Vol lors d’une rencontre chez Leclerc à Lisieux: prison pour trois Cubains

À 41, 46 et 62 ans, trois Cubains ont été jugés le lundi 22 juin 2020. Ils ont été surpris en train de voler du matériel à Leclerc de Lisieux (Calvados).

Les trois hommes jugés pour un vol au magasin Leclerc à Lisieux (Calvados) étaient toujours détenus. (© illustration Liberté Le Bonhomme libre)

A partir de 41, 46 et 62 ans, trois sujets Cubains résidant en région parisienne ont été présentés le lundi 22 juin 2020 à apparence immédiate. Ils ont été pris en flagrant délit vol de matériel informatique dans la boutique Leclerc de Lisieux (Calvados).

Le 16 juin 2020, en début d’après-midi, le service de sécurité des hypermarchés a été attiré par le manège de trois hommes et une femme réunis au service informatique. Alors que certains semblent à l’affût, les autres prennent du matériel pour le mettre dans un panier.

Ils se démarquent par une autre boîte

Ensuite, la femme sort quatre articles et les met dans un sac. Le sac étant plein, les hommes ont mis le reste du matériel sur l’étagère.

Lisez aussi: Justice. Six mois de prison pour avoir pillé une maison à Pont l’évêque

La femme donne ensuite le sac à la femme dans la soixantaine qui quitte le magasin à la sortie sans achat. Les trois autres personnes viennent chacune d’une boîte différente.

Butin estimé à 490 euros

La police est arrivée sur les lieux et a arrêté les trois hommes, dont celui qui portait le sac avec l’équipement. La femme a réussi à fuir.

Lire aussi: Trafic de drogue à Mézidon: quatre hommes placés sous contrôle judiciaire

Le sac doublé, recouvert d’une feuille d’aluminium pour que les serrures ne sonnent pas, contient quatre haut-parleurs pour 490 €.

“Trouver du travail et visiter la ville”

L’utilisation de cassettes vidéo a montré que les quatre personnes sont arrivées dans un véhicule Citroën à 13 h 57. Cela a également permis à la femme de partir quelques minutes plus tard alors qu’elle était au volant de la voiture.

Les trois prévenus sont unanimes: s’ils admettent qu’elle a participé au vol, la femme en serait l’instigatrice. Dans les années 40, ils viennent à Lisieux pour «chercher du travail et visiter la ville».

Lire aussi: À Dozulé, deux femmes étaient leurs analgésiques: 2 à 5 ans d’emprisonnement

Le procureur s’est dit surpris que les répondants aient pris 2h15 de route pour visiter le centre commercial, mais pas les monuments.

L’une des trois récidives

La situation juridique des années 40 ne comporte pas de condamnation “officielle”. Le président Lionel da Costa a précisé que la justice française n’a pas accès aux dossiers judiciaires cubains.

En revanche, les empreintes digitales de l’homme de 41 ans ont été retrouvées dans trois lieux de vol sur le territoire national. De plus, il a été condamné à un mois de prison par le tribunal de Paris il y a neuf jours. Étant donné que le délai d’appel – 10 jours – n’est pas expiré, l’homme n’est pas en récidive légale.

Lire aussi: Honfleur: une femme qui a essayé de ne pas inscrire sa fille au lycée

Les empreintes digitales des secondes quarante apparaissent en quatre procédures. Le joueur de 60 ans est le seul à avoir commis une récidive légale parce qu’il a été condamné le 10 décembre 2019.

La même phrase pour les trois

Compte tenu de la similitude des infractions dont ils ont été reconnus coupables et de l’absence de représentation garantie des trois prévenus, ils sont condamnés à la même peine: 45 jours d’emprisonnement avec maintien en détention.