que retenir du débat du second tour diffusé sur France 3 Rhône-Alpes

A Firminy, le maire sortant Marc Petit bénéficie d’exemptions défavorables. Élu maire de Firminy pour la première fois en 2008, il exécute un troisième mandat à la tête de la ville. Avec près de 17 200 habitants, Firminy est un bastion communiste depuis des années. C’est également la 4ème ville du département de la Loire. Marc Petit peut-il inverser la tendance et garder son siège?

Firminy Challenges: la division de gauche peut bénéficier à la droite

Marc Petit doit participer au deuxième tour le candidat LR Julien Luya, qui s’est imposé le 15 mars avec un peu plus de 35% des suffrages. Ce dernier est membre du conseil municipal de l’opposition depuis 2008. Il était soutenu par le candidat LREM Christian Bourbon. Christian Bourdon a été crédité de plus de 15% au premier tour et a jeté l’éponge et appelé à voter pour le candidat de droite. Julien Luya est donc un favori dans ce second tour et beaucoup de feux sont verts pour le candidat inséré dans Les Républicains, mais en tête d’une liste de rallye par la droite. Il dit aussi “serein” à l’approche du 28 juin. Il y a douze ans, en 2008, Marc Petit gagnait la ville en battant Dino Cinieri, dont Julien Luya n’est autre que l’attaché parlementaire. Le même Dino Cinieri qui a perdu la ville en 2008.

Marc Petit est dans une situation difficile aujourd’hui et sa réélection à la tête de la ville pourrait être compromise. Malgré une condamnation et son exclusion du Parti communiste, le maire sortant avait décidé de fuir à nouveau, divisant sa famille politique.

Pour le second tour, Anne-Sophie Putot, responsable de la liste des citoyens de L’Elan, a décidé de continuer à postuler auprès du maire sortant. Il a été crédité de 15,58% des suffrages au premier tour. Le responsable de la liste, un officier territorial de 34 ans, est également secrétaire du service des appels du Parti communiste. Sa candidature est soutenue par le PC mais aussi par les autres forces de gauche.

Le maintenir complique donc la tâche du maire sortant. Marc Petit a décliné sa principale exigence syndicale: son retrait du haut de la liste. Elle reste donc candidate, même si elle tourne la ville vers la droite … et a récemment déclaré: “Ce sera Marc Petit qui aurait perdu la gauche. S’il s’était retiré depuis le début, il y aurait une grande ligue de gauche à Firminy et une seule liste contre M. Luya.”

Une campagne polluée par les problèmes judiciaires du maire sortant

Marc Petit a été condamné en février 2019 à une peine de prison avec sursis pour voies de fait sur un employé du conseil départemental du Puy-de-Dôme, pour lequel il a été condamné à une peine plus élevée en appel à Lyon en novembre 2019 (6 mois avec sursis contre 1 mois en premier) prédisposition). La condamnation de Marc Petit n’est cependant pas définitive: ce dernier a fait appel à des questions juridiques. L’affaire date de juillet 2016, lors d’un voyage à Istanbul lors du classement d’une partie de l’œuvre de l’architecte Le Corbusier au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Élections dans le contexte de la crise des coronavirus: participation au second tour, la grande inconnue

La campagne électorale a été suspendue pendant trois mois en raison d’un coronavirus et d’une crise sanitaire. Comme partout, le confinement a laissé sa marque. A Firminy, les masques mis à disposition par la région Auvergne Rhône-Alpes n’ont pas été distribués assez rapidement par la mairie, a indiqué l’opposition, “calcul politique”. Le maire sortant, pour sa part, a dénoncé une polémique inutile …

La grande inconnue demeure dans ce second tour des élections municipales: quel sera le taux de participation le 28 juin? Est-ce que beaucoup d’Appelous vont aux urnes? Le 15 mars, Firminy n’a pas échappé à la tendance avec des abstentions: à peine un tiers des inscrits ont voté. La cause selon le maire sortant de sa deuxième place.

Elections municipales 2020, deuxième tour à Firminy (Loire): trois candidats, le maire sortant Marc Petit, Anne-Sophie Putot et Julien Luya.

Elections municipales 2020, deuxième tour à Firminy (Loire): trois candidats, le maire sortant Marc Petit, Anne-Sophie Putot et Julien Luya.

