Vêtements, luxe, loisirs: l’occasion a tout pour plaire! : Épouse actuelle Le MAG

Les produits d’occasion sont désormais exposés en tête de télécabine dans les magasins. En tant que sites ou plateformes spécialisés comme Vestiaire collectif et Vinted ayant déjà conquis une clientèle d’internautes à la recherche de bonnes affaires, le marché de l’occasion a trouvé sa place dans les boutiques. Bon pour le pouvoir d’achat et pour la planète – le recyclage est plus écologique et moins polluant – il répond aux nouvelles attentes des consommateurs, soucieux de l’environnement et de leurs finances. Message reçu par les marques qui développent pour l’occasion des corner dans les magasins spécialisés, des portails d’achat et de revente en ligne entre particuliers, exclusivement composés d’articles de leurs marques. Les clients peuvent ensuite collecter des coupons à dépenser dans le magasin ou payer en espèces. “La seconde main permet d’attirer de nouveaux clients et de compléter le panier d’occasion en magasin par nouvelle”, explique Olivier Clair, directeur de la start-up Disruptual, qui propose aux marques la création d’une plateforme de vente internet personnelle. Vêtements, articles de luxe, décoration, pièces détachées automobiles, l’occasion a renouvelé son image!

Prix ​​bas dans les supermarchés

Depuis février dernier, Auchan expérimente des espaces dédiés aux textiles d’occasion dans cinq de ses hypermarchés. Ces coins sont gérés par Patatam, un troc qui livre ces articles d’occasion en ligne ou au point de vente. Quelle que soit la marque, le prix d’achat des vêtements est déterminé par catégorie. Les t-shirts sont à 3 euros, les pantalons et les pulls à 8 euros. Les premiers résultats sont positifs. “Nous sommes à un niveau de vente qui dépasse les objectifs que nous nous sommes fixés”, se réjouit Jean-Mathieu Limerat, chef de projet chez Auchan Retail France. Cinq autres boutiques d’essais proposent désormais ce service dans l’agglomération lilloise.

Conseils pour les enfants sur l’application

Petit Bateau, la célèbre marque de vêtements pour enfants, a lancé une application numérique gratuite avec un onglet d’occasion en 2017. Objectif de la marque: offrir un service aux parents qui doivent renouveler régulièrement les garde-robes de leurs enfants. Ils peuvent acheter et vendre des vêtements Petit Bateau en bon état sans que la marque n’interfère dans la transaction ni ne prenne de commission. “Nous sommes une marque largement diffusée au sein des familles et des frères et sœurs. Avec les plateformes de vente d’occasion en ligne, cette transmission a évolué et est devenue numérique. Nous voulions accompagner nos clients dans cette nouvelle approche.”, explique Hélène Desaugere, directrice numérique de Petit Bateau. Depuis le lancement, 15 000 publicités ont été déposées sur cette application.

Le meilleur du sport sans se ruiner

Pionnier de la vente de produits d’occasion, Décathlon organise depuis 34 ans des trocathlons, des points de vente uniques installés plusieurs fois par an en magasin. Le principe est simple: les particuliers déposent leur matériel dans un magasin en réseau qui le propose à la revente pendant l’opération. Si le produit trouve un acheteur, le vendeur collectera des bons d’achat à utiliser chez Decathlon. Par ailleurs, la marque propose également le retour de skis et vélos sous forme de bon d’achat et commercialise des produits ayant fait l’objet d’un retour client. Autant de mécanismes qui, selon Julien Achour, leader de la stratégie utilisée chez Decathlon France, permettent “réduire l’impact CO2 des produits et vous positionner comme une entreprise positive”.

À la pointe de la mode

La Maison 123 (ex-1.2.3) a créé son propre portail dédié à l’achat et à la revente de vêtements d’occasion entre particuliers. Sur la plateforme “Second Life by Maison 123”, le vendeur peut être crédité sur son compte bancaire ou choisir une e-carte pour les cadeaux majorée de 30% du montant de la vente à utiliser en boutique ou en e-boutique. L’échange a lieu par voie postale ou directement au point de vente. “L’idée est de pouvoir retrouver tous les vêtements de la marque sur la même plateforme. Si une cliente a raté une veste pour une saison, elle devrait pouvoir la retrouver facilement sur notre site de revente”, note Pauline Bertho, responsable marketing de la Maison 123. Lancée mi-mai, Seconde Vie by Maison 123 compte déjà plus d’une centaine d’annonces.

Le luxe devient abordable

L’horloger Bucherer est l’une des rares marques de luxe à entrer sur le marché de l’occasion. En concurrence sur le site Vide Dressing, une plateforme française en ligne dédiée à la mode et au luxe d’occasion, Bucherer propose à ses clients depuis 2019 d’acheter des montres de luxe “Pre-Owned” sur son site et dans certaines boutiques. Grâce à ce service, Bucherer répond aux demandes des clients qui souhaitent acheter des modèles rares, des éditions limitées non disponibles sur le marché. Cette offre séduit également les nouveaux clients qui souhaitent une montre de luxe à un prix attractif. Pour éviter la contrefaçon, chaque montre d’occasion est révisée en interne et est livrée avec un certificat d’authenticité.

Jeans achetés et recyclés

Avec une production polluante et très gourmande en eau – il faut environ 10 000 litres pour en faire une pièce – les jeans sont laissés pour compte en termes de développement durable. Le constructeur marseillais Kaporal l’a bien compris. Depuis 6 ans, la marque achète des jeans et recycle toutes les marques en magasin, au prix de 20 €. “En trois ans, nous avons déjà récolté 27 tonnes de denim recyclé, notamment pour la production d’isolation thermique et acoustique”, souligne Nicolas Ciccione, Directeur E-Business & Relations Clients. En plus des jeans, Kaporal a lancé le mois dernier son propre site Internet pour l’achat et la vente de vêtements d’occasion, “Kaporal Vintage”, exclusivement composés de pièces Kaporal. Le vendeur a le choix entre un paiement direct ou un reçu d’achat majoré de 30% de la valeur de l’article vendu, à utiliser sur le site.