Offrir une plateforme cloud hybride Patrick Rohrbasser, Veeam

Cette semaine, InformatiqueNews est ravi d’accueillir Patrick Rohrbasser, vice-président régional Veeam, EMEA du Sud et Afrique, pour notre réunion en tant qu’invité de la semaine d’une taille particulière.

Quelle est l’actualité ou la tendance qui a attiré votre attention dans les circonstances encore assez difficiles dans lesquelles nous vivons?

Ce qui attire principalement mon attention, c’est l’incertitude économique qui règne. Que va-t-il se passer maintenant? Comment les dettes nées pendant cette période de crise sont-elles traitées? Quel est l’impact sur l’économie? Comment ramener les gens au travail? Nous ressentons une certaine réticence à revenir aux conditions de travail traditionnelles. En plus de toutes les technologies qui rendent le télétravail possible, nous ne ressentons pas encore une impulsion naturelle telle que “la porte est ouverte, j’entre dans le magasin”.

Vous devez garder à l’esprit que des pans entiers de l’économie ne fonctionneront pas tout de suite, comme les avions qui ne seront pas remplis à 100% pendant plusieurs mois, le tourisme, la restauration ou encore des événements qui dépendent de nombreux emplois indirects. Compte tenu de l’incertitude, acheter, en particulier avec des achats importants, est moins facile et a des conséquences pour l’économie. Les entreprises géreront leur trésorerie de manière très pragmatique, en priorisant leurs projets en attendant une meilleure visibilité et surtout en se préparant à une éventuelle deuxième vague ou à d’autres problèmes potentiels qui pourraient survenir.

Qu’avez-vous appris et changé votre façon de travailler maintenant que la période de déconfusion est passée et que nous nous préparons à un retour à une situation presque normale?

Chez Veeam, nous étions déjà bien préparés à travailler dans le télétravail car la plupart des employés le pratiquaient sans aucune restriction, donc en termes absolus, face à cette situation, pas de réel changement. Cependant, ces changements se sont reflétés dans la façon dont nous traitons nos clients et partenaires en passant au 100% numérique, comme notre édition 2020 de VeeamON. Nous avons dû adapter notre façon de travailler, notamment en communiquant plus intensivement via le canal digital sur les réseaux sociaux, et avons réussi à créer le bon niveau d’interaction avec nos clients et partenaires au bon rythme. C’est quelque chose que nous avons appris pendant cette période et que nous allons perpétuer, mais qui a ses limites, car un forum VeeamON en version numérique, malgré tout, n’a pas le même impact qu’un événement en présence physique. La gentillesse n’est pas là, et nous savons tous qu’une partie de l’entreprise se fait aussi par des relations humaines qui créent encore plus de confiance et donc d’engagement.

Nous avons également appris à accélérer notre travail, à ne pas tenir de conférences téléphoniques pendant des heures et à nous assurer de garder des pauses que nous prenons naturellement lorsque nous sommes au bureau. Nous avons essayé d’apporter du plaisir, de l’énergie et de la connexion en multipliant les interactions entre les équipes, par exemple des pauses café quotidiennes ou des réunions générales plus fréquentes mais plus courtes. Il s’agissait de maintenir un lien social, social que nous avons tous sans faire d’efforts personnels et développer des échanges et des partages d’expériences. Exige numériquement de forcer la ligne à conserver ce lien. L’essentiel est que nous savons également travailler à distance. Nous pourrons désormais équilibrer notre vie professionnelle entre le face à face et la distance. Les employés savent mieux évaluer où ils sont les plus efficaces et peuvent mieux utiliser les outils qu’ils utilisent pour ce faire. Au lieu de perdre deux heures de votre journée au bureau, il est important d’être flexible, de commencer à travailler plus tard et de terminer plus tôt, mais de vous reconnecter plus souvent à la maison.