© France TV

Les trois candidats sur le site de France 3 Rhône-Alpes. Un débat animé par Claire Exbrayat.

Les invités du débat

Marc PETIT – Liste “Ensemble pour Firminy”
Anne-Sophie PUTOT – Liste “Firminy: Elan Citizen”
Julien LUYA – Liste “Union pour Firminy 2020”

Les thèmes abordés lors du débat

Candidats à la veille du 2ème tour: état d’esprit

Marc Petit sera-t-il réélu, quelle que soit l’issue de ses litiges? “Oui, j’ai déjà répondu” déclare le maire sortant sans autre commentaire.

Demandez à Anne-Sophie Putot: pourquoi n’a-t-elle pas pris sa retraite au profit de Marc Petit lorsqu’elle est arrivée troisième après le premier tour des élections municipales? Le candidat de la liste de gauche souligne: Aujourd’hui, notre large liste de gauche est la seule liste de gauche à Firminy compte tenu des poursuites judiciaires de M.. Peu. De quoi parle-t-on dans ces cas? Nous ne parlons pas de détournement d’argent ou d’une mauvaise utilisation des biens de l’entreprise, nous parlons d’attaquer l’intégrité d’une personne. Vous ne pouvez pas vous déclarer abandonné si vous êtes accusé deux fois de tels actes. “

Un département à gauche couvre la droite qui pourrait restaurer la ville. Julien Luya, qui prévoit de diriger une grande liste de compilation, “bien au-delà du côté droit”, est immédiatement au-dessus de la lutte politique: “mon but est d’enchanter Firminy à nouveau, non de lui donner une certaine couleur politique; Mon équipe comprend des personnes de toutes sensibilités “… avec “des valeurs qui vont bien au-delà des fractures politiques traditionnelles”.

►Priorité pour l’économie

Après deux mois d’incarcération, selon la CCI de la Loire, près de 50% des entreprises ligériennes se retrouvent avec de l’argent dans une situation très vulnérable. Quelles actions les candidats entreprendront-ils pour soutenir l’économie locale?

Premiers secours après la crise

Marc Petit prévoit de supprimer les droits d’espace et de terrasse jusqu’à la fin de l’été, mais avant d’évoquer les mesures, le maire sortant souligne immédiatement ses résultats économiques:

Nous avons la chance d’avoir à Firminy un tissu économique à la fois commercial et artisanal, et extrêmement important au niveau de l’entreprise, avec une forte influence. C’est une de nos forces; nous avons réussi à le conserver et même à le développer, car de 2014 à 2020, le nombre de boutiques et d’artisans a augmenté contrairement aux autres villes.

Marc Petit, maire sortant

Le maire sortant ajoute que la zone économique de Pinay vient de s’achever “avec 125 emplois”. “Nous allons continuer à nous battre pour préserver et développer ce tissu.” Marc Petit confirme la première mesure prise en faveur du monde économique: une exonération des terrasses pour les cafés, restaurants, magasins; exonération également pour les foires alimentaires et non alimentaires … Autre mesure de soutien puissante décidée à la demande de l’association “Les vitrines de Firminy”: le financement total de l’achat d’équipements de protection, masques et gants, plexiglas. Le maire sortant écoute et travaille avec les acteurs économiques.

Interrogée sur les mesures économiques urgentes à prendre pour les entreprises locales, Anne-Sophie a vaguement suggéré “agir essentiellement dans le domaine de la taxe foncière ” mais se glisse immédiatement dans le champ social en faisant appel à l’aide qui place les familles dans une profonde incertitude financière après leur incarcération: “Il a été proposé de libérer les cantines scolaires et les centres de loisirs.” Revenant au soutien aux entreprises, Anne-Sophie Putot déclare: “Nous avions fait des propositions le 7 mai, elles avaient été envoyées à la majorité, nous n’avions aucune rétroaction … nous avions des pop-up stores dans notre programme.” Et enfin: “S’il y avait eu plus de boutiques éphémères à Firminy aujourd’hui, les loyers auraient pu être suspendus tout le temps à cause de la crise et même au début de la reprise. Malheureusement, il n’y en a qu’un à Firminy aujourd’hui.”

