Accueil » News » La SNCF prévoit une perte de 4 milliards d’euros et une campagne promotionnelle

La SNCF prévoit une perte de 4 milliards d’euros et une campagne promotionnelle

  • par

Des employés désinfectent les voitures d'un TGV le 14 mai à Chatillon (Hauts-de-Seine).

La SNCF prévoit de remettre en circulation près de 100% des TGV à la mi-juin, accompagnée de mesures de désinfection et de gestion de l’énergie dans les gares, a annoncé le PDG Jean-Pierre Farandou lors d’un entretien avec Journal du dimanche (JDD) 14 juin.

Le transporteur organisera également une série de promotions pour stimuler la demande. « Trois millions de billets pour moins de 49 euros », Jean-Pierre Farandou promet, ainsi qu’un doublement (de 15% à 30%) des «bas prix» par rapport à ce qui était appliqué l’an dernier. Sur les TER, les abonnés annuels d’une région peuvent voyager gratuitement dans toutes les autres régions en juillet et août et un « jeune TER pass » est lancé à un « prix très attractif ».

Financièrement, la compagnie ferroviaire a été touchée. « La perte de chiffre d’affaires devrait s’élever à près de 4 milliards d’euros, le TGV à lui seul »dit M. Farandou JDD. Ajoutez à cela que dans le cadre des grèves contre la réforme des retraites, estimées à un milliard d’euros, la perte pour la SNCF a été d’environ 5 milliards d’euros depuis décembre de l’année dernière.

1% des clients transportés par TGV

Pendant l’incarcération « Seuls 7% des TGV ont roulé et ils n’ont transporté que 1% des clients réguliers. Nous avons également constaté des pénuries importantes dans les trains du quotidien. Seul le fret a assez bien résisté, avec un taux d’activité de plus de 60% « dit M. Farandou.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Caméras, agents sentinelles, suivi Wi-Fi … Comment la SNCF contrôle à distance les perturbations

Espoir de rétablissement « Aussi vite que possible », A dit M. Farandou à propos de TGV Quelques trains ont été vendus en juin: « Nous enregistrons en moyenne 20% des réservations pour juillet et environ 8% pour août », a déclaré le patron de la SNCF, selon qui « On est loin de redémarrer la vitesse après une grève ».

M. Farandou a également exprimé le souhait d’être remplacé par des trains à hydrogène d’ici 2030 « Tous les trains roulent au diesel sur le réseau non électrifié ». «Nous commencerons à utiliser les premiers prototypes avec les régions en 2023. En attendant, nous développons avec Alstom des trains hybrides qui arriveront dans 4 régions en 2021. Ils fonctionnent au diesel sur le plat principal, mais passent à l’électricité en entrant dans les villes. Ils font donc moins de bruit et polluent moins. «  Il a le coût de ces mesures, qui visent à atteindre l’empreinte carbone de « Pas d’émissions en 2035 ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Qui est Luc Lallemand, le M. Productivité chargé de la modernisation des chemins de fer français?

Plan de rétablissement demandé

Interrogé sur un éventuel geste financier de l’État, M. Farandou, qui a revendiqué un plan de relance du chemin de fer il y a trois semaines, « Echanges réguliers avec l’Etat ».

Quant à l’emploi, il rejette à nouveau l’hypothèse des licenciements: « Au contraire, nous continuerons à recruter cette année et l’année prochaine »il a déclaré.

Rappelant qu’il a levé deux fonds de 1,2 milliard d’euros en Europe et aux États-Unis, il s’est engagé « Un plan d’épargne de plusieurs centaines de millions d’euros », et qui concerne notamment les achats d’équipements et les charges d’exploitation.

Le monde