En février dernier, vous avez annoncé la version 10 de votre plateforme Veeam Availability Suite, une version très attendue. Cette solution de sauvegarde de nouvelle génération offre un modèle d’abonnement, une prise en charge NAS, une meilleure gestion de contenu et est ouverte aux grands comptes. Sans entrer dans les détails techniques, pouvez-vous expliquer ce que cette nouvelle version apporte à vos clients? Comment? ‘Ou quoi

La Veeam Availability Suite (VAS) v10 fait partie de Veeam Act II, avec la réalisation du concept de plateforme et son enrichissement dans le temps avec de nouvelles possibilités. Cette plate-forme cloud hybride apporte de nombreuses nouvelles fonctionnalités: prise en charge NAS, renforcement de la capacité à faire face aux cybermenaces, intensification de l’automatisation et de l’efficacité opérationnelle et économique, et extension du type de charge de travail couverte, comme la prise en charge des environnements cloud (y compris Azure , Amazon), mais aussi le stockage d’objets. La plateforme offre une mobilité complète des charges de travail gérées et sécurisées d’un cloud à un autre, qu’elles soient privées, publiques ou gérées, sans avoir besoin de mettre en œuvre différents produits ou processus complexes. Il fonctionne sur un modèle de licence universel qui ne désavantage pas économiquement nos clients et leur laisse une grande liberté dans la gestion de leurs données. Dans cette version, nous avons conservé la simplicité, la fiabilité et la flexibilité qui font partie de nos valeurs fondamentales tout en offrant une vue globale des données gérées, afin que nos clients gardent le contrôle de leurs sauvegardes et de leurs données. En résumé, le VAS v10 offre une meilleure capacité de sauvegarde et de récupération, facilite la transition d’un environnement physique à un environnement virtuel, anticipe les besoins et surveille les opérations, apporte plus d’automatisation pour améliorer l’efficacité opérationnelle et l’organisation des tests de récupération et de continuité des activités, protège mieux les ransomwares et garantit plus de sécurité et de conformité. Cette version répond à tous les besoins des grands comptes dans ce domaine.

N’oubliez pas que Veeam vient de la prononciation de l’acronyme anglais “VM” pour Virtual Machine. Les infrastructures informatiques prennent de plus en plus de conteneurs pour remplacer ou compléter les machines virtuelles. Qu’est-ce que cela signifie pour votre offre? Comment tenez-vous compte de cette évolution technologique?

Grâce à des partenariats très solides, nous avons pu répondre à ces évolutions technologiques. Il ne s’agit pas de remplacer ce que nous faisions, il s’agit de reconstituer et d’ajouter de la capacité. Par exemple, nous avons rapidement commencé à prendre en charge les environnements Unix Aix ou Solaris. Nous pouvons désormais prendre en charge de nouveaux environnements tels que Kubernetes, grâce à des partenariats technologiques spécialisés dans ces environnements. Veeam’s Act I a créé et dominé le marché de la sauvegarde VMware où nous sommes leader depuis dix ans. Nous tenons constamment compte de ces évolutions technologiques grâce à notre excellente connaissance du marché et à notre ouverture avec nos API intégrées à la plateforme. Parce que nous sommes de purs «logiciels» et ouverts, nous avons la chance de pouvoir nous offrir de nombreux partenariats qui fonctionnent extrêmement bien.

Le monde évolue-t-il également vers le cloud hybride et le multicloud? Qu’est-ce que cela signifie pour Veeam?

En examinant le rapport sur les tendances de la protection des données Veeam 2020 que nous venons de publier, nous constatons que 49% des clients interrogés utilisent déjà des solutions en tant que service pour gérer les sauvegardes avec les fournisseurs de services, et ce pourcentage atteindrait 77% au cours des deux prochaines années. Le marché évoluera très rapidement, mais Veeam est déjà prêt à se lancer dans cette évolution technologique avec sa plateforme, grâce à son réseau de partenaires – plus de 30 000 partenaires actifs dans le monde travaillent avec nous, du plus grand au plus petit – capables fournir des services basés sur les technologies Veeam Sauvegarde en tant que service, DRaaS et autres services de données. Le passage à la loi II se traduira par des efforts continus pour perturber ce marché en évolution rapide. Seul Veeam bénéficie du réseau, du modèle économique, des technologies, du savoir-faire et de l’expérience pour offrir à ses clients un service complet et les accompagner dans leur transformation.

Vous avez tenu votre conférence VeeamON 2020 la semaine dernière – en mode virtuel bien sûr – quelles ont été les principales annonces?

