Accueil » News » Allemagne. Les nationalistes de l’AfD en ébullition

Allemagne. Les nationalistes de l’AfD en ébullition

  • par

Il y a un changement dans l’alternative à l’Allemagne (AfD). Le parti d’extrême droite, qui a connu du succès depuis son écrasante adhésion au Bundestag en 2017 (premier parti d’opposition avec 92 délégués), semble avoir précédemment perdu face à la crise de Covid-19, au profit du parti du Chancelier. La dure tendance nationaliste, baptisée Der Flügel, a été mise en observation par l’organisme de protection de la constitution (Verfassungschutz, l’équivalent de l’information générale tricolore). Il s’est résolu et la direction a pris la décision d’exclure l’un des animateurs les plus éminents, Andreas Kalbitz. Mais ce mouvement a des partisans très importants dans le parti.

Le spectre d’une scission hante l’AfD depuis des semaines. Les déclarations solennelles faites par Jörg Meuthen, son chef, le week-end dernier lors d’une convention fédérale, en utilisant un langage bois de grande taille sur « l’unité étanche » de la formation, ont confirmé à leur manière que la netteté de cette impasse intérieure.

Groupe ouvertement néonazi

Kalbitz est accusé d’appartenir au Heimattreue Deutsche Jugend (HDJ, la « jeunesse allemande fidèle à la patrie »), un groupe ouvertement néonazi, et de le cacher à l’AfD lorsqu’il a rejoint la conférence de fondation du parti. en 2013. Jörg Meuthen et une petite majorité à la présidence du parti, qui souhaitent reconsidérer l’image d’une AfD qui ne cache pas ses grandes ambitions gouvernementales, devraient se séparer de Kalbitz, soutenu par des statuts internes interdisant l’accès au parti les personnes qui ont été membres de groupes néonazis.

Seul Kalbitz, qui conteste la vérité des faits tout en reconnaissant sa participation aux initiatives du HDJ – il était également membre de son époque républicaine, la première tentative des dissidents de la CSU bavaroise de prendre un extrême extrême dans les années 1980 viser directement de l’autre côté du Rhin – a acquis une influence considérable dans l’AfD. Il est son leader dans l’État de Saxe-Anhalt, où le groupe a percé en 2016 avec 24,3% des voix, le deuxième meilleur score aux élections régionales. L’homme a été jeté dans le sillage de la direction fédérale du parti jusqu’à son départ, donc en mai dernier.

Kalbitz a contesté son exclusion devant un tribunal civil qui l’a prouvé, ce qu’on appelle la «loi des partis». Cela annule temporairement son départ et retourne qu’il reste ou non à l’AfD avec un organe d’arbitrage interne. Jörg Meuthen, le chef de l’AfD, se dit confiant dans l’issue de la procédure. Mais lui-même est de plus en plus mis au défi par un garde nationaliste soudé de Kalbitz, dont les réseaux s’étendent au chef du groupe AfD au Bundestag.

Négociations en coulisses

Meuthen a été accusé de promouvoir des ambitions personnelles sous prétexte de sauvegarder l’image de l’AfD et, surtout, de chercher la place en tête de liste et donc d’être candidat à la Chancellerie de l’AfD pour le vote du Bundestag qui sera donné ensuite formulaire année. Il est vrai que Meuthen, ténor du parti du Bade-Wurtemberg, n’a jamais été franchement caractérisé par son approche « modérée » du nationalisme, qui prétendait l’attribuer timidement à une partie de la presse allemande. Ne s’est-il pas opposé à la prolongation d’une subvention de son pays pour l’entretien de l’espace commémoratif du camp d’extermination nazi Struthof, situé en Alsace voisine, il y a quatre ans?

L’approche plus ou moins ultra l’un de l’autre ne peut être déduite d’une stratégie très différenciée de l’arrivée au pouvoir. Par exemple, les membres de Der Flügel (l’aile) étaient au milieu d’un coup d’État visant à renverser l’automne dernier, Bodo Ramelow, Premier ministre (Die Linke) de Thuringe. Le numéro un de l’ancien Flügel, Björn Höcke, leader de l’AfD dans ce pays, si possible proche d’Andreas Kalbitz, était à la tête de la négociation d’alliances en coulisses avec les chrétiens-démocrates locaux (CDU) et les libéraux (FDP) pour créer une majorité d’extrême droite tolérée par l’extrême droite. Ce coup d’État, une première pour l’AfD sur la voie concrète du pouvoir, a fait les gros titres pendant des semaines, obligeant Angela Merkel à intervenir pour y mettre fin et à commander ses propres troupes.

L’affaire illustre le haut niveau de contamination des idées nationalistes parmi les partis de droite allemands les plus établis. L’Union Werte, tendance ouvertement réactionnaire et nationaliste au sein de la CDU, a joué un rôle clé dans le rapprochement en Thuringe. Cette tendance interne est animée par un certain Hans Georg Maassen, qui a présidé au sort des … informations générales (Verfassungschutz). Jusqu’à l’été 2018, alors qu’il a dû autant démissionner, sa «  tolérance  » semblait insupportable, même sa collusion avec l’AfD et les groupes néonazis qui avaient organisé une manifestation de senteurs pro-migrants à Chemnitz.

Utilisez la récession

Andreas Kalbitz joue sur le velours. Parce qu’elle bénéficie d’un soutien au sein des deux principaux mouvements historiques de l’AfD, dont l’alliance parfois contradictoire a alimenté la radicalisation nationaliste. Les deux personnalités partisanes qui incarnent cette synthèse national-libérale, Alexander Gauland et Alice Weidel, tête de liste de l’AfD lors de l’élection du Bundestag en 2017, se sont prononcées contre son exclusion. Ancien chauffeur de camion de la CDU, Gauland incarne la réhabilitation du nationalisme allemand pour lequel le nazisme ne serait qu’une parenthèse malheureuse qui aurait été perdue dans une « histoire glorieuse ». Weidel, une jeune femme de 41 ans, ancienne professionnelle de la haute finance, embauchée de longue date par la gigantesque banque américaine Goldman Sachs, membre de la Fondation très libérale Friedrich von Hayek, est imprégnée d’extrémisme monétariste, la laissant considérer les dépenses publiques et sociales comme des handicaps pour la compétitivité des entreprises autochtones et déplorer « Les boules » à quoi ressembleraient les pauvres et les migrants.

Il est impossible de savoir si ces controverses sur fond d’ambitions internes rivales déboucheront à terme sur un véritable chagrin. Dans les sondages, l’AfD, aujourd’hui réduite à environ 10% des suffrages, accuse le coup en faveur de la CDU, qui semble avoir regagné le terrain perdu au bord le plus à droite de son électorat. Mais l’AfD a connu des chocs internes au début de sa vie qui ont conduit à l’expulsion de deux de ses dirigeants d’origine, sans que le parti ne ralentisse vraiment à chaque fois dans sa marche. De plus, si l’épidémie de Covid-19 était plutôt défavorable, elle pourrait utiliser la récession économique en cours pour rétablir rapidement sa santé en faisant des étrangers le bouc émissaire des souffrances sociales à venir. Reiner Wolf, spécialiste extrémiste de droite chez Die Linke, plaide « Attention et vigilance ». Ils sont d’autant plus adaptés que l’Allemagne, et l’Europe est loin de vaincre l’épidémie nationale-libérale.