Accueil » News » enquête sur l’aéroport de Damas, lieu d’oppression et de commerce du clan Assad

enquête sur l’aéroport de Damas, lieu d’oppression et de commerce du clan Assad

  • par

07h00.
18 juin 2020

Ce sont trois lettres qui dans un environnement normal symboliseraient la liberté, l’ouverture sur le monde, des possibilités infinies. Pas dans la dictature d’Assad. « DAM », le code de l’Association internationale du transport aérien (AITA) pour l’aéroport de Damas, dégage une odeur de peur et de confinement. Pour de nombreux Syriens, comme Oussama Nassar, il peut ouvrir les portes de l’enfer en une fraction de seconde. Ce militant de Daraya, une banlieue rebelle de la capitale, se souvient de Gaziantep (Turquie), où il a été exilé, pour se souvenir de cette journée de 2006 avec horreur quand, « au comptoir, [son] passeport grinça dans l’ordinateur et [son] « Le prélude au triptyque redouté: arrestation, interrogatoire par les services secrets, disparition dans un centre de détention. Des désirs attendent ailleurs.

Lire aussi – Syrie: qu’est-il arrivé aux enfants de Deraa, dont l’arrestation en 2011 a déclenché une rébellion?

Cependant, ce lieu de terreur n’est qu’une modeste série de bâtiments placés au niveau du sol, à 25 kilomètres au sud-ouest de Damas. Le site de «l’aéroport de Damas», qui a été partiellement détruit après une série de bombardements israéliens entre 2017 et 2019, continue à organiser ou à être désigné comme vols commerciaux. Onze passerelles, quatre pistes et trois chambres pour les voyageurs, très peu pour un aéroport dit « international ». Seule la façade extérieure, décorée de moucharabiehs et de portraits essentiels du président Bashar El-Assad, conserve toute présence.

Arrestation d’opposants politiques, commerce d’armes, opérations d’espionnage …

Un décor camouflage pratique pour cacher ce qui se passe dans le bâtiment contrôlé par les services de renseignement de l’Air Force, connus pour leur cruauté: arrestation d’opposants politiques, trafic d’armes, blanchiment d’argent, transport de combattants des milices iraniennes, opérations d’espionnage. Plus important encore, le père et le fils d’Assad peuvent établir leurs opérations mafieuses et leur tyrannie à l’abri des regards.

« 

Après neuf mois, ils m’ont finalement arrêté et envoyé en détention pendant dix-sept jours

« 

La balle dans l’abdomen, l’isolement dans une pièce, les accusations sans queue ni tête: Oussama Nassar n’oublie pas ce qu’il a vécu il y a quatorze ans. « J’ai été envoyée à Dubaï pendant trois ans en tant que directrice d’une entreprise de vêtements, et je suis revenue en Syrie pour mes vacances », a expliqué la militante, alors âgée de 28 ans. J’ai été arrêtée à mon arrivée à Damas. Un agent m’a dit: « Vous avez « un faux passeport, vous n’êtes pas autorisé à voyager! Si vous voulez quitter le pays, vous devez vous rendre aux services secrets pour obtenir un document. »

Le jeune homme est libéré du terminal. Mais le piège est fermé. « En tant qu’expatrié dans les États du Golfe avec des papiers valides, je pourrais être libéré du service militaire en y séjournant pendant cinq ans et en payant 5 000 $ », décrypte-t-il. Ils ne m’ont pas quitté après neuf mois, alors que j’étais constamment surveillé, ils m’ont finalement arrêté et envoyé en détention pendant dix-sept jours. Puis ils m’ont rasé la tête et j’ai rejoint l ‘«armée».

618 personnes sont toujours emprisonnées ou disparues

Selon le Syrian Human Rights Network, ces arrestations à l’aéroport ont toujours existé, mais ont considérablement augmenté depuis la révolution. Entre mars 2011 et mai 2020, l’ONG a documenté un énorme 694. « Soixante-seize personnes ont été libérées, mais 618 autres sont toujours des prisonniers ou ont disparu des centres de détention, dont deux enfants et quatre femmes », a déclaré le directeur Fadel Abdul Ghany. Un chiffre qui semble faible par rapport aux 130 000 personnes englouties dans l’oubli du régime. Mais l’endroit est symbolique. Il imprègne même l’imaginaire collectif à travers des séries télévisées, comme le programme satirique audacieux Projecteur : Filmé en partie à l’entrée du complexe, un épisode avec trois amis qui ont décidé de s’exiler et qui se sont retrouvés entre les mains des services de renseignement.