Julien Luya, c’est le pragmatisme qu’il met en avant“Un programme toujours en développement” pour faire face à la crise. “Premièrement, il y a l’urgence, il faut agir immédiatement pour ceux qui sont en difficulté. Nous rencontrerons les agents économiques de la commune et les acteurs du tissu commercial pour leur demander ce dont ils ont besoin. Aide d’urgence, aides à l’investissement direct … ” Pour le candidat, il est important de contacter les commerçants “qui sont l’attrait de notre ville”. “Nous allons également lancer un plan de terrasse pour les cafés et restaurants, pour investir plus largement l’espace public dans les droits d’espace sans frais supplémentaires …”

Enfin, le candidat de droite souligne: “Nous pouvons également intervenir directement dans l’urbanisme pour rendre notre ville plus belle et ainsi récupérer les clients perdus.” Le candidat appelle à des actions pour ramener à court terme les habitants de la Haute-Loire ou de la région Stéphanoise, “des clients qui ne viennent plus à Firminy”. “Si nous rendons notre cadre de vie plus agréable, nous aurons d’importants avantages économiques”

Impôt sur les sociétés: règlement à gauche

Marc Petit répond d’abord à la taxe foncière et répond à Anne-Sophie Putot: “Notre assistant financier a précisé lors du dernier conseil municipal que ce n’était pas grave!” À l’adresse du candidat à gauche: “savez-vous combien d’impôt foncier est payé par les commerçants, les artisans, les très petites entreprises? “

Réponse verte du candidat rouge:

‘Non! Monsieur Petit, je ne suis pas votre élève, je sais que vous êtes professeur d’économie, vous nous donnez constamment des notes! Non! Je n’ai pas été choisi, je ne connais pas le numéro que vous me demandez! Mais rien n’est jamais possible avec vous! C’est comme la voie verte, ce n’était pas possible! “

Anne-Sophie Putot

La tension entre les deux candidats est palpable. Le maire sortant ne se démonte pas et il y a un échange animé …

«1,2 million d’euros, vous rendez-vous compte? Ce n’est pas mal’, Répond Marc Petit. “Nous ne vous demandons pas de supprimer la taxe foncière, mais d’agir en conséquence, de la réduire,“Anne-Sophie Putot répond fortement. Et Marc Petit dessine le principe de la réalité: ‘Comment vas-tu? Augmentez-vous les taxes? Coupez-vous les services publics? ” “Non, je vous demande de les baisser, la taxe foncière est une taxe!” Anne-Sophie Putot répond.

Dialogue des sourds, la séparation à gauche est terminée.

L’attraction de Firminy et du Parc des Etoiles: Marc Petit en défense

Et sans prêter plus d’attention à son adversaire de gauche, Marc Petit continue sans respirer et sans transition avec une réponse à Julien Luya sur la baisse de la circulation dans la ville par les visiteurs de toute la région: “Il y a encore des résidents qui viennent de Haute-Loire, de Saint-Etienne … Nous maintenons une attraction très forte!” explique le maire sortant en défense. Une attraction qu’il explique principalement par le parking gratuit et la zone bleue.

“Nous avons près de 500 boutiques et artisans dans notre ville, c’est immense … Nous sommes toujours un centre attractif bien au-delà de l’Ondaine. Nous devons unir et renforcer ces forces.” Et d’appeler une nouvelle zone économique au niveau du parc star, avec un investissement de 7 millions d’euros, 4 bâtiments qui vont bientôt être construits et à terme 50 emplois. Projet retardé en raison du confinement.

Nous avons des projets, nous écoutons les commerçants et les professionnels et nous voulons contribuer à valoriser cette attraction, en dehors d’Ondaine, à Saint-Etienne et dans une grande partie de la Haute-Loire

Marc Petit

Firminy est attrayant, en partie encore. Vous ne devez pas ridiculiser mes paroles, M. Petit, ” Julien Luya a répondu. “Je n’ai pas dit que Firminy était sur une pente insurmontable. Il est clair que nous renverserons cette situation après ces douze années difficiles. “ Attaque directe. Et le candidat de droite saute au Parc de l’Etoile: “Le genre d’erreur qui a été commise ces dernières années. Saint-Etienne Métropole mène déjà le projet. Monsieur Petit tient tout pour acquis, mais nous y sommes habitués.

