Accueil » News » LE CONTEXTE DE LA CRISE SCOLAIRE AU MALI

LE CONTEXTE DE LA CRISE SCOLAIRE AU MALI

  • par

Une représentation de la reprise des cours
Une représentation de la reprise des cours

Notre pays est certainement l’une des périodes les plus sombres de son histoire. Les institutions chargées de la sécurité des populations qui luttent pour remplir leur mission, la solidarité millénaire entre les communautés s’effondre quotidiennement, les milices d’autodéfense sont créées avec leur propre système de réglementation, la vente de drogues riches, le introduction illégale d’armes de guerre, massacres de personnes innocentes, vol de bétail et d’autres biens, centaines d’écoles fermées, population meurtrie, État qui meurt lentement et semble survivre seul dans les grandes villes, etc.

C’est l’image actuelle d’un grand pays africain, berceau d’une civilisation très brillante, qui semble avoir entamé sa descente aux enfers par manque d’initiatives pour stopper l’hémorragie. Qu’arrive-t-il réellement au bateau du Mali qui grince partout?

De nombreux analystes potentiels avaient prédit le chaos pour notre pays en 2020. Une mauvaise estimation des défis géostratégiques mondiaux rencontrés par ceux qui étaient actifs en 2005 en associant certains opérateurs miniers à l’exploration ou même à l’exploitation future de certaines ressources de notre pays. Cela ne convenait pas à certains de nos partenaires techniques et financiers, principalement en raison de l’importance estimée de cette richesse dans les régions du nord du Mali. Notre pays est donc au cœur d’un problème entre puissances étrangères, qui utilisent tous les appareils pour garder une emprise. Parmi eux, nous avons les États-Unis et la France d’un côté et la Chine, la Russie de l’autre.

Des mouvements d’indépendance armés, des forces progouvernementales, des mouvements djihadistes et des bandits armés sont tous sur le terrain. En fonction de leurs convictions et parfois à cause de l’appréciation des problèmes du moment, ils développent des alliances. Certains sont équipés et instrumentés par des intérêts beaucoup moins clairs. Toutes ces menaces génèrent des larmes quotidiennes, font couler le sang de personnes innocentes et finissent par souffrir.

C’est précisément à cette époque que le pays a besoin de toutes les vertus d’un gouvernement exemplaire, de la part des fils d’une même nation qui savent se réunir pour regarder dans la même direction. Des fils qui profitent de leur riche héritage culturel pour se doter d’outils pour surmonter les revers d’où qu’ils viennent.

Malheureusement, la gestion interne des affaires publiques reste approximative en raison de nombreux cas de corruption enregistrés, de détournements de fonds publics, d’ambiguïtés multiples et différentes, qui sont toujours en suspens en vertu de la jurisprudence du pays.

Les deux structures qui devraient renforcer notre résilience à l’adversité sont encore pires. Il s’agit d’éducation et de culture.

Notre école connaît depuis des années une crise récurrente, crise qui a motivé toutes les réformes de notre système éducatif.

La première réforme a été celle de 1962, qui s’est détachée de l’école coloniale. Il a permis de créer une école conforme aux valeurs sociales de notre pays avec pour mission de garantir une formation de masse et de qualité. Malgré la volonté politique clairement exprimée des dirigeants d’alors, leur grande ambition pour l’école n’a pas répondu à toutes les attentes. La pénurie d’enseignants bien formés, le manque de matériel pédagogique approprié et le manque de supervision administrative adéquate ont partiellement paralysé le projet éducatif de l’époque. C’est ce qui a motivé les autorités de la première république à faire appel à tous les nouveaux arrivants pour qu’ils assurent une surveillance éducative.