En réalité, la plupart des proies n’ont pas été ramassées à leur départ, mais à leur retour à Damas, comme Osama Nassar. « Ceux qui quittent le pays doivent déjà passer tous les points de contrôle pour rejoindre l’aéroport », a expliqué le militant de Daraya. En cas de succès, cela signifie que leur nom ne figure probablement pas sur la liste des services. secrets. « 

Lire aussi – Début d’un procès historique contre d’anciens membres du régime syrien

Mais ce n’est pas parce que vous sortez vivant de cette boîte noire que vous ne serez pas englouti sans préavis à quelques mètres. Il est parti pour la Chine en 2012 pour rencontrer le secrétaire d’État, le communiste Abdul-Aziz Al-Khair, membre d’un groupe politique toléré par les autorités syriennes, est monté dans une voiture à la sortie du terminal. Le véhicule est entré sur l’autoroute bordée de cyprès qui se rendait au centre-ville. Le militant n’est jamais revenu: il a été déclaré mort en détention un an plus tard.

Un aéroport moitié prison, moitié passoire

D’autres s’en tirent sur des chemins impénétrables. L’adversaire de Daraya aurait pu en faire l’expérience grâce à un ami qui travaillait sur place comme ingénieur en climatisation. « Alors que j’espérais retourner à Dubaï, il m’a proposé de monter à bord du navire immédiatement, sans vérification, sans documents officiels, sans que personne ne me voie », confie-t-il. « Ne me demandez pas comment », « ai-je refusé. Cela vous donne une idée de ce que le concept de sécurité aérienne signifie en ce lieu!

Même les employés au bas de l’échelle peuvent accorder les privilèges connus wasta Arabe. « Un agent d’entretien, originaire de ma ville, a retiré certains éléments de sécurité que les familles de son entourage ne voulaient pas présenter, par exemple lorsque le poids des valises était trop grand », poursuit Oussama Nassar. parfois assis dans la tour de contrôle avec des soldats de haut rang. Un lieu pourtant stratégique … « 

Tantôt passoire, tantôt prison, l’aéroport reflète aussi les luttes de pouvoir à l’œuvre dans la région, et même au-delà. Lorsque Abou Ziad – un nom supposé – a rejoint Syrianair, la société nationale syrienne, en 1973, le complexe construit par un consortium de sociétés françaises a existé pendant trois ans. Il a ensuite remplacé le terminal militaire de Mazzeh dans le sud-ouest de la ville. Et les petits colis, témoignant de la fidélité du nouveau président, Hafez El-Assad, battent leur plein. « Le président voulait étendre la flotte nationale avec seulement cinq avions », se souvient également l’ex-réfugié de Gaziantep. En 1975, Sheikh Zayed, fondateur de la fédération des Emirats Arabes Unis, lui proposa de lui offrir cinq nouveaux avions. Mais il ne voulait pas lui donner de l’argent par crainte que Hafez gaspille l’argent ailleurs … Il l’a donc laissé choisir cinq Boeing 727 et 747, lui disant qu’il se paierait directement. »

Arrivée secrète de Boeing

Pour d’autres, le gouvernement est obligé de retirer le portefeuille. « En 1994, la Russie a forcé la Syrie à reprendre trois Tupolev Tu-154, selon l’ancien Syrianair. Ce sont les premiers avions achetés par Hafez El-Assad. Jusqu’à présent, les Emirats ont financé. » Certains de ces « cadeaux » ont provoqué d’incroyables opérations de contrebande … Abou Ziad, trente-six ans au compteur, sourit à nouveau en se remémorant celui dont il a été témoin. « À la fin des années 90, le Koweït a offert trois avions, des Boeing 727, à Hafez El-Assad », glisse-t-il. Mais le constructeur américain n’était pas d’accord pour les lui remettre. Hafez a alors envoyé une équipe au Koweït pour repeindre le fuselage du Boeing aux couleurs de la compagnie nationale syrienne, ainsi que des pilotes pour les transporter. Et les avions sont arrivés secrètement à l’aéroport de Damas de cette façon! « 