Occasion manquée pour le bon candidat: “Ce qui était prévu au départ, c’était de l’artisanat, et nous aurions pu être liés à Le Corbusier, par exemple. Nous avions des idées sur les arts et l’artisanat, des choses qui auraient pu générer” des emplois sans entrer en concurrence directe avec notre commerce du centre-ville “.

“Le monsieur n’est pas très juste dans sa présentation. Aujourd’hui nous terminerons avec une brasserie, une pizzeria … qui n’étaient pas prévues à l’origine et qui seront en concurrence directe avec les commerces du centre ville et de notre centre ville un peu plus appauvri … ce n’est pas en faisant exploser la périphérie que l’on rend sa ville plus attractive, il faut un développement harmonieux.

“C’est faux !” Insiste Marc Petit.

La sécurité en question chez Firminy

Commissariat de police de Firminy

Commissariat de police de Firminy

© France TV

Les rodéos, les vols, le trafic de drogue et l’incapacité à commettre des crimes ne se sont pas arrêtés pendant l’incarcération. Si la criminalité a chuté en 2019, ces faits continueront de ternir l’image de marque de la ville … comment pouvons-nous la surmonter? Les trois candidats ont leurs recettes.

prévention, sanction et répression: le triptyque de la sécurité à Firminy?

Pour Anne-Sophie Putot, il faut se concentrer sur la prévention et ajouter “nous sommes prêts à augmenter le nombre de policiers nationaux. Pour nous, la sécurité est une fonction souveraine. Mais cette police municipale existe. Nous allons le garder, mais nous allons réorienter complètement leurs missions, uniquement vers la prévention dans les parcs et dans la rue. “ Recentrage des missions sur le terrain liées aux travailleurs sociaux et à la police nationale.

Le candidat souhaite préciser: “Nous ne sommes pas contre la prévention et la répression et c’est ce qui nous distingue des autres listes”. Et pour souligner l’augmentation du handicap et un paradoxe: Les chiffres de la délinquance baissent car les citoyens ne porteront plus plainte auprès du commissariat.

La candidate dénonce la vidéosurveillance et l’escalade de sécurité qu’elle mènera. Pas une machine à la place des hommes, c’est le credo du candidat dont le programme est axé sur la prévention et l’action à long terme. Sa note: «Il y a aujourd’hui trois travailleurs sociaux à Firminy pour 17 000 habitants. Ce n’est pas assez.’ Tout ce dont vous avez besoin selon le candidat: “plus de services publics, donc plus de police nationale pour faire face à ces délits.”

Réponse de Marc Petit qui constate que toutes les villes, même quelques centaines d’habitants, urbaines ou rurales, sont confrontées à des faits de délinquance. quelquefois “une poignée de personnes”dit le maire sortant.

Pour l’ancien communiste, la prévention doit être renforcée, mais pas seulement. Et pour souligner l’utilité des caméras de surveillance. Selon le maire sortant, les aspects répressifs et les sanctions ou condamnations financières sont essentiels. “Nous devons renforcer notre police nationale. Malheureusement, avec M. Cinieri et Luya, il y a eu le temps de M. Sarkozy, l’élimination de 12 469 postes de police et de gendarmerie. On en fait l’expérience partout en France. C’est désastreux.” Une pénurie qui a conduit à la mise en place d’une police municipale, explique Marc Petit qui prévoit d’élaborer le prochain mandat de policiers municipaux.

► Manque de moyens, d’actions et de présence sur le terrain: pluie de critiques du maire sortant

Je suis d’accord avec le début de l’analyse de Marc Petit. La réponse doit être double: il doit y avoir un axe préventif, il doit y avoir un axe répressif. Mais d’après ce que j’ai observé ces dernières années, c’est un échec complet sur les deux axes. Nous ne répondons pas aux exigences minimales d’une population, c’est-à-dire de vivre en sécurité; Dans certains quartiers, les gens ont peur. Même s’il y a des élus, les gens sont pressés de rentrer chez eux le soir de 19h à 20h alors que l’équipe des concessionnaires d’à côté s’installe le soir … l’ambiance dans certaines régions est froide à l’arrière. L’axe préventif est important, mais peu efficace sur certains …

