants veulent que les clients puissent se garer mieux et plus facilement. Il faut aussi replanter le centre ville. Vous devez donner envie aux clients de revenir.

Sonia Krimi

Avec l’enfermement, c’est la revanche des villes moyennes, c’est la revanche de la campagne, séduisant les producteurs locaux. Je note également que deux de mes adversaires parlent de gros projets, mais Cherbourg n’a pas l’ambition de devenir une mégalopole

Barzin Viel-Bonyadi

Les résultats de notre mandat passé nous ont permis de mieux traverser la crise et les principaux services publics. Le projet que je mène est celui d’une ville qui protège, d’une ville durable où chacun trouve sa place. Nous allons accélérer sur ces points, nous pouvons avoir des ambitions pour la ville et des ambitions environnementales

Benoît est arrivé

On peut avoir une grande ambition pour la 4ème ville de la région, les projets de patinoire répondent à notre ambition et en même temps la proximité est aussi au centre de nos préoccupations, je pense aux routes et à l’accessibilité de la ville. Nous aurons également le défi de former et d’orienter selon les besoins des familles et des entreprises.

David Margueritte

Mobilité dans la ville et ses environs

Benoît est arrivé se réfère à la création d’un réseau de bus double et complémentaire.

En matière de mobilité, nous proposons une double révolution, d’abord avec la construction d’un réseau solide et moderne, avec plus de bus le matin, plus de bus le soir, le week-end et une amélioration du service horaire en bus. toutes les 6 à 12 minutes La deuxième étape consiste à créer un réseau à l’échelle du Cotentin avec lequel tous les habitants peuvent se déplacer d’une ville à l’autre. Il y a les enjeux environnementaux, vivre ensemble, l’économie, les soins à domicile …

Barzin Viel-Bonyadi défend l’idée d’une politique écologique contraignante.

L’ambition de la coopérative citoyenne est de créer une ville durable et vivable pour tous les habitants. Nous avons un devoir moral dans le domaine de l’écologie.

Nous devons nous donner les moyens d’y arriver, l’horizon est fixé à mi-chemin par la majorité actuelle, mais pourquoi nous attendons si longtemps pour assurer aux résidents un bon voyage. Nous n’avons d’autre choix que d’être restrictifs.

David Margueritte

Je n’ai pas du tout cette vision de l’écologie. Nous avons une vision positive et globale. En matière de mobilité, l’ennemi n’est pas la voiture. Nous privilégions davantage de bus qui pourraient mieux desservir la ville, avec des déplacements gratuits le week-end, mais nous sommes hostiles aux voies de bus. Et enfin à vélo nous sommes la liste la plus claire de 5,8 millions d’euros consacrée au développement du vélo (12 euros par habitant). Nous pouvons construire un projet de développement durable qui n’est ni punissable ni contraignant.

Sonia Krimi

L’écologie ne devrait pas être une fête et je ne crois pas à la coercition. Nous avons vécu les gilets jaunes et c’était très difficile pour notre pays. Je reviens aux cantines bio et locales, nous avons 600 agriculteurs bio dans la Manche. Oui pour plus de vélos et pourquoi pas une autoroute verte comme dans les pays scandinaves, entre Cherbourg et La Hague, permettant aux salariés d’accéder à leur terrain en toute sécurité. Oui, le transport gratuit est également très important, et pourquoi ne pas rêver d’une ville de Cherbourg-en-Cotentin où vous avez des voitures électriques?

les défis de Cherbourg-en-Cotentin



© ftv

C’est la toute première humeur de cette commune de 80 000 habitants, née en 2016 de la fusion de 5 communes.

Une nouveauté qui n’a pas suffi à résister aux effets de la crise sanitaire: au premier tour, le taux d’abstention était de 66,31%, près de 20 points de plus que lors des précédentes élections de 2014. Une mention. Et un défi de taille pour mobiliser massivement les électeurs pour le second tour.

Le maire sortant PS, Benoît est arrivé, 45 ans, s’est imposé au premier tour (42,10% des suffrages exprimés). Petit-fils d’activistes communistes, cet enfant du comté de Cherbourg est entré dans la vie politique locale à l’âge de 20 ans en 1995 en tant que conseiller municipal de Jean-Pierre Godefroy (PS).

Il a été élu maire de la nouvelle commune de Cherbourg et du Cotentin en 2016 et a décliné toute idée d’alliance pour le second tour. Il revendique notamment un équilibre économique jugé positif: Cherbourg-en-Cotentin a l’un des taux de chômage les plus bas de Normandie avec 6,7% de chômeurs.

L’une des entreprises de la ville, LM Wind Power, a annoncé il y a quelques jours le recrutement de 250 emplois supplémentaires pour son usine de pales d’éoliennes.

L’un des principaux projets de Benoît Arrivé est le développement de liaisons de bus entre Cherbourg et le reste du Cotentin.

Il est suivi par le représentant du droit traditionnel, David Margueritte, avec une liste de prospects à 29,68%. Il est le deuxième vice-président de la région Normandie.

Dès son quatorzième printemps, il a fait campagne pour le RPR. Il a constamment incliné le bastion de gauche à son bord politique. Lors des dernières élections municipales, il a obtenu plus de 48% des voix, contre son adversaire d’alors du PS, Jean-Michel Houllegatte, élu avec un peu plus de 51%.

La surprise (mauvaise pour la candidate et ses concitoyens) du 1er tour est venue de Sonia Krimi. Ce député a élu en 2017 lors des dernières élections législatives avec plus de 61% des suffrages exprimés et n’était que troisième à ces élections locales. Elle s’est efforcée d’être la seule à mettre fin à 50 ans de socialisme. La liste «Pour vous» a obtenu 14,26% des suffrages exprimés.

Barzin Viel-Bonyadi est le plus jeune candidat à ces élections. A 28 ans, il défend la liste des “coopératives citoyennes”, soutenue par Europe Ecology-Les Verts, la France rebelle et Génération S.

Avec ses 13,97% des suffrages au 1er tour, il décide de rester dans la course au second tour. Il fait campagne à gauche depuis 2007 et a assumé en 2014 la fonction de conseiller municipal sous le mandat de Jean-Michel Houllegatte.