Lire aussi – RECHERCHE. En Allemagne, chasse aux bourreaux syriens

Cadeaux ou achats forcés, la flotte reste ridicule en termes de nombre de travailleurs qu’elle monopolise: 3 500 à 4 000 pour une dizaine d’avions, a expliqué Abou Ziad. Une masse salariale totalement disproportionnée, mais qui permet au régime d’obéissance alaouite de respecter ses propres règles, comme dans toute structure publique. « Au début, lorsque nous voyagions à l’étranger avec l’équipage sur un vol, nous avions tous droit à une indemnité de déplacement au cas où l’avion devait être réparé », a témoigné le retraité syrien. , seuls les Alaouites ont reçu cette astuce. « 

La route des excuses est devenue une base de guerre

Ce clientélisme s’est poursuivi lorsque Bashar El-Assad est arrivé au pouvoir en 2000, après la mort de son père. La compagnie nationale acquiert cette fois six Airbus. Deux Boeing sont envoyés à Riyad pour réparation. Mais ils ne reviendront jamais sur le tarmac de l’aéroport de Damas, en Arabie saoudite, utilisant la révolution pour les saisir … « En 2011, les sociétés internationales n’étaient plus autorisées à vendre des pièces détachées à la Syrie en raison du blocus. il n’y a que des avions iraniens et deux avions de la compagnie privée Cham Wings, active depuis 2008 et associée à Rami Makhlouf, le neveu de Bashar El-Assad, rapporte Abou Ziad. « Ce même cousin, un grand financier du pays, dont » le boucher  » de Damas « essaie aujourd’hui de s’en débarrasser.

Entrer dans la révolution a également changé la géographie du lieu. Surnommée «la route des excursions» avant 2011 en raison de ses restaurants et de ses complexes de jeux flashy, l’artère reliant le bâtiment de l’aéroport au centre-ville a fait l’objet de violents combats de 2012 à 2014. entre l’armée d’Assad et les rebelles de l’Armée syrienne libre (ASL) ). « A l’époque, il n’y avait aucune activité à l’aéroport », se souvient le militant Osama Nassar. Ceux qui sont partis ont quitté Beyrouth. « 

« 

L’aéroport a été utilisé à des fins militaires pour soutenir la guerre. Était passé des armes, des munitions, des combattants de la Russie et de l’Iran

« 

Conquérir cet endroit stratégique, dominé par une base militaire, a été un rêve impossible pour les révolutionnaires depuis le début. « Le régime a anticipé tous les dangers qui pourraient menacer l’endroit », a déclaré Wael Alwan, un ancien membre du bureau politique de l’ASL. Le village de Jdaydet Alkhas, qui a massacré au début de la révolution, s’est collé sur le flanc oriental pour le protéger … « A partir de ce moment-là, nous n’avions pas l’intention d’occuper cette route, car elle était en plein air et « Des avions auraient frappé nos points de contrôle jour et nuit, dit le militant. Le plan était de couper ces cendres pour le traverser, de transporter de la nourriture entre des lieux révolutionnaires et de briser les différents sièges. »

Du côté est de la piste, on trouve notamment la ville rebelle de Douma, surnommée le « verger de Damas » pour ses abricots et ses raisins. Du côté ouest se trouve la ville affamée de Daraya, attendant la nourriture de son voisin – mais aussi des armes. « Nous n’avons pas réussi, reconnaît Wael Alwan. Il y a eu beaucoup de martyrs et nous avons perdu beaucoup d’endroits.  » Après cette reconquête, réalisée par Bachar El-Assad, l’aéroport reprend. « Il n’a pas été utilisé comme aéroport civil, mais à des fins militaires pour soutenir la guerre », explique Oussama Nassar. « Des armes, des munitions, des combattants de Russie et d’Iran passaient. »

Le nouveau quartier général du Corps des gardiens de la révolution iraniens

Pour coordonner cette nouvelle logistique, les infrastructures vont monter en 2016, sur le versant ouest de l’entrée, un bâtiment renforcé de cinq étages composé de 180 chambres. Son surnom: « La maison de verre ». Le nouveau bâtiment n’est pas l’œuvre du gouvernement syrien – qui contrôle toujours l’aéroport par le biais de ses services secrets – mais du Corps des gardiens de la révolution islamique, une organisation paramilitaire dépendant du chef de l’État iranien, qui l’a installé là-bas. son siège pour coordonner ses opérations en Syrie.