Julien Luya

Nouvelle charge du bon candidat: “un maire, un assistant de sécurité doit mouiller la chemise, il doit être par terre!” Qu’en est-il de la présence de l’actuel maire dans les quartiers, on ne le voit plus le soir », aurait dénoncé Appelous à Julien Luya, qui s’engage à voyager même “le soir” dans certaines parties de la ville. “J’ai dit que j’arrive! Il faut être là quand les problèmes surgissent et provoquer cette autorité, pas seulement augmenter le nombre de policiers municipaux, ce que nous ferons! Nous devons également recentrer leurs missions, élargir les horaires de travail, les faire travailler la nuit… car aujourd’hui ce n’est pas le cas. » Marc Petit conteste ce dernier point.

Et contre Anne-Sophie Putot, qui s’est positionnée en faveur d’une augmentation du nombre de policiers nationaux, Julien Luya commente: “l’état est sur l’os. Nous avons sept postes (policiers dans la vallée de l’Ondaine …), mais ils ne remplaceront que ceux qui partent, départ par transferts ou départ par retraite. ” La recette du bon candidat:

“Nous devrons mouiller la chemise personnellement pour assurer la sécurité de nos concitoyens!”

Julien Luya

Procès inactif, le maire sortant est emporté et répond par des promesses non tenues de l’État: le 8 juin, nous aurions 2 policiers nationaux, c’est la promesse qui nous a été faite. Malheureusement, nous ne les avons pas reçus. Je lance un autre appel solennel, il est grand temps que le gouvernement tienne ses engagements … De belles promesses ou pas, je vais me battre jusqu’au bout et nous avons le soutien du préfet de la Loire qui reconnaît ce sous-engagement sur la décision voté avec l’accord de M. Cinieri et le soutien de Julien Luya! “

Sans transition, en l’absence d’une politique de prévention, Anne-Sophie Putot poursuit également le maire sortant: «Monsieur Petit nous parle maintenant de prévention, d’éducateurs. Tu avais douze ans pour le faire. Il ya trois. Vous avez sacrifié deux générations de jeunes. ” Et le candidat de gauche ajoute pour finir:“Quant à votre présence, les élus m’ont dit qu’il était très difficile de vous joindre en cas de crise et en cas de problème.”

Marc Petit en est satisfait “tout!” … “Les inondations à Firminy, nous avons dû vous ramener à la maison!” amène le candidat à gauche. “Quelle absurdité!”. “Quelle absurdité!”.

Julien Luya revient sur le débat et sur la prévention et “doit partir de zéro pour être efficace” : le candidat s’interroge sur la fermeture du centre social de l’abattoir à 18h. Fermé pour confinement.

►Ddéveloppement et rénovation urbaine

La ville de Firminy possède un important patrimoine Le Corbusier. Un atout touristique important pour la 4ème ville du département de la Loire.

La ville de Firminy possède un important patrimoine Le Corbusier. Un atout touristique important pour la 4ème ville du département de la Loire.

© France TV

Faut-il transformer le centre-ville pour accroître son attrait? Certains habitants et opposants politiques critiquent le maire sortant pour son manque d’ambition en urbanisme. Réponse de Marc Petit. “Alors ils ne connaissent pas notre programme. J’ai réussi à obtenir l’OPAH RU (Opération programmée pour la rénovation urbaine). Nous avons reçu 6,6 millions d’euros d’aide extérieure; plus de 4 millions sont prévus pour les propriétaires privés.” De l’argent pour aider à l’isolation thermique, à la rénovation … de bâtiments anciens. Le programme propose également des exceptions. “Nous avons le financement”, confirme le maire sortant.

