Accueil » News » Le meurtrier d’un fonctionnaire élu pro-migrant auprès des juges

Le meurtrier d’un fonctionnaire élu pro-migrant auprès des juges

  • par

Le procès de haute sécurité d’un sympathisant néonazi, présumé meurtrier d’un élu favorable à l’accueil des migrants, a été ouvert hier devant la Cour suprême régionale de Francfort, alors que ce meurtre avait déclenché le spectre d’un terrorisme extrême dans le centre de l’Allemagne. L’audience a suscité un grand intérêt de la part du public et des médias. C’est en effet la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale qu’un tel cas est jugé en Allemagne. Dans la nuit du 2 juin 2019, Walter Lübcke, l’élu de 65 ans du parti conservateur CDU d’Angela Merkel, fume une cigarette sur la terrasse de son domicile à Cassel en Hesse lorsqu’il a reçu une balle dans la tête presque à bout portant mis à la porte. Après deux semaines d’enquête, un suspect, Stephan Ernst, 46 ans, proche du mouvement néonazi, est arrêté et a avoué le crime. Il représente l’emprisonnement à perpétuité. L’enquête sur son équipement informatique a révélé qu’il avait d’autres objectifs potentiels en tête: des élus et une synagogue. Le suspect est connu des autorités de longue date comme un sympathisant néonazi au potentiel violent. Dans les années 2000, sous-estimée par les autorités, malgré le meurtre de huit immigrés turcs, une policière grecque et une policière allemande par un groupe néonazi, la menace d’un terrorisme d’extrême droite est aujourd’hui considérée comme un défi majeur pour la sécurité intérieure.

Le procès de haute sécurité d’un sympathisant néonazi, présumé meurtrier d’un élu favorable à l’accueil des migrants, a été ouvert hier devant la Cour suprême régionale de Francfort, alors que ce meurtre avait déclenché le spectre d’un terrorisme extrême dans le centre de l’Allemagne. L’audience a suscité un grand intérêt de la part du public et des médias. C’est en effet la première fois …