VeeamON 2020 a souligné l’importance cruciale des données pour le succès de l’entreprise alors que nos clients expérimentent une transformation numérique accélérée. Pour rendre les entreprises agiles, il est essentiel d’automatiser les processus manuels lourds et de mieux exploiter le potentiel des données précédemment inactives. La nouvelle version de Veeam Availability Orchestrator v3 apporte une orchestration et des tests intelligents pour assurer la continuité des activités et la reprise après sinistre et la migration, en utilisant notre technologie de récupération avancée pour éliminer les processus manuels, longs et répétitifs pour planifier toutes ces opérations. Nous avons également annoncé un nouveau package DR qui offre des capacités d’orchestration et d’automatisation à un prix jamais vu auparavant sur ce marché. Dans le monde d’aujourd’hui, où toutes les données sont essentielles, le package DR permet aux entreprises d’étendre leur plan de reprise après sinistre avec simplicité et fiabilité, au-delà de la charge de travail traditionnellement considérée comme la plus essentielle, y compris toutes les charges de travail aujourd’hui. Enfin, nous avons parlé de renforcer notre partenariat avec Amazon Web Services, avec la disponibilité générale de la nouvelle solution Veeam Backup pour AWS v2 qui garantit la mobilité du cloud et la portabilité des données pour la sauvegarde, la restauration et la migration. dans n’importe quel environnement cloud.

A en juger par les informations que vous fournissez sur les résultats financiers du premier trimestre 2020 (voir votre communiqué de presse du 14 mai), vous ne semblez pas avoir souffert de la crise? Quel est l’impact sur votre entreprise et plus généralement sur l’industrie en général tout au long de l’année?

Veeam reste bien positionné pour répondre à certains problèmes actuels alors que les clients continuent de faire face à des défis continus, tels que les cybermenaces, auxquelles Veeam fournit des réponses, selon le rapport Veeam 2020 sur la protection des données. Les entreprises ont également besoin d’outils simples qui offrent une réelle capacité globale, en particulier pour répondre à la pénurie de compétences de la mise en œuvre de la technologie: Veeam répond également ici, grâce à son fonctionnement et son utilisation simples. Un autre axe important est celui de la satisfaction client: l’agilité est la clé pour y répondre. C’est ce que Veeam a fait dans son parcours en continuant à accompagner la transformation numérique de ses clients, notamment en s’appuyant sur les données pour être de mieux en mieux gérées. Les données restent un défi pour tous, compte tenu des volumes, des formes différentes et variées qu’elles prennent, mais aussi de la capacité à générer de la croissance. Veeam apporte des réponses à chacun des projets de ses clients, que ce soit la conformité, un changement d’environnement, le développement de nouvelles applications ou encore la gestion des données, même si elles ne sont pas centralisées.

En mars, Insight Partners a finalisé l’acquisition de Veeam, une opération qui valorisait l’entreprise à environ 5 milliards de dollars. S’agit-il d’un investissement “industriel” à long terme ou d’un investissement financier à court terme? Que se passe-t-il pour Veeam? Pourquoi avez-vous déplacé le siège des États-Unis en Suisse?

Il s’agit d’un investissement “industriel” à long terme car Insight Partners nous accompagne depuis le début. Ce partenariat de longue date donne à Veeam les moyens de développer de nouveaux marchés clés, en particulier le marché américain. Notre objectif reste bien entendu de continuer à investir significativement en Europe, où Veeam est très présent et exerce plus de la moitié de ses activités.

L’édition 2020 du rapport Veeam sur la protection des données que vous venez de publier met en évidence la pénurie de compétences entravant la transformation numérique et la modernisation de l’informatique, même si les conditions semblent accélérer ces évolutions. Comment les entreprises peuvent-elles surmonter cette difficulté?

La meilleure façon de surmonter cette difficulté est de trouver un espace entre les dépenses dans «l’existant» et ce qui doit être investi pour développer l’avenir. Nous devons nous donner les moyens d’étudier les solutions proposées et prendre les risques pour effectuer le «rafraîchissement» technique nécessaire afin de ne pas être conservateur dans la prise de décision – le choix du «risque zéro» n’est jamais à long terme payé – et donnez-vous la liberté d’agir pour relever les défis de l’avenir. Il faut aussi du temps, ce qui fait souvent défaut dans les entreprises pour vraiment évaluer les différences entre les différentes solutions. C’est l’empilement des technologies dans le temps qui fait augmenter la demande. Il faut cesser de vouloir tout faire soi-même et intégrer de plus en plus d’environnements cloud capables de fournir les services nécessaires, tout en optant pour des modèles liés à la consommation. Il est désormais possible de faire beaucoup avec le cloud car les compétences et les solutions sont là. La marge de manœuvre nécessaire est disponible ci-dessus.