Accueil » News » Fibre et 4G: les opérateurs n’ont jamais dépensé autant sur leurs réseaux qu’en 2019

Fibre et 4G: les opérateurs n’ont jamais dépensé autant sur leurs réseaux qu’en 2019

  • par

L’Arcep fait le point sur le marché français des télécoms en 2019 et concentre son analyse sur un record: celui des investissements des opérateurs dans leurs réseaux fixes et mobiles respectifs.

10,4 milliards d’euros. C’est ce que les opérateurs télécoms français ont consacré à leur infrastructure en 2019 pour entretenir ou développer leurs réseaux fixes et mobiles. La somme de ces investissements n’a jamais atteint un tel montant, ce qui représente environ 25% de leur chiffre d’affaires cumulé. Ravi de voir les opérateurs français jouer le jeu de la modernisation des infrastructures, le président de l’Arcep, Sébastien Soriano, privilégie les investissements «d’intensité exceptionnelle» et estime qu’il s’agit du «bon niveau» de dépenses. Autre satisfaction, ces investissements sont supérieurs à ce que l’on observe dans la plupart des pays étrangers.

Article recommandé: Élévations cachées: l’UFC-Que Choisir dénonce les pratiques des opérateurs

Sans surprise, la fibre coûte le plus cher aux opérateurs, tandis que les travaux pour remplir les obligations du plan THD français battent leur plein. En un an, par exemple, 4,8 millions de propriétés supplémentaires ont été connectées à la fibre optique, portant le total à 18,3 millions de foyers. Côté abonné, la technologie est à l’honneur: fin 2019, 7,1 millions de foyers français étaient abonnés à la fibre, soit 2,3 millions de plus en un an.

Points de mutualisation: clarification des responsabilités

Seule déception que le patron de l’Arcep a signalée, les boîtes de jonction ne sont pas suffisamment soignées, les prestataires ne se soucient pas de le faire, donc ces installations ressemblent souvent plus à des plats de nouilles, en référence aux forêts de câbles qui s’y cachent. Pour y remédier, l’Arcep indique que ce sont désormais les opérateurs qui sont responsables de la mutualisation des points. Ainsi, le régulateur espère réduire le nombre d’interruptions accidentelles de l’accès à Internet en raison d’une erreur de câblage évitable.

Côté mobile, elle est également en hausse, avec une utilisation mobile en hausse de 44% (2 Go de plus par an et par abonné en moyenne) et un total de 54,8 millions d’abonnés 4G fin 2019 (+ 7,1 millions en une année).

Plus de dépenses, mais plus de revenus

Le problème pour les opérateurs est que malgré les investissements dans les réseaux, le revenu moyen par abonné est stable: 32,70 € fixe, 14,40 € mobile, hors services associés et location / achat d’équipements. Au total, les revenus des opérateurs ont même baissé de 1% en 2019. Cependant, des défis majeurs nous attendent, à commencer par la tenue d’enchères 5G où les portefeuilles des opérateurs seront très utilisés. Et puis l’Arcep a déjà dit que la crise sanitaire liée au nouveau coronavirus ne devait pas être une excuse pour abaisser les objectifs de mise en œuvre.