Avec l’arrivée de la deuxième république en novembre 1968, notre système éducatif a subi sa deuxième réforme à l’égard des États généraux de l’éducation en 1979. Il faudrait une décennie pour organiser un séminaire ou une table ronde en 1989. C’est précisément en 1999 que nous recevons une réforme de la révision de notre système éducatif, qui appelle à une école décentralisée. Cette réforme sera appelée la directive sur l’éducation et a été promulguée en 2000.

Le Forum sur l’éducation d’octobre 2007 a été la dernière réforme en date, adoptant 400 recommandations pour adapter notre système éducatif aux exigences du 21èmee siècle.

Parmi ces recommandations, nous notons la suppression de l’examen CEP en sixième année fondamentale, l’introduction de nouvelles matières dans l’enseignement secondaire général telles que l’informatique, les langues nationales, l’économie, le projet personnel, la philosophie en 11e année, etc.

L’éducation est conçue par domaine pour limiter les effets pervers de la compartimentation et stimuler la transdisciplinarité. Le programme de base et l’approche axée sur les compétences au niveau secondaire sont conservés en tant qu’innovations pédagogiques actuellement en vigueur dans les salles de classe.

Jusqu’en 2020, le département de l’éducation n’a pas achevé la formation des enseignants, notamment dans le secteur privé, à ces nouvelles approches pédagogiques. Mais en réalité, quelles sont les approches basées sur les compétences?

Le vrai sens de ce concept ne semble-t-il pas unanime dans l’univers éducatif malien?

La compétence est définie comme savoir comment agir dans une situation. C’est la capacité de l’élève à mobiliser ses connaissances, ses compétences et ses attitudes pour apporter une réponse appropriée à une situation complexe.

Quels lycées d’enseignement général (public, confessionnel ou privé) permettent aux étudiants d’appliquer l’APC pour mobiliser leurs connaissances pour résoudre une difficulté concrète?

Pourquoi les inspecteurs des écoles secondaires, qui sont principalement responsables de l’amélioration de la qualité de notre éducation, ne dénoncent pas un processus qui ne mène pas à l’objectif souhaité (produire des élèves réellement compétents)

De nombreux pays du Nord ont réussi à surmonter ce défi de leur système éducatif. En Amérique, par exemple, ils ont le concept du service d’apprentissage, qui consiste à appliquer régulièrement (à la fin de chaque semaine) tous les concepts théoriques que les élèves apprennent en classe. Le baccalauréat théorique aux États-Unis n’existe plus aux États-Unis, les étudiants sont évalués sur la base d’un projet qu’ils décident de monter sous la tutelle d’un encadrant.

Le projet personnel introduit après le forum pédagogique devrait créer le même environnement dans nos écoles. Mais dommage!

Aucun inspecteur de l’éducation n’a été offensé de ne pas avoir vu de projet étudiant depuis 2011 lorsque le décret d’application des recommandations du forum a été signé.

Le projet personnel est la branche exécutive de l’approche par compétences (CPA). C’est ce que chaque élève implique en termes de choix d’activités à court terme et d’orientation à long terme. Indispensable dans une pédagogie orientée vers l’étudiant, le projet personnel est une anticipation de l’avenir à moyen terme.

En principe, les projets des élèves devraient être présentés par les enseignants responsables des matières. Selon ses préférences, l’étudiant doit choisir un thème unique dans la discipline de son choix.

De cette façon, le professeur du projet personnel, le professeur de la discipline et toutes les ressources externes assurent ensemble une supervision adéquate de l’étudiant dans le développement de son projet. Cette pédagogie de projet permet de mobiliser différentes connaissances pour produire un chef-d’œuvre.

Nos lieux doivent ressembler à des ateliers de productions différentes, pleins de créativité et d’innovation, pendant les heures réservées aux projets personnels.

La question qui nous vient à l’esprit est de nous demander: comment rendre nos jeunes compétents sans se salir les mains? Et comment ils peuvent évaluer leurs compétences avec des tests qui restent théoriques.

Nos éducateurs doivent réviser notre système, ce qui ne permet pas de former des apprenants productifs et créatifs comme le souhaitent les recommandations de l’UNESCO.

Malgré ces lacunes majeures dans le domaine de l’éducation, notre système éducatif souffre également de la gestion ou, en général, de la gestion.

La décentralisation de l’éducation a multiplié les acteurs responsables du système. L’exigence d’une coopération et d’une confiance saines est devenue la condition préalable à une excellente gestion.

Il s’avère que les relations entre les syndicats des enseignants qui ont signé l’accord du 15 octobre 2016 et les représentants de l’État ne sont plus saines et fiables.

Sans entrer dans les détours de cette confrontation, on peut noter que les syndicats réclament l’application de l’article 39 d’une loi promulguée par l’Assemblée nationale que les représentants de l’Etat ne semblent pas prêts à mettre en œuvre l’ensemble du texte.

Par conséquent, la synergie a opté pour une alternance d’attaques de marche sur tout le territoire. Les représentants de l’État ont répondu par des retenues sur les salaires, des retards de paiement et des gaz lacrymogènes.

À mon humble avis, les deux protagonistes n’ont pas réussi à gérer cette crise.

Du côté des enseignants, leur stratégie de combat a causé beaucoup de souffrances. Tout d’abord au niveau des élèves impliqués qui marchent régulièrement dans la rue avec tous les risques qu’ils courent et parfois irréversibles. Les parents d’élèves sont préoccupés par la stagnation de la situation et pensent qu’ils ne sont pas en mesure de réagir adéquatement à la situation. Cette grève a également causé beaucoup de détresse aux enseignants eux-mêmes en raison de l’incertitude qu’elle a apportée à leur existence. De nombreuses personnes sont expulsées de leur logement pour non-paiement du loyer, résiliation de leur abonnement à l’eau et à l’électricité, difficultés réelles à subvenir aux besoins de leur famille, etc.

La synergie a-t-elle nécessairement radicalisé la lutte pour être efficace? Je crois sincèrement que NON.

Mon premier commentaire est que la synergie a voulu plier l’État à tout prix, pour qu’il applique la loi (article 39) comme si c’était la toute première fois que l’État enfreignait la loi.

Lorsque l’État utilise les finances publiques pour acheter un avion qui est cloué au sol, les lois de la république sont violées!

Lorsque les marchandises commandées (les véhicules blindés) ne répondent pas aux spécifications du contrat, les procédures d’appel d’offres n’ont pas été suivies.

Idem pour les procédures non suivies pour les engrais frelatés;

Les enfants des rues ne devraient pas exister en raison de tous les accords ratifiés par notre pays, etc.

Malheureusement, les lacunes juridiques de notre État sont assez constantes dans son fonctionnement.

Mon deuxième commentaire est de noter que le mouvement d’éducation en synergie au Mali est une force de pression majeure et que ce n’est qu’en conservant les notes que les représentants des États seraient obligés de se mettre d’accord.

Il a épargné aux camarades de retenir les salaires, les enfants étaient à l’abri de la rue, les parents étaient rassurés quant aux soins à donner à leur progéniture, seuls les examens ont été pris en otage.

Mon troisième et dernier commentaire concerne les fermetures d’écoles survenues dans toute la sous-région à la suite de la pandémie de Covid-19. Les représentants de la synergie devraient anticiper de manière proactive un armistice dans leur demande afin que leurs militants puissent bénéficier de l’intégralité du salaire pendant ces moments de panique générale.

Il est important dans l’État de se référer d’abord aux chiffres.

La plupart des pays occidentaux ont des dépenses publiques d’éducation dépassant 5% de leur PIB (produit intérieur brut).

La Finlande, qui possède le meilleur système éducatif des pays de l’OCDE, investit 6,7% de son PIB dans l’éducation. La Chine représente toujours 3,5% de son PIB. Certains observateurs disent donc que la Chine doit encore faire des efforts dans le domaine de l’éducation. Même si la Chine compte entre 3 et 4 universités dans chacune de ses provinces.

Cuba représente 13,02% de son PIB.

Le Burkina Faso investit 6,04% de son PIB dans l’éducation et vise à atteindre 8,77% d’ici 2025.

Le Mali représente 3,8% de son PIB (chiffres 2018 de l’Atlas mondial des données). Notre PIB par habitant (en dollars) est de 900.

Cela signifierait que l’incidence des 50 milliards de francs CFA, correspondant aux coûts résultant de l’article 39, est de 0,58 point.

Notre pays avec ces dépenses supplémentaires aurait donc investi 4,38% de son PIB dans l’éducation. (3,8 + 0,58 = 4,38)

C’est encore bien en deçà de ce que l’on attend de la plupart des pays émergents.

La gestion de l’éducation d’un pays nécessite une expertise à tous ses niveaux majeurs pour faire de la planification une réalité quotidienne.

Parfois, les intentions des représentants eux-mêmes ne sont pas saines au premier abord et des engagements sont pris pour ne pas apporter de vraies solutions aux difficultés des acteurs, mais plutôt pour gagner du temps en termes de délais politiques.

Afin d’éviter de tomber régulièrement dans un tel piège, certains pays, comme la Chine, ont fait le choix d’adopter des lois précises sur l’éducation et d’élargir aux différentes exigences imposées à leur système pour ne pas cibler les décideurs politiques. au gré du temps, synonyme de glissement constant.

Lors d’une conférence intitulée «L’éducation à 21 anse siècle, quel bonheur pour les jeunes du Mali « , détenu par le professeur Diala KONATE, professeur d’enseignement supérieur à l’Université de Virginia Tech (Etats-Unis), le 19 mars 2012 au lycée Oumar BAH de Kalabancoura ACI, dira-t-il Lequel : « Pour assister au salon, les partenaires de l’école doivent signaler la gravité, accepter de se développer selon les règles et payer les frais nécessaires au bon fonctionnement de l’école »

Ces règles sont présentées dans des contrats de performance que chaque partenaire scolaire doit signer et respecter.

Pour apaiser l’espace scolaire, les décideurs politiques doivent opter pour une gestion holistique des problèmes de l’école malienne. Cela consiste en une gestion harmonieuse et juste de la situation de tous les travaux d’enseignement, afin que les solutions aux griefs des uns ne conduisent pas à un tremblement de terre au niveau des autres. (Enseignement supérieur par exemple)

Mieux encore, les salaires doivent être moralisés sur la scène nationale dans un souci de justice et d’équité. Cet arrangement devrait également couvrir les institutions privées.

Tout projet éducatif est avant tout un projet politique. La plupart des pays émergents ont apporté une contribution substantielle à la fonction éducative par le biais de l’amélioration des compétences et des salaires. En Chine, la profession d’enseignant est l’une des cinq professions les plus convoitées. (Idem pour la Corée du Sud, l’Allemagne, etc.) Si la synergie estime que ce gouvernement ne valorise pas suffisamment leur fonction, cela devrait être la raison d’un engagement politique pour bloquer la voie à cette formation politique qui a été chargée de gestion des affaires du pays en ce moment.

Cependant, les élections doivent être propres, afin que la volonté des citoyens soit vraiment sortie des urnes.

En fin de compte, il ne faut pas oublier que notre pays est un objet de convoitise pour son immense richesse et que dans ces moments spéciaux de rester ensemble, il est essentiel que nous prenions les décideurs d’abord, avec plus d’altruisme, de patriotisme, de justice et approuvons la citation de Martin Luther King qui a essentiellement dit: Nous devons apprendre à vivre ensemble en frères, sinon nous mourrons tous ensemble en idiots.

Sadia KEITA Directrice du groupe scolaire Oumar BAH

Master2 en gestion des systèmes éducatifs.

Le pays

Fatoumata
ORTM LIVE