« 

L’objectif est de permettre aux commandants militaires iraniens de recevoir de l’argent et du matériel et de s’échapper rapidement si nécessaire

« 

Murs antidéflagrants, clinique privée de 20 lits pour officiers blessés, salles de prière, coffres pouvant contenir des millions de dollars en espèces … « C’est un grand centre logistique avec un entrepôt, des installations de stockage et de distribution d’armes, y compris un hangar souterrain », explique le général israélien Mike Herzog d’un expert du think tank américain Washington Institute. Le site a été choisi pour sa proximité avec une piste d’atterrissage portant les noms de deux symboles chiites, le prophète Mahomet et son cousin Ali. « L’objectif est de permettre aux commandants militaires iraniens de recevoir de l’argent et du matériel et, si nécessaire, de s’échapper rapidement », a ajouté le chercheur Carmit Valensi, spécialiste de la Syrie à l’Institut. pour des études de sécurité nationale à Tel Aviv (Israël).

Les armes, l’argent et les combattants sont transportés d’Iran via la compagnie aérienne persane Mahan Air. Une organisation établie. « Bien avant le début de la guerre civile syrienne en 2011, le président syrien a libéré Téhéran pour transférer des armes quantitatives et de haute qualité via son aéroport international », a déclaré David Khalfa, chercheur au think tank américain. Centre pour la communication de la paix. Surtout au Hezbollah libanais.

L’aéroport doit être rénové avec de l’argent russe

Le quartier général, qui a été attaqué à plusieurs reprises par Israël ces dernières années, continue de fonctionner, bien qu’il ait été endommagé. Selon un rapport que nous avons pu consulter, établi par le Conseil national de la Résistance iranienne, un parti d’opposition en exil, une force armée de « 500 à 1 000 hommes » y était toujours stationnée en mai. Cependant, certaines habitudes ont changé. La nuit, la plupart des combattants quittent les bâtiments et restent dans d’autres endroits, souligne le document. Seyed Javad Ghaffari, le commandant en charge des opérations sur le terrain, visite souvent le bâtiment, mais il n’y est pas stationné. Contrairement à d’autres fonctionnaires dans le passé.

Car le quartier général a quant à lui subi un autre coup: le meurtre du général Qassem Soleimani, chef des opérations étrangères de la République islamique, qui a été tué en janvier par une frappe aérienne américaine sur l’aéroport de Bagdad (Irak) dont il revenait … Damas. L’influent commandant de la Force Al-Quds, une unité d’élite du Corps des gardiens de la révolution, était monté à bord d’un avion de la compagnie privée Cham Wings dans la soirée sans être enregistré comme passager. « Ce voyage de Damas à Bagdad était un voyage de routine pour Soleimani, noté par l’agence de renseignement américaine », a déclaré le général israélien Mike Herzog. Il n’a pas fait attention et a probablement pensé que personne n’oserait l’attaquer. « 

« 

Le régime n’a pas d’argent pour construire un nouvel aéroport

« 

Également partiellement détruit par les frappes israéliennes, l’aéroport doit être rénové grâce à une généreuse impulsion d’investisseurs russes, selon les déclarations d’un représentant de la Douma en janvier 2019. « Le régime n’a pas d’argent pour en construire un nouveau, déclare le Syrien opposant Radwan Ziadeh, directeur de plusieurs think tanks de Washington La qualité de service n’a rien à voir avec les autres terminaux de la région Il y a six ou sept ans, le plafond d’un des immeubles s’est effondré L’une des sociétés qui devait le réparer a été accusé de corruption … « Et le trou est resté.

D’un autre côté, cependant, nous le voyons grand, avec la construction annoncée il y a un an et demi d’un nouveau terminal international, destiné à transporter 15 millions de passagers par an, contre 5 millions aujourd’hui. « La Syrie deviendrait une plaque tournante aérienne pour plusieurs pays arabes », a déclaré le ministre syrien des Transports, Ali Hamud. Ce qui est déjà en quelque sorte le cas … Y compris le Sars-CoV-2. C’est par « DAM » que le virus est entré dans la capitale damascène en provenance d’Iran, gravement touché par l’épidémie. Aussi comme clandestin.