Quelles propositions de la candidate Anne-Sophie Putot? “Nous voulons réinventer le centre-ville pour en faire un centre-ville où il fait bon attirer les clients.” Mais d’autres points forts du programme: le développement des modes de voie douce, la révision des directions de circulation. Pour le candidat de gauche, il est également important de ne pas oublier les quartiers périphériques, qui appelle le boulevard Fayolle qu’il faut aussi “embellir”. Première rénovation: celle du parc OPH. “

Il faut arrêter de construire du neuf, de rénover l’ancien et surtout de faire des restaurations énergétiques. “

Anne-Sophie Putot

Julien Luya veut son côté “ouvrir le centre ville” qu’il juge “trop ​​sclérotique où il n’y a pas de marge de manœuvre, ne serait-ce que pour des transports doux ou de nouveaux parkings” et n’a pas cette attractivité. “La préférence commerciale fait partie de notre programme”. Il dit: “Il y a quelques années c’était un gros mot dans la bouche de Monsieur Petit, je vois que ça a évolué”. Et de critiquer le projet sortant sur la place du Breuil, jugé non ambitieux et considéré par le candidat de droite “comme un transfert de places de parking”.

Et chez OPAH RU, Julien Luya ne minimise pas le rôle du maire sortant il dit “monopolise une décision prise par un exécutif métropolitain auquel il n’a pas appartenu depuis qu’il a démissionné en raison de ses importantes affaires juridiques graves … OPAH RU n’est pas une décision prise par Monsieur Petit, mais plutôt une décision prise par un supérieur qui l’a mis de côté. Nous devons restaurer certaines vérités. “ Cependant, le candidat reconnaît qu’il est nécessaire d’utiliser cet outil qui “dispose d’une puissance financière importante supérieure à 6 millions d’euros “.

“Il est temps de prendre des risques et de planifier la Firminy de demain. Nous devons également penser aux entrées de la ville”

Julien Luya

“Monsieur Petit, arrêtez de vous vanter … de l’argent que vous cherchiez, moi ou M. Luya, nous allions le chercher aussi. Voilà pourquoi je ne comprends pas pourquoi M. Petit se vante d’avoir une telle somme, “ Anne-Sophie Putot revient sur les attaques dirigées par son adversaire de droite contre le maire sortant. Et ce dernier enfonce le clou, “il est vrai que la politique du logement relève aujourd’hui de la compétence de Saint-Etienne Métropole “.

Marc Petit répond “méconnaissance des dossiers”: “Nous nous sommes battus pour obtenir 6,6 millions d’euros. Nous nous sommes battus, nous sommes la seule ville de France métropolitaine qui n’est pas dans les zones géographiques prioritaires et qui dispose de l’ANRU”. Le maire répond également au logement social: “nous avons enregistré 40 millions d’euros de travaux”.

Écologie: comment rendre la ville plus verte?

Quelle sera la priorité de chaque candidat environnemental?

Pour Anne-Sophie Putot, la priorité est donnée au développement des pistes cyclables et de la voie verte entre Firminy et la Haute-Loire. Il soutient également l’initiative “Les Incroyables Comestibles”: «Dans la mesure du possible, nous plantons des plantes comestibles. Les éco-délégués sont élus dans les quartiers. “

Pour Julien Luya, “vous devez changer votre apparence”. Des modes de déplacement doux doivent être créés en liaison avec les voies vertes. Nous devons faire quelque chose pour l’éducation.

Pour Marc Petit, “Nous avons été la première ville de la Loire à vivre une transition écologique et sociale.” Objectif: atteindre d’ici 2026 que 75% des produits des cantines scolaires soient biologiques et rares.

Anne-Sophie Putot veut encourager Appelous à prendre le vélo. Pour Marc Petit, la commune travaillait déjà dans ce sens, notamment en créant des pistes cyclables et en mettant en place un système de location de vélos à assistance électrique …

Le 28 juin, l’Appelous devra se prononcer en faveur d’un maire qui souhaite “écoutez tout le monde”, “en totale empathie” ou “comme Théo Vial-Massa” (maire de 1971 à 1992)

Regardez ou regardez le débat avec Claire Exbrayat

Souvenirs: les résultats du premier tour

Firminy (Loire), les résultats du premier tour des élections municipales de 2020: le maire sortant dans une dérogation défavorable

Firminy (Loire), les résultats du premier tour des élections municipales de 2020: le maire sortant dans une dérogation défavorable

© France TV

A Firminy, le candidat Julien Luya (LR) est devenu premier au premier tour des élections municipales du 15 mars avec 35,4% des suffrages. Le maire sortant Marc Petit, l’ancien maire communiste sans étiquette aujourd’hui, a obtenu 33,9% des voix.