Accueil » News » Comptabilité automatisée: détails sur la mise en œuvre du traitement informatique

Comptabilité automatisée: détails sur la mise en œuvre du traitement informatique

  • par

L’administration a commenté les modifications apportées à la procédure d’audit automatisé des comptes par la loi de financement modifiée pour 2016. Plusieurs points méritent notre attention.

1. Lorsque les comptes sont tenus par des systèmes informatiques, le vérificateur peut exercer son contrôle par traitement informatique des données stockées, dont les conditions sont laissées au contribuable: soit sur les équipements de l’entreprise soit par les agents de l’administration soit par le contribuable lui-même selon les instructions, soit par des copies fournies par l’entreprise sur support informatique (LPF art. L 47 A, II).

Paiements d’impôts

2. En particulier, le contribuable peut décider d’effectuer tout ou partie du traitement informatique nécessaire à la vérification selon les règles et délais fixés par écrit par l’administration (LPF art. L 47 A, II-b). Dans ce cas, l’article 14, II-5O de la loi 2016-1918 du 29 décembre 2016, à condition que l’administration puisse demander au contribuable de la mettre à disposition dans un délai de quinze jours copie des documents, données et traitement sous réserve de vérification pour effectuer le traitement nécessaire à la vérification. L’administration doit alors remettre les résultats, sous forme dématérialisée ou non, au contribuable, au plus tard lors de l’envoi de la proposition de rectification.

3. Une mise à jour du Bofip du 7 juin 2017 contient ces nouvelles dispositions. Concernant nos commentaires sur cette mesure (publiés dans le Quick Sheet FR 1/17; voir aussi La Quotidienne du 31 janvier 2017), les détails suivants sont notés:

– les délai de quinze jours, sur la base de la demande de mise à disposition de copies, est un délai clair. Pour le calcul de celui-ci, ni le jour de livraison de la demande de copies, ni le jour de mise à disposition des copies demandées par le contribuable (BOI nO 215);

– les copies produites sur tout support informatique doivent respecter les normes déterminée par l’article A 47 A-2 du LPF;

– les livraison de copies les fichiers sont créés sur des disques optiques CD ou DVD, non réinscriptibles, fermés afin qu’ils ne puissent plus recevoir de données. En consultation avec l’auditeur, d’autres supports peuvent être utilisés (par exemple une clé USB). Cette fourniture doit être accompagnée d’une description des registres liés à la gestion (noms de zone, libellé, etc.) et techniques (type, structure, position, longueur des zones, code ou caractères utilisés comme séparateur de zone et enregistrements, jeu de caractères utilisé pour afficher des informations) (BOI nO 215);

– sont des copies des fichiers envoyés détruit avant récupération ou en l’absence d’amélioration après l’envoi du message d’absence d’amélioration (BOI nOS 215 et 245).

Traitement effectué par l’administration en dehors de l’entreprise

4. Dans le cas où le contribuable choisit d’effectuer un traitement informatique par l’administration en dehors de l’entreprise (LPF art. L 47 A, II-c), l’article 14, II de la loi ci-dessus dispose de la remise de copies des documents, données et le traitement sous le contrôle d’un délai de quinze jours, concernant les contrôles initiés à partir du 1hein Janvier 2017.

L’administration précise que ce délai, qui court à compter de la date de formalisation du choix par l’assujetti de ce mode de fonctionnement, comme le prévoit l’article L 47 A, II-b, est un délai clair pour le calcul dont ni la date de formalisation de l’option ni celle de mise à disposition des copies ne sont conservées.

Amende pour ne pas avoir présenté de documents

5. Article 14, I-2O de la loi 2016-1918 du 29 décembre 2016, en application de l’article 1729 H du CGI, a infligé une amende spécifique aux assujettis qui ne se présentent pas à l’administration, dans le cadre d’un audit des comptes, documents, données et traitements qui sont nécessaires au traitement informatique ou ne les mettent pas à disposition dans les délais et selon les normes requis, des copies des mêmes documents, données et traitements.

Elle s’applique dans le cadre des contrôles pour lesquels des notifications de vérification sont envoyées depuis 1hein Janvier 2017.

6. L’administration indique que cette amende s’applique dans les cas suivants:

– quand le copies documents, données et traitements ne sont pas escompté à l’administration;

– Quand ils sont remises après la date limite quinze jours respectivement à compter de la demande de copies faite par l’administration ou la forme écrite de son choix par le contribuable;

– quand le les documents, les données et le traitement sont sous contrôle non présent sur l’équipement de l’entreprise mis à la disposition de l’administration;

– quand le copies ne répondent pas aux normes attendues.

7 . L’amende est égale à 5 000 € ou, en cas de rectification et si le montant est supérieur, jusqu’à 10% des droits à la charge du contribuable.

L’administration indique qu’elle ne s’applique qu’aux droits découlant des améliorations proposées en raison de l’impossibilité d’effectuer la procédure de traitement informatique. Elle ne s’applique également qu’aux droits découlant d’améliorations liées aux copies de documents, de données et de traitement qui ont été fournis par le contribuable après l’expiration du délai légal de 15 jours ou qui n’ont pas été fournis du tout. Cela ne s’applique queune fois au cours du même exercicemême avec plusieurs traitements lors du check-up.

Maryline